Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Alain BOOM (Premier assistant - 2004)

Parcours

Après des études de médecine, j'ai choisi logiquement de pratiquer la médecine générale. Il s'agit d'un métier exigeant et tout à fait extraordinaire. Il me manquait toutefois, alimenté par ma curiosité, une dimension : le questionnement relatif à la compréhension des mécanismes fondamentaux sous-jacents aux processus physiopathologiques. C'est la raison qui m'a conduit à revenir en faculté, où j'ai intégré le laboratoire de physiopathologie. J'ai dès lors peu à peu cessé mes activités de médecin pour me consacrer exclusivement à la recherche. La principale thématique de recherche du laboratoire concernait l'étude de la physiologie de la réponse hydroosmotique à l'hormone antidiurétique (ADH), responsable du maintien du capital en eau de l'organisme. J'ai réalisé, dans ce laboratoire, plusieurs études qui ont abouti à la réalisation d'une thèse. En parallèle à mon activité de recherche, j'ai eu l'occasion d'être associé à l'enseignement de la neuroanatomie et de la cytologie, activité que j'ai pu intégrer à de nouvelles thématiques de recherche consacrées au système nerveux central.

Depuis deux ans, j'assure la charge du cours de cytologie à la Faculté des sciences psychologiques et de l'éducation. J'ai été attentif à apporter aux étudiants des éléments de base précis, en particulier en chimie/biochimie, leur permettant d'élaborer une approche raisonnée, rationnelle et précise de l'étude de la cellule. Ce préalable leur rendant la compréhension des systèmes, et du système nerveux en particulier, plus profitable. Actuellement, je travaille dans le laboratoire orienté dans l'étude des maladies neurodégénératives. Nous nous penchons surtout sur deux de ces maladies : la sclérose latérale amyotrophique, une maladie qui touche les adultes jeunes (30-40 ans) et fatale en quelques années, et la maladie d'Alzheimer qui, sous différentes formes, frappe les personnes plus âgées. Cette dernière maladie représente un problème de santé publique majeur dans les populations occidentales où la pyramide des âges a tendance à s'inverser. L'origine précise de cette affection reste indéterminée.

Nous nous intéressons aux rôles que pourraient jouer les phénomènes d'oxydoréduction générés au niveau des deux lésions histopathologiques caractéristiques de l'affection : la plaque amyloïde et les agrégats de protéines insolubles. Or, tout récemment, nous avons trouvé une surexpression d'une protéine qui fixe le zinc au niveau de la plaque amyloïde . Nous suivons cette piste car certains métaux, en particulier le zinc, pourraient provoquer une inhibition d'enzymes clefs, avec pour résultante de favoriser la formation de ces agrégats de protéines insolubles dans le neurone, caractéristique propre à la maladie d'Alzheimer. Nous tâchons de voir si un lien entre les deux lésions histopathologique de la maladie existe. Le laboratoire possède des équipements et une expérience des techniques morphologiques qui nous a permis d'établir des collaborations sur certains autres sujets. Ainsi, une étude s'intéressant à certaines formes d'épilepsie réfractaire au traitement chez l'enfant est en cours. Ce sujet nous ramène à l'étude de certaines anomalies de développement du cortex cérébral.

J'ai le sentiment que l'engouement de la population envers les sciences a diminué. Une certaine crainte est perceptible face aux possibilités suscitées par l'expansion et la rapidité de certains développements techniques et des problématiques éthiques que ces progrès peuvent soulever. On peut, par exemple, citer les réticences exprimées quant au développement des recherches concernant le clonage humain thérapeutique. Je pense donc qu'il faut d'avantage communiquer sur nos travaux, vulgariser nos recherches et travailler à l'information du public.

Thèse

Étude de la perméabilité hydrique de l'épithélium vésical de bufo marinus sensible à l'hormone antidiurétique : rôle des protéines G et de la perméabilité membranaire à l'adénosine monophosphate cyclique (cAMP) (publiée le 18 juin 2001)

Contacts

Alain BOOM

Faculté de Médecine

tel 02 555 6380, fax 02 555 6285,

Campus Erasme

ULB CP620, route de Lennik 808, 1070 Bruxelles