Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Cyril GUEYDAN (Premier assistant - 2004)

Parcours

Je n'ai effectué qu'une partie de mon cursus à l'ULB, en l'occurrence pour mon mémoire en chimie biologique, dans le cadre d'un échange Erasmus. J'avais auparavant suivi mes licences à Montpellier. Après un bref retour au pays pour mon service militaire, et un détour d'un an à Boston dans un laboratoire de génétique moléculaire, je suis revenu à l'ULB pour réaliser ma thèse sur les protéines de fixation à l'ARN. J'ai travaillé sur le sujet dans le laboratoire de chimie biologique, qui d'ailleurs m'emploie toujours actuellement. Après ma thèse, je décroche le traditionnel poste d'assistant et je donne des TP. Le financement de ma thèse était assuré par une bourse de l'ULB, et ensuite c'est le Télévie qui m'a pris en charge durant deux ans, avant que je ne fonctionne sur base de contrats renouvelables d'assistant.

Dans ma recherche, on observe un aspect fondamental et un aspect un peu plus appliqué. L'aspect fondamental consiste à sentir l'effet de protéines qui fixent les acides ribonucléiques (ARN). Ce sont des molécules biologiques importantes qui transmettent l'information génétique dans les cellules de l'ARN, et on sait que ces ARN sont fixés par des protéines qui influencent le message génétique. Nous essayons donc d'identifier quelles protéines se fixent dans une cellule, à quel moment et pourquoi. Pour y arriver, il faut isoler ces protéines, les étudier, et les caractériser. Comme ce domaine est vaste, nous nous focalisons sur un point précis : l'observation de l'influence de ces protéines sur les cytokines, les " hormones " du système immunitaire. Ce processus que nous étudions engendre des répercutions sur des pathologies immunologiques. Et comme on sait que dans certaines de ces pathologies on observe une dérégulation des cytokines, comprendre cette dérégulation permettra d'y remédier. Nous nous limitons aux protéines qui fixent l'ARN, car il est impossible d'aborder le problème de la production de cytokine dans sa globalité. Le domaine est tellement vaste que cela intéresse plusieurs centaines de laboratoires de par le monde. Et donc chacun se focalise sur un aspect du problème.

Comme les cytokines jouent un rôle dans les pathologies inflammatoires, le but est d'obtenir la vision la plus fine possible du mode d'action de composés anti-inflammatoires, afin de fournir à l'industrie pharmaceutique des cibles thérapeutiques pour contrer ces pathologies. Dans le futur, nous espérons bloquer la production d'une molécule en particulier qui joue un rôle crucial dans une pathologie. C'est donc l'inverse du fonctionnement souvent plus global de certaines drogues qui peuvent de ce fait engendrer des effets secondaires. Selon nos hypothèses, à nous de trouver une cible appelée " candidat ", et l'industrie pharmaceutique se chargera du développement des médicaments.

Les laboratoires belges possèdent les avantages de la Belgique. C'est un petit pays dynamique, situé au carrefour de l'Europe et proche de ses voisins Français, Anglais ou Allemands, ce qui permet de bonnes interactions entre les laboratoires. Pour les points négatifs, comment ne pas citer les revendications des scientifiques pour un refinancement massif de la recherche. Mais là aussi, certains voisins comme la France ne sont pas logés à meilleure enseigne. En appartenant désormais au cadre de l'ULB, j'espère d'ailleurs que la poursuite de financements sera facilitée. Si en tant que Français j'ai opté pour la Belgique, c'est tout simplement parce que mon premier contact s'est noué par le hasard de l'attribution des places en Erasmus. Après, c'était un choix personnel de rester car mon mémoire s'était bien déroulé, et parce que le sujet de thèse m'attirait.

Thèse

Caractérisation et clonage de protéines liant la séquence régulatrice de la traduction du messager du Tumor Necrosis Factor (publiée le septembre 1998)

Contacts

Cyril GUEYDAN

Faculté des Sciences

fax 02 650 98 00,

Campus de Charleroi - Gosselies (Biopark)

ULB CP300, rue des Professeurs Jeener et Brachet 12, 6041 Charleroi (Gosselies)