Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Caroline VERHOEVEN (Chargé de cours - 2012)

Parcours

Si elle n'a pas choisi d'emblée la recherche, c'est la recherche qui l'a choisie ! Passionnée par ce qui n'a pas encore trouvé d'explications, Caroline Verhoeven est venue progressivement à la conclusion qu'elle pouvait s'investir dans cette recherche. " Je ne viens pas d'une famille d'universitaires, et donc pour moi, ce cheminement n'était pas évident, je ne connaissais pas le monde de la recherche. " Son choix pour les mathématiques appliquées, par contre, s'est imposé plus clairement : " J'ai toujours aimé pouvoir décrire, prédire des choses à partir de données assez simple. Les mathématiques utilisés dans mon domaine ne sont pas complexes ; par contre, les utiliser pour résoudre des problèmes concrets et pratiques, c'est une autre paire de manches ! Tout est dans la manière de les utiliser… L'idée de les mettre au service des gens, me fascine, par exemple dans le domaine médical… Le souci, c'est qu'en mathématiques, il n'est pas toujours facile de trouver des données. C'est en cela que la recherche est indispensable en parallèle. "

Le manque de mesures et le champ médical sont rassemblés dans son thème de recherche. " Souvent, les problèmes inverses sont mal posés. Malgré le manque de mesures, le 'bruit' ou les erreurs sur les mesures, il faut tout de même trouver un résultat valable. Ainsi, en ce qui concerne la magnéto-encéphalographie, pour déterminer la densité des courants électriques du cerveau, on utilise des bonnets avec des capteurs ; or, ils peuvent être influencés aussi par le champ magnétique existant autour du cerveau. Des champs magnétiques qui sont très faibles et donc difficiles à mesurer… " Et son sujet de recherche consiste à quantifier ces champs. C'est à la VUB que cette bruxelloise, née en 1976, a suivi ses études universitaires, décrochant d'abord une licence en physique en 1999 puis un doctorat en physique mathématique, axé sur les équations intégrables, en 2003. Puis c'est pour son post-doctorat qu'elle travaillera à l'université du Kent Canterburry à raison de deux périodes de six mois.

De retour en Belgique, elle poursuit encore ses recherches durant deux années en faculté de Sciences.

Depuis le mois d'octobre 2012, elle donne cours aux étudiants de médecine : une belle opportunité qu'elle a voulu saisir, le poste lui convenant particulièrement. " Enseigner fait partie du travail académique d'enseignant-chercheur. Ils font partie l'un de l'autre. Car former les jeunes, leur transmettre le savoir et échanger avec eux est très important. Mais le challenge est de passionner mes étudiants, car enseigner des statistiques et des mathématiques à des futurs dentistes et médecins ne va pas de soi ! "

L'avenir, Caroline Verhoeven n'y a pas encore réfléchi. Toujours sans enfants, elle n'exclut pas d'en avoir… un jour. " D'autres réussissent à combiner les deux, pourquoi pas moi ? Aujourd'hui, je suis dans le service de bio-statistiques, et j'aimerais pouvoir constituer un groupe de doctorants et post-doctorants sur le campus Erasme. Ce domaine pourrait servir des études cliniques qui y seraient menées, par exemple sur les durées de séjour à l'hôpital, par exemple. "

Contacts

Caroline VERHOEVEN

Faculté de Médecine

Campus Erasme

ULB CP623, route de Lennik 808, 1070 Bruxelles