Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Mustapha TLIDI (Chercheur Qualifié - 2002)

Parcours

L'avènement du laser au début des années 1960 a révélé une grande variété de phénomènes non-linéaire liés à différents types d'interaction rayonnement-matière. Une nouvelle discipline, l'optique non-linéaire, s'est ainsi créée, traitant l'ensemble de ces interactions. Parmi les systèmes physiques qui ont contribué à l'essor que connaît cette discipline, on trouve les cavités optiques constituées de miroirs plans ou sphériques, remplies d'un milieu matériel fluide ou solide, et soumises à un faisceau laser incident. Le champ électrique résultant des réflexions multiples sur les surfaces des miroirs délimitant le système présente des phénomènes de bistabilité optique, de pulsations temporelles régulières ou chaotiques. Ce sont des instabilités de non-équilibre bien connues dans d'autres domaine tels la chimie, la biologie ou l'hydrodynamique.

L'optique non-linéaire, bien qu'elle soit depuis toujours un domaine de prédilection pour l'étude des instabilités de non-équilibre, a longtemps négligé la prise en considération des effets spatiaux. En particulier, ce n'est que depuis la fin des années 1980 que ce domaine a évolué vers la prise en considération des phénomènes de diffraction que le champ électrique subit dans le plan transverse à sa direction de propagation. Le champ électrique est alors spatialement inhomogène. Ces inhomogénéités peuvent être amplifiées par l'interaction de ce champ avec le milieu matériel et entraînent l'apparition de structures transverses. Nous avons prédit l'existence d'une variété nouvelle de structures stationnaires dans des cavités passives, maintenant appelées structures localisées ou solitons spatiaux. Ce type de confinement spatial de la lumière a fait l'objet principal de mes recherches d'abord pendant ma thèse chez le Pr. René Lefever, ensuite dans le groupe d'optique non-linéaire théorique de l'ULB du Pr. Paul Mandel. Nos premiers travaux ont attiré l'attention sur des potentialités pratiques considérables liées au traitement en parallèle de l'information. L'intérêt pour ce phénomène s'étend maintenant bien au delà de son domaine d'origine: ces structures font également l'objet de recherche actives hors de nos frontières dans des groupes tant théoriques qu'expérimentaux, notamment dans des laboratoires en France, en Allemagne et en Italie.

Plus récemment, l'analyse des structures transverses nous a également permis: (i) d'établir un pont entre la dynamique de certaines transitions de phase et les comportements dynamiques observés lors de l'apparition des structures transverses en optique. Ceci est de nature à stimuler l'étude des lois régissant la dynamique des instabilités modulationnelles observées en optique; cette question intéressante mais difficile a jusqu'à maintenant été peu étudiée (ii) d'introduire la notion de cristallographie dissipative en optique et la prédiction de l'existence de grains de lumière (light bullets) circulant à l'intérieur de la cavité optique avec la vitesse de groupe du champ électrique.

Thèse

Structures transverses en optique non-linéaire (publiée le 20/06/1995)

Contacts

Mustapha TLIDI

tel 02 650 5905, fax 02 650 5824,

Campus de la Plaine

ULB CP231, boulevard du Triomphe, 1050 Bruxelles