Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

René WINTJENS (Chercheur qualifié - 2005)

Parcours

J'ai débuté mon cursus universitaire par des candidatures en sciences chimiques, à l'ULB. Je me suis ensuite orienté vers la filière interfacultaire de bioingénieurs. Lors de la dernière année, mon travail de fin d'études portait sur la modélisation moléculaire, et comme cela me plaisait, on m'a proposé de poursuivre par une thèse dans l'Unité de conformation des macromolécules biologiques, qui a aujourd'hui changé de nom et émigré à la Plaine. Cette activité portait sur une étude des petits motifs de structure récurrents dans les protéines.

Les protéines adoptent en effet des structures " uniques " et étudier ces dernières permet de comprendre à la fois leur fonction biologique et les propriétés physico-chimiques les caractérisant. J'ai d'abord travaillé uniquement sur base de protéines dont les structures (spatiale 3D) sont connues. Dans le cadre de ma thèse, je cherchais des motifs récurrents pour percer leurs rôles et tâcher de comprendre pourquoi des atomes s'orientent dans l'espace pour adopter toujours la même configuration dans des protéines dont les fonctions sont pourtant relativement différentes. Je me suis également penché sur les méthodes expérimentales qui permettent de déterminer les structures des protéines. À l'ULB, comme nous bénéficions de la résonance magnétique nucléaire, je me suis ainsi formé dans la détermination des structures de protéines par RMN.

Une fois ma thèse achevée, j'ai travaillé un an dans le privé dans une société pharmaceutique wallonne avant d'obtenir un poste à l'Institut Pasteur de Lille, dans un service de RMN, durant cinq ans, en tant qu'ingénieur de recherche. Lors de la dernière année, ils y ont ouvert un service de radiocristallographie de protéine, l'autre méthode expérimentale - plus ancienne et plus coûteuse - avec la RMN pour déterminer les structures de protéines. De retour en Belgique et à l'ULB, à l'Institut de pharmacie, j'ai souhaité poursuivre mon travail avec cette technologie.

L'idée était d'y développer un service de radiocristallographie de protéine, en utilisant l'infrastructure de Lille et les bons contacts que j'ai conservés avec mes anciens collègues. Depuis septembre 2003, je suis donc occupé à développer une recherche transfrontalière, avec le partage des outils, des moyens et des compétences, ainsi que des étudiants. J'ai notamment déjà débuté un projet avec une étudiante thésarde de l'ULB. Pour radiocristallographier une protéine, il faut en choisir une d'intérêt pharmacologique. Elles sont issues de notre maison, purifiées dans nos laboratoires et manipulées et expertisées à Lille. Personnellement, j'apporte surtout mon expertise en analyse de structures afin d'interpréter le plus correctement possible les résultats.

Nos cibles sont toujours thérapeutiques ; il s'agit de protéines impliquées dans une pathologie. Une fois leurs structures 3D connues, nous allons rechercher des drogues susceptibles d'affecter leurs activités. Nous pouvons alors travailler sur les groupements chimiques afin d'améliorer l'efficacité des drogues. Les tests biologiques à proprement parler sont réalisés par d'autres partenaires.

La partie administrative de mes activités ne me cause pas trop de soucis. Pour moi, il s'agit essentiellement d'écrire des projets? ce qui constitue un travail scientifique. Cela devient toutefois plus complexe dans le cas d'un projet européen, ou d'une manière plus générale lorsqu'il faut planifier des travaux ou des déplacements, qui eux dépendent fortement des résultats. Ainsi par exemple, lorsqu'il faut établir un calendrier sur cinq ans, cela parait complètement décalé par rapport à la réalité de la recherche. À nous donc de présenter un projet cohérent, car nous ne sommes jamais à l'abri de surprises. Mieux vaut aussi se réserver des projets parallèles, au cas où le travail principal prendrait du plomb dans l'aile?

Thèse

Étude des motifs de tournant dans les structures des protéines (publiée le 13 janvier 1997)

Contacts

René WINTJENS

Faculté de Pharmacie

Campus de la Plaine

ULB CP206/04, boulevard du Triomphe, 1050 Bruxelles