Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Gwilherm EVANO (Chargé de cours - 2011)

Parcours

" Au lycée, je détestais la chimie ", confie Gwilherm Evano qui est, depuis fin 2011, chargé de cours temporaire à l'ULB en… chimie organique. " Mon intérêt pour la chimie n'est venu que plus tard avec les cours de chimie plus poussée et surtout grâce à des enseignants qui ont fait passer le message ", poursuit-il. Il entre à l'Ecole normale à Paris où il effectue un Magistère en chimie et se spécialise, au niveau du master, en chimie organique. Il décide ensuite de faire une thèse, ce qu'il fera à Paris 6 en synthèse organique. " Je voulais m'orienter vers la recherche et l'enseignement et j'avais l'impression que la liberté au niveau des thématiques de recherche était plus grande en milieu académique qu'industriel. On peut orienter sa recherche comme on le souhaite, ce qui est vraiment motivant", déclare-t-il.

Après sa thèse, Gwilherm Evano part aux Etats-Unis, à Boston, pour un stage de post doctorat. Il revient ensuite en France en 2004. Il entre alors au CNRS où il sera chercheur jusqu'à son arrivée en Faculté des Sciences à l'ULB en 2011. " Le système belge semblait mieux me convenir, et je suis ravi de combiner recherche et enseignement ", explique-t-il. Et de souligner les interactions entre les deux domaines : " il est important de fournir aux étudiants les bases nécessaires au développement de projets sur lesquels nous travaillons. Et inversement, il arrive souvent qu'en préparant les cours, nous redécouvrions des choses voire que des projets de recherche naissent. Enfin, donner cours permet de se poser des questions sur des concepts qui paraissent évidents et de prendre du recul. La recherche est une satisfaction à plus long terme alors que l'enseignement l'est à plus court terme ", observe Gwilherm Evano.

Ses cours consistent en trois modules de chimie organique aux étudiants de master en bioingénieurs et chimie. Ses recherches, elles, portent sur le développement de nouvelles réactions et de nouveaux procédés en chimie organique et sur la synthèse de molécules biologiquement actives. Il s'agit de recherche fondamentale, même si le but est que les résultats sortent du laboratoire pour que d'autres groupes de recherches industriels ou académiques utilisent ces méthodes. Dans cette optique, un des objectifs visés lors du développement de nouvelles réactions est leur facilité de mise en œuvre : si le procédé peut se faire à l'air libre, à température ambiante… il sera d'autant plus attrayant.

Même si l'arrivée de Gwilherm Evano à l'ULB est encore toute récente, il semble s'être parfaitement acclimaté à l'institution et à Bruxelles. C'est tout sourire qu'il nous fait visiter les laboratoires nouvellement rénovés : " on ne peut imaginer meilleur cadre de travail ", lance-t-il. Quant à Bruxelles : " la qualité de vie y est différente qu'à Paris. Ici, il y a plus d'espace. C'est une ville à taille humaine dans laquelle il y a plein de choses à faire. Les Belges ont une bonne réputation et cela se vérifie très rapidement. Ainsi, la qualité d'accueil est assez impressionnante et cela est appréciable quand il s'agit de créer une nouvelle équipe. Cela permet de mettre le pied à l'étrier plus facilement ", dit-il encore.

Lorsqu'il n'est pas le nez dans les éprouvettes, Gwilherm Evano aime être derrière les fourneaux, aller au cinéma et s'occuper de sa fille âgée de quelques mois. Pour le chimiste, la cuisine est assez proche de son travail. Mais pas question pour autant de faire de la cuisine moléculaire : " Cela a un côté ludique mais j'ai l'impression de manger de la chimie ".

Contacts

Gwilherm EVANO

Faculté des Sciences

tel 02 650 3057, fax 02 650 2798,

Campus du Solbosch

ULB CP160/06, avenue F.D. Roosevelt 50, 1050 Bruxelles