Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Isabelle GODIN (Premier assistant - 2005)

Parcours

J'ai commencé mes études à l'ULB avec une licence en travail social, rapidement suivie par un " International Course on Statistical Epidemiological and Operational Methods applied in Medicine and Public Health " à l'École de santé publique. Enfin, j'ai entrepris une thèse de doctorat en santé publique, sur le thème de la culture et de la santé. J'y expliquais en quoi une approche épidémiologique des facteurs de variation sociale de santé pouvait expliquer l'inégalité sociale de santé autour de la naissance.

Si mes études se sont déroulées en Belgique, j'ai beaucoup voyagé en Asie. J'ai travaillé aux Philippines, je me suis ensuite rendue en Haïti pour évaluer des travaux de la coopération haïtianno-néerlandaise sur des projets de santé, et enfin, j'ai découvert le Cambodge puis le Laos pour mener des missions d'études épidémiologiques sur la santé maternelle et infantile et sur la mortalité maternelle.

En travaillant dans le domaine de la santé maternelle et infantile, j'ai pris goût à l'épidémiologie, à faire des rapprochements entre la sociologie et l'épidémiologie, et à comprendre comment se réalise la distribution de la santé et de la maladie dans une population. En fonction de critères sociologiques et culturels, j'observe également quel peut être l'impact de cette distribution sur les comportements liés à la santé, sur les itinéraires thérapeutiques, les soins de santé et sur la santé elle-même.

Après ma thèse, j'ai dirigé durant trois ans le service d'épidémiologie et d'information sanitaire de l'Observatoire de la santé de la province du Hainaut, en Belgique. Pour y insuffler des programmes de santé, j'ai tenté de lier davantage l'action et la recherche scientifique, un chaînon souvent manquant dans les institutions universitaires. Après quoi j'ai effectué mon retour à l'ESP, dans l'Unité de psychologie de la santé. Cette fonction m'a ouvert de nouvelles perspectives : travailler dans le domaine du bien-être et de la santé mentale. Principalement, nous observons en quoi les conditions de vie, en particulier dans le monde du travail, mais en incluant également les dimensions hors travail peuvent générer un mal-être, qui lui-même aura des conséquences sur la santé. Nous nous penchons essentiellement sur les thématiques de la dépression, de l'anxiété et de l'absentéisme, dans une perspective de genre.

Parallèlement à ma charge d'enseignement au Master in public Health Methodology, je mène un large pan d'activités en Asie. J'ai lancé, en partenariat avec d'autres institutions universitaires, un cours de recherche sur les systèmes de santé. J'ai obtenu une aide financière au lancement de ce projet de la part de la Communauté européenne et le Master débutera en octobre de cette année, à Hanoï (Vietnam). Je pense qu'il est dans l'intérêt de chaque Université de développer des partenariats, même à l'autre bout du globe. Cette ouverture vers l'Asie est récente à l'ESP, qui mène, pour des raisons historiques évidentes, essentiellement ses activités dans le domaine de la coopération avec l'Afrique francophone. L'Asie du Sud-Est possède un potentiel important et il serait très intéressant d'y développer des activités de recherche.

Pour l'avenir, il me tient à c?ur de poursuivre certains thèmes de recherche comme l'observation des déterminants socio-économiques, psychosociaux et socioculturels liés à la santé ; l'étude de l'impact du monde du travail et hors travail sur la santé et le bien-être en tenant compte des dimensions de genre; ainsi que les indicateurs de bien-être dans les thématiques liées au suicide.

Une inégalité au travail a certainement comme conséquence une santé inégalitaire. Les professions les moins qualifiées sont celles soumises aux conditions de travail directes ou indirectes les moins agréables et les plus stressantes. Cette constatation n'est pas unique, mais lorsqu'on parle de fusions ou de délocalisations, ces " moins qualifiés " sont en première ligne.

Thèse

Culture et santé : une approche socio-épidémiologique des variations sociales de santé autour de la naissance (publiée le décembre 1995)

Contacts

Isabelle GODIN

Ecole de Santé publique

tel 02 555 4139, fax 02 555 4049,

Campus Erasme

ULB CP596, route de Lennik 808, 1070 Bruxelles