Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Véronique JOIRIS (Premier Assistant - 2001)

Parcours

Mon parcours professionnel est celui d'une anthropologue spécialisée à la fois en anthropologie sociale et religieuse, d'une part, et en anthropologie appliquée aux questions d'environnement, d'autre part. De 1985 à 1991, je me suis consacrée à l'étude des Pygmées Gyeli et Baka du Cameroun au cours de six missions ethnographiques qui totalisent près de deux ans et demi de présence sur le terrain durant lesquelles j'ai mené des enquêtes sur la culture matérielle, les rapports de genre, la sédentarisation, la relation interethnique et le système rituel.

A partir de 1991, mes activités de recherches se sont orientées à la fois vers un autre objet d'étude que les sociétés pygmées, à savoir celles des peuples voisins agriculteurs, et vers une toute autre problématique. Suite à l'arrivée de programmes de conservation de la nature dans ma zone d'étude, j'ai été consultée, d'abord par le WWF-US, puis par d'autres programmes de conservation, quant aux populations riveraines d'aires protégées. L'essentiel de mon travail a dès lors consisté à promouvoir la prise en compte des terroirs coutumiers dans le plan de zonage, d'abord de la Réserve de Faune du Dja (Cameroun), puis ailleurs en Afrique centrale.

Recherche fondamentale en anthropologie sociale et religieuse

Jusqu'à présent, mes deux principales contributions scientifiques portent sur la description et l'analyse du système rituel des Pygmées Baka du Cameroun ainsi que sur la relation que ces Pygmées entretiennent avec leurs voisins traditionnels. Ainsi que je l'ai montré dans ma thèse de doctorat, ces deux thèmes ouvrent des perspectives novatrices dans le domaine de la recherche sur les chasseurs-cueilleurs qui reste dominé par les courants anglo-saxons de l'écologie culturelle et par une approche évolutionniste particulièrement réductrice. D'une façon générale, tout mon travail sur les Pygmées implique la prise en compte de la dynamique sociale entre les hommes et les femmes (relations de genre) et, de ce fait, le rejet d'une approche androcentrique encore très répandue en sciences humaines. De même, compte tenu du contexte spécifique des sociétés pygmées qui sont en voie de sédentarisation, j'ai été amenée, dès mes premiers pas chez les Gyeli, à intégrer la perspective du changement social tant dans mes descriptions ethnographiques que dans mes interprétations. Enfin, l'analyse du système rituel baka proposée dans ma thèse et dans plusieurs publications relève en partie de l'approche cognitiviste de l'ethno-zoologie et de l'ethno-botanique, ce qui a également contribué à diversifier mes champs de connaissances en anthropologie.

Recherche appliquée aux questions d'environnement en Afrique centrale

L'essentiel de mon travail de consultante concerne la problématique de ce qui est intitulé la " gestion participative " des aires protégées dans la littérature, mais qui se traduit souvent par une impasse sur le terrain, particulièrement en Afrique centrale, dans des régions où la mobilisation et la représentativité locales sont faibles, voire inexistantes. Partant de ce constat qui s'explique en grande partie par des facteurs endogènes d'ordre politique et foncier, j'ai privilégié une approche dite " terroir " consistant à promouvoir la reconnaissance des terroirs coutumiers dans le zonage des aires protégées.

Plusieurs blocages institutionnels au niveau de la sous-région freinant cependant de telles réalisations dans un contexte conservationniste qui continue de privilégier des zonages arbitraires du point de vue humain, mes champs d'investigations actuels sont polarisés sur la mise au point, en référence à d'autres disciplines (démographie, agronomie, nutrition, biologie, zoologie, etc...), d'un modèle de monitoring des terroirs coutumiers afin d'envisager précisément le coût social et environnemental des zonages envisagés.

Mots clefs : Anthropologie, Afrique centrale, Pygmées du sud Cameroun, système rituel, rapports de genre, ethno-écologie, changement social et relation interethnique, Agriculteurs itinérants sur brûlis et Pygmées de l'ouest du bassin congolais, terroirs coutumiers, aires protégées, plans de zonage.

Thèse

La chasse, la chance, le chant. Aspects du système rituel des Baka du Cameroun (publiée le juin 1998)

Contacts

Véronique JOIRIS

Faculté de Philosophie et Sc. sociales

tel 02 650 3428,

Campus du Solbosch

ULB CP124, avenue F.D. Roosevelt 50, 1050 Bruxelles