Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Christian HERMANS (Chercheur qualifié FNRS - 2011)

Parcours

" Je m'intéresse aux plantes depuis que je suis tout jeune. A 5 ans déjà, j'avais mon mètre carré de jardin. Ça me fascinait de voir pousser les bulbes de tulipes! ", se souvient avec le sourire Christian Hermans. Arrivé aux portes de l'université, c'est tout naturellement qu'il se tourne vers la Faculté des Sciences de l'ULB, où il obtient son diplôme d'ingénieur agronome en 1999.

Christian Hermans entame, ensuite, un doctorat grâce à une bourse du Fonds pour la formation à la Recherche dans l'Industrie et dans l'Agriculture (FRIA). Sa recherche est chapeautée par les professeurs Nathalie Verbruggen de l'ULB et Reto Strasser de l'Université de Genève : " Mes travaux portaient sur la physiologie de la plante, sur la photosynthèse en particulier, en réponse à la carence en magnésium ". Sa thèse va l'amener à séjourner sept mois à Manchester dans le cadre du programme Marie Curie.

En 2003, Christian Hermans reçoit le titre de docteur en Sciences agronomiques et Ingénierie biologique. Attiré par un séjour à l'étranger, il s'envole pour les Etats-Unis. Il travaille durant deux ans et demi au Département de Biologie de la Colorado State University à Fort Collins. C'est dans le laboratoire du professeur Daniel Bush qu'il commence à s'intéresser à la nutrition azotée et à l'architecture racinaire de la plante.

Le chercheur revient en Belgique et réintègre le Laboratoire de Physiologie et de Génétique moléculaire des plantes grâce à un mandat de retour de la Politique Scientifique Fédérale (BELSPO) pour une durée de deux ans et puis comme chargé de recherches FNRS. En octobre 2011, il franchit une étape importante dans sa carrière scientifique en obtenant un mandat de chercheur qualifié FNRS.

Ses recherches actuelles sont menées sur une petite plante répondant au nom d'Arabidopsis thaliana et qu'il cultive en laboratoire. Elle est la première plante dont le génome (5 chromosomes) a été séquencé en 2000. Christian Hermans l'utilise comme modèle pour fonder des connaissances et les transférer vers des plantes cultivées comme le colza et le chou qui appartiennent à la même famille des brassicacées.

Au centre de ses travaux, le couple azote-magnésium : " Ces éléments minéraux sont essentiels pour le cycle vital de la plante. Il faut apporter de l'azote aux champs, généralement sous forme de nitrates, pour assurer un rendement. Les agriculteurs sont donc tentés d'en épandre beaucoup au risque de polluer les nappes phréatiques et d'émettre davantage de gaz à effet de serre. Quant au magnésium, c'est l'atome central de la chlorophylle et par cela, il est indispensable à la photosynthèse ". L'objectif de Christian Hermans est de mieux comprendre l'efficacité d'utilisation de ces éléments essentiels par la plante afin, d'une part, de réduire l'impact de la production agricole sur l'environnement et, d'autre part, d'améliorer la qualité nutritionnelle des récoltes.

Si Christian Hermans passe une grande partie de son temps à les étudier, les plantes ne sont, pourtant, pas son unique passion. Durant ses rares heures libres, il aime associer dextérité et imagination pour réaliser des modelages, des mosaïques,… Les métrages d'animation figurent aussi parmi ses centres d'intérêt.

Contacts

Christian HERMANS

Faculté des Sciences

tel 02 650 5417, fax 02 650 5421,

Campus de la Plaine

ULB CP242, boulevard du Triomphe, 1050 Bruxelles