[Intra]lettre

Lire toute l'intralettre | Archives | Contacts | Imprimer 

Publications ULB

Luminet Olivier
Curci Antonietta
Naftali Patricia
Ghesquière François
Paridaens Nicolas
Vanherweghem Jean-Louis
Jossart Pierre
Askenasi Robert
Blondeel Sébastien
Rosier Laurence
Marsia Jean

[ Recherche ]

Chercheurs, aussi acteurs de leur communication

"La recherche, c'est la découverte mais c'est aussi la communication !", lançait Frédéric Bouchard - Université de Montréal, UdeM et Association francophone pour le savoir, Acfas -, invité des ateliers ULB "Communiquer sa recherche" en avril dernier.

Pour aider les chercheur.e.s à communiquer leur démarche scientifique et leurs travaux vers le grand public, l'ULB propose conseils, formations et outils. Parmi cette palette, le Crédit d'impulsion Communication Recherche. Pour la première édition de l'appel, onze dossiers ont été soumis, tous de qualité. Présidé par le vice-recteur à la Recherche et à la Valorisation, le jury devait néanmoins en sélectionner trois maximum, vu l'enveloppe budgétaire fermée. Les lauréats sont:

1. "Dire la migration. P(e/a)nser les mots": exposition sur les mots liés aux migrations, à l'occasion de la parution d'un ouvrage compilant le travail de chercheurs en Analyse du discours. Porteur du projet: Laura Calabrese, ReSIC, Faculté de Lettres, Traduction et Communication;

2. "Itinéraire des ateliers d'artistes": guide-promenade sur les ateliers d'artistes à Bruxelles, dans la continuité de l'Action de recherche concertée MICM-arc. Porteur du projet: Tatiana Debroux, DGES-IGEAT, Faculté des Sciences;

3. "Prendre conscience de la crédulité pour mieux la combattre": expérience psychologique en ligne pour évaluer sa performance face aux informations fausses, prolongée d'une capsule vidéo présentant les conclusions d'études ULB sur les failles de notre esprit critique.... Porteur du projet: Olivier Klein, CRePSI, Faculté des Sciences psychologiques et de l'éducation.

Accompagné par le Service Communication Recherche, ces chercheur.e.s réaliseront leur projet au cours de l'année académique: à lire, à voir, à suivre dans les prochains mois...

Autre initiative à voir, quant à elle, dès à présent: une capsule vidéo réalisée par Célia Sapart, chercheure au Laboratoire de Glaciologie (Faculté des Sciences). Il y a quelques semaines, Célia Sapart et ses collègues revenaient d'une mission de 3 mois en plein coeur de l'hiver austral au large de l'Antarctique. Célia Sapart avait glissé dans ses bagages une caméra GoPro, prêtée par le Service Communication Recherche, et nous dévoile aujourd'hui de fabuleuses images en vidéo.

AmericaS: nouveau centre de recherche sur les Amériques


L'ULB compte un nouveau centre de recherche: AmericaS. Intégré au sein de la Maison des Sciences humaines (MSH), ce centre interdisciplinaire rassemble une trentaine de chercheurs issus des différentes disciplines des sciences humaines autour d'un même sujet d'étude: le continent américain. Il est coordonné par Serge Jaumain (Unité de Recherche Mondes modernes et contemporains, Faculté de Philosophie et Sciences sociales) et Frédéric Louault (Centre d'étude de la vie politique, Faculté de Philosophie et Sciences sociales).

S'inscrivant dans la longue tradition des études sur les Amériques menées à l'ULB, AmericaS privilégie une perspective résolument interdisciplinaire. Au moment où certains imaginentériger une barrière infranchissable entre "Amérique du Nord" et "Amérique latine", les travaux de ce nouveau centre seront orientés vers ce qui unit ces différentes composantes du continent américain, partant du principe que celui-ci a toujours été marqué par une forte interpénétration des différentes Amériques.

Au cours des prochaines années, le centre développera principalement ses recherches autour du thème "Les circulations dans, vers et depuis les Amériques". En plus de projets de recherche communs, AmericaS organisera des formations doctorales, séminaires et colloques sur cette thématique

Plus d'information sur le site web de la MSH.

Des robots pour surveiller la lagune de Venise

Ce 15 septembre a marqué un tournant pour l'équipe internationale du projet subCULTron, auquel participe le Service d'écologie sociale (Faculté des Sciences). Elle a en effet déployé le plus grand essaim de robots sous-marins dans les canaux de Venise. Objectif: surveiller l'évolution environnementale et la pollution de sa lagune.

Ce projet européen de quatre ans, lancé en 2015, vise à recueillir, grâce à trois types de robots inspirés d'animaux, un ensemble inédit de données qui permettront d'apporter de nouveaux éclairages sur les interactions entre la faune, la flore, l'industrie et le tourisme dans la lagune de Venise et participeront de ce fait à la préservation de l'environnement de la région.

Ce système de surveillance sous-marine, qui comptera pas moins de 120 machines en 2019, sera totalement autonome grâce aux recherches d'Alexandre Campo et Jean-Louis Deneubourg, du Service d'écologie sociale. Les deux scientifiques ont en effet observé les comportements collectifs des animaux sociaux, tels que les blattes, les fourmis et les poissons, afin d'en tirer des modèles mathématiques implantables dans les robots. Ainsi, ceux-ci seront capables de communiquer et d'interagir sans aide humaine ; un atout de taille pour s'adapter aux changements de l'environnement.

Les caméras de la RTBF ont suivi ces premiers tests.

Plus d'actualités Recherche sur Act'ULB