page d'accueil   sommaire  

Maria JIMENA SANHUEZA


coordonnées


Maria JIMENA SANHUEZA
tel +32-2-650.30.47, fax +32-2-650.31.38, mariajimena.sanhueza@sciencespo.fr
Campus du Solbosch
CP*, avenue F.D. Roosevelt 50, 1050 Bruxelles



unités de recherche


Centre d'étude de la vie politique [Center for the Study of Politics] (CEVIPOL)



projets


Reforming Representative Democracy? [Reforming Representative Democracy? ]
Dans les démocraties contemporaines, une part importante de la population se déclare mécontente de la façon dont le système représentatif fonctionne. En réaction, de multiples réformes institutionnelles sont mises à l'agenda et approuvée à travers l'Europe (Bedock, 2017). Cela va de réformes visant à renforcer la transparence aux initiatives soutenant une plus forte participation des citoyens à la politique. Il semble que les partis politiques et les élus jugent que la réponse au mécontentement citoyen soit de repenser les institutions démocratiques. Mais est-ce vraiment le cas ? Le projet propose de répondre à cette question en trois temps à partir du cas belge. Premièrement, nous allons dresser un inventaire de toutes les initiatives de réforme institutionnelle observées au cours des 25 dernières années. Ensuite, nous allons tenter de mieux cerner le rapport des citoyens belges à la démocratie représentative. Comment l'évalue-t-il ? Quels sont les reproches qu'ils lui adressent ? L'objectif est de dépasser les modèles et outils actuels qui visent à saisir les attitudes des citoyens à l'égard de la démocratie. Pour cela, nous proposons de combiner une approche inductive et qualitative par des focus groups avec une enquête quantitative. Enfin, nous allons étudier les attitudes des citoyens belges par rapport aux réformes institutionnelles proposées au cours des dernières années. Une dernière composante majeure de ce projet est l'attention portée aux citoyens les plus désavantagés politiquement, socialement et économiquement (femmes, moins éduqués, minorités ethniques). L'une des pierres angulaires de la démocratie est d'octroyer à chaque citoyen le même poids. Tout diagnostic du malaise démocratique qui ignorerait les plus faibles serait vain. Ces groupes sont toutefois difficiles à approcher (Braconnier et Mayer, 2015). Notre projet leur prêtera une attention toute particulière, et fera en sorte de bien les inclure dans nos dispositifs de collecte de données. [Dans les démocraties contemporaines, une part importante de la population se déclare mécontente de la façon dont le système représentatif fonctionne. En réaction, de multiples réformes institutionnelles sont mises à l'agenda et approuvée à travers l'Europe (Bedock, 2017). Cela va de réformes visant à renforcer la transparence aux initiatives soutenant une plus forte participation des citoyens à la politique. Il semble que les partis politiques et les élus jugent que la réponse au mécontentement citoyen soit de repenser les institutions démocratiques. Mais est-ce vraiment le cas ? Le projet propose de répondre à cette question en trois temps à partir du cas belge. Premièrement, nous allons dresser un inventaire de toutes les initiatives de réforme institutionnelle observées au cours des 25 dernières années. Ensuite, nous allons tenter de mieux cerner le rapport des citoyens belges à la démocratie représentative. Comment l'évalue-t-il ? Quels sont les reproches qu'ils lui adressent ? L'objectif est de dépasser les modèles et outils actuels qui visent à saisir les attitudes des citoyens à l'égard de la démocratie. Pour cela, nous proposons de combiner une approche inductive et qualitative par des focus groups avec une enquête quantitative. Enfin, nous allons étudier les attitudes des citoyens belges par rapport aux réformes institutionnelles proposées au cours des dernières années. Une dernière composante majeure de ce projet est l'attention portée aux citoyens les plus désavantagés politiquement, socialement et économiquement (femmes, moins éduqués, minorités ethniques). L'une des pierres angulaires de la démocratie est d'octroyer à chaque citoyen le même poids. Tout diagnostic du malaise démocratique qui ignorerait les plus faibles serait vain. Ces groupes sont toutefois difficiles à approcher (Braconnier et Mayer, 2015). Notre projet leur prêtera une attention toute particulière, et fera en sorte de bien les inclure dans nos dispositifs de collecte de données. ]



disciplines et mots clés déclarés


démocraties contemporaines réformes institutionnelles système représentatif