Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Paola CONCONI (Chercheur qualifié - 2004)

Parcours

Originaire d'Italie, j'ai étudié les sciences politiques à l'Université de Bologne. Je suis ensuite partie pour Washington, afin de suivre un master en relations internationales à l'Université Johns Hopkins, avec une spécialisation en économie internationale. Comme j'aimais bien la recherche, je me suis un peu éloignée d'un parcours interdisciplinaire pour me concentrer sur l'économie. J'ai alors embarqué pour l'Angleterre à l'Université de Warwick pour un autre master, afin de solidifier mes bases, et pour un doctorat en économie. J'ai donc suivi un parcours différents des économistes traditionnels. Mes intérêts de recherches restent cependant basés sur les relations internationales économiques, et je les aborde avec un esprit plus hétéroclite. Mon mari étant Belge, je l'ai par après suivi en Belgique, où j'ai pu décrocher un poste à l'ULB.

Aujourd'hui, je suis engagée dans la recherche théorique en économie afin de proposer des modèles applicables. Mon travail porte sur différents aspects, comme par exemple les rôles des groupes d'intérêts sur les décisions prises par les gouvernements ou encore les relations entre commerce et environnement dans les négociations internationales, un thème proche de ma thèse. Comme on le voit, ces aspects lient les sciences politiques à l'économie, d'où l'intérêt de ma formation. Sur base de textes, j'étudie des situations, et je propose des réflexions et des pistes de développement politique.

Ma nomination ne change pas fondamentalement mon quotidien. Peut-être que quelqu'un qui ?uvrait sur contrat à durée déterminée prendra un peu plus de risques. Mais ce n'est pas mon cas. J'ai eu la chance de publier immédiatement les deux premiers articles de ma thèse dans de bonnes revues. J'ai donc ensuite pu me risquer à des projets plus ambitieux. Je vais néanmoins avoir le temps nécessaire pour garder ma charge d'enseignement et continuer la recherche dans un cadre de qualité, sans couperet. Je vais par exemple poursuivre dans l'évolution du commerce international, ma spécialité, ou continuer à écrire sur les relations commerciales internationales. Ces thèmes sont amenés à évoluer et je vais donc les suivre de près. Par ailleurs, un nouveau projet théorique me captive. Il se penche sur le rapport entre la création de coopérations internationales et la limite temporelle des mandats des hommes politiques qui les instaurent. Il est intéressant de se pencher sur ce débat, car, si les coopérations persistent dans le temps, la durée de vie professionnelle de ceux qui les créent est plus limitée. Un exemple : Clinton a signé en 1997 l'accord de Kyoto que Bush n'a jamais ratifié. J'essaye donc de déterminer les cycles de coopération qui régissent la vie des pays. À ma connaissance, personne ne s'est encore penché sur le sujet. Pour le futur, cela dépendra sans doute des thèmes de politique internationale, que je ne peux évidement pas deviner actuellement.

Les hommes politiques ne sont pas des saints. Comme ils travaillent par mandats, ils sont sujets aux pressions lobbyistes et aux compromis. Mais entre pays, et entre eux, il y a une grande variabilité de compétence. Certains sont particulièrement bien informés et motivés, et impressionnent plus que d'autres. Malheureusement, par exemple à la Commission européenne, les conflits d'intérêts priment parfois sur la nomination pour un poste. Et on ne désigne pas toujours la personne la plus compétente. Mais il ne faut pas pour autant tomber dans la généralisation abusive.

Thèse

Conflict and Cooperation on Trade and the Environment (publiée le 2001)

Contacts

Paola CONCONI

Faculté Solvay Brussels School - E.M.

tel 02 650 3426,

Campus du Solbosch

ULB CP114/04, avenue F.D. Roosevelt 50, 1050 Bruxelles