Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Alban DE KERCHOVE D'EXAERDE (Chercheur Qualifié - 2002)

Parcours

Populations neuronales spécifiques du striatum : Approche transgénique et moléculaire de leurs rôles dans la dépendances aux drogues et le contrôle moteur.

La dépendance aux drogues est un phénomène complexe avec des causes et des conséquences sociales et psychologiques importantes. La caractéristique principale de la dépendance est une perte de contrôle de la consommation de drogue ou la recherche et la prise compulsive de celle-ci malgré ses conséquence néfastes. Il est bien établi que la cause initiale de ce phénomène est biologique puisqu'il s'agit de l'effet sur le cerveau d'une exposition répétée d'une molécule chimique, la drogue. Cette exposition induit une adaptation des neurones qui modifient durablement leur fonctionnement ainsi que le réseau formé par ces neurones. C'est un phénomène similaire qui est mis en jeu dans le processus de mémorisation et qui est appelé de façon plus générale: plasticité synaptique.

Toutes les drogues ont le même effet initial, à savoir l'augmentation de concentration d'un neurotransmetteur, appelé la dopamine. La dopamine est libérée par une population très précise et limitée de neurones situés dans un système cérébral que appelé les noyaux de la base. Notons au passage que ce sont ces mêmes neurones dopaminergiques (qui libère de la dopamine) qui disparaissent chez les patients souffrant de la maladie de Parkinson, montrant aussi l'implication de ce neurotransmetteur dans le contrôle moteur. La région du cerveau qui est la cible principale des neurones dopaminergiques s'appelle le striatum, dont la partie ventrale est plutôt impliquée dans la motivation et le renforcement alors que la partie dorsale est plus impliquée dans le contrôle moteur. La fonction de la dopamine est de potentialiser (rendre plus facile) la motivation et l'action, on peut donc imaginer les conséquences d'une augmentation de concentration de celle-ci provoquée par une drogue. Si cette étape initiale est connue, les adaptations cellulaires et moléculaires des différentes populations de neurones qui sont la cible de la dopamine sont peu ou pas élucidées. Le striatum est en effet composé de deux populations principales de neurones (95%), qui se distinguent suivant leur sites de projections, leurs neurotransmetteurs et les gènes qu'ils expriment, et de quatre populations d'interneurones.

L'ensemble de ces populations joue un rôle clef dans les phénomènes de plasticité. Nous développons donc de nouveaux modèles de souris transgéniques (telle que l'invalidation -ou "knock out"- conditionnelle) pour inhiber ou inactiver spécifiquement ces populations de neurones du striatum afin d'analyser et de déterminer leur rôle dans la dépendance et la sensibilisation aux drogues ainsi que dans le contrôle moteur. Parallèlement à cette approche in vivo, nous caractérisons individuellement les neurones qui constituent ces diverses populations. Les éléments moléculaires qui influencent et déterminent la plasticité synaptique de ces populations seront aussi abordées. Nous espérons que l'élucidation de ces mécanismes cellulaires et moléculaires puisse permettre le développement d'outils thérapeutiques dans le cadre de la dépendance aux drogues et des troubles du comportement moteur. Plus prosaïquement, cela pourrait permettre de répondre à des questions telles que: "Comment quelqu'un peut rechuter si facilement après plusieurs années sans consommer de drogues?" ou "Pourquoi certaines personnes sont-elles plus sujettes à la dépendance que d'autres?".

Thèse

Functional expression of heterologous and chimeric H+-ATPases in Saccharomyces cerevisiae (publiée le 22/02/1996)

Contacts

Alban DE KERCHOVE D'EXAERDE

Faculté de Médecine

tel 02 555 4120, fax 02 555 4121,

Campus Erasme

ULB CP601, route de Lennik 808, 1070 Bruxelles