Exposition Syphilis - La grande simulatrice

Jusqu’au 23 décembre 2017. A la salle Allende. Fermé les 1er et 11 novembre.
Visites guidées organisées sur demande et réservation ! Visites libres d’accès les : mercredi 22/11 à 13h – jeudi 30/11 (Nocturnes des Musées bruxellois) à 18h30 et 20h30 – vendredi 01/12 à 15h – vendredi 15/12 à 15h – mercredi 20/12 à 13h Visites de groupe et/ou écoles : contactez ULB Culture (culture@ulb.ac.be ou 02 650 37 65) pour réserver et fixer une date. Réservations obligatoires !


Maladie honteuse, stigmatisante et suscitant l’effroi par la laideur et la gravité de ses manifestations, la « grande vérole » a canalisé des théories médicales, parfois surprenantes, dès son apparition au 15e siècle. Cette maladie, surnommée la « grande simulatrice » en raison de la diversité des symptômes qu’elle génère et de son évolution torpide, permet d’appréhender les questions liées à la contagion et à la prévention des maladies vénériennes. La syphilis touche aux mœurs, à la morale, à la sexualité, à la peur, à la honte, de sorte qu’elle s’étend au-delà de l’approche médicale. Des objets médicaux, des ouvrages de médecine, des œuvres et documents iconographiques, des cires anatomiques issues des riches collections du Musée de la Médecine, ainsi que des archives filmées illustrent son histoire, celle de ses remèdes, de sa prévention et de la place du malade dans la société. La première partie présente les manifestations cliniques de la syphilis, ses différents stades et son évolution entrecoupée de rémissions. Ce tableau clinique est suivi de l’histoire de la syphilis, et celle des anciens traitements, aussi dangereux qu’inefficaces. L’exposition présente ensuite une série de personnalités du monde littéraire et artistique qui en ont souffert, avant la découverte des antibiotiques. Malgré les campagnes d’information et de prévention, le nombre de personnes infectées par la syphilis a été multiplié par dix au cours de ces dernières années. Cela peut s’expliquer par l’apparente banalité et la méconnaissance des signes cliniques ainsi que le caractère sournois de la maladie. La syphilis est aujourd’hui curable par la pénicilline et le nouveau combat met en évidence l’importance du dépistage.
Visite déconseillée aux moins de 14 ans pour l’alcôve consacrée aux cires anatomiques.

Une collaboration du Musée de la Médecine, d’ULB Culture et de l’Hôpital Erasme. Avec le soutien de la Loterie Nationale.
Une programmation de ULB Culture – Département des Services à la Communauté Universitaire.
Participation à la Nocturne des Musées bruxellois : 30 novembre 2017 www.brusselsmuseumsnocturnes.be

Heures d’ouverture : Lu-Ma 12h-14h Me-Je-Ve 12h-18h Sa 14h-18h. Lieu : ULB – Salle Allende – Campus du Solbosch (bât F1) – 22,24, Avenue Paul Héger, 1050 Bruxelles Visites guidées et informations : www.ulb.ac.be/culture/culture.html - culture@ulb.ac.be – 02 650 37 65 – Facebook ULB Culture. Entrée libre.

Dialogue with the Emperor Qin’s warriors

Du 21 septembre au 30 octobre 2017.
Conférence « Qui était l’Empereur Qin ? » le 23 octobre à18h30 à Solvay (en français)
Qui était Qin ?pdfWho was Qin ?pdf

Née lors de l’année européenne du dialogue interculturel UE-Chine, cette exposition de sculptures rassemble 28 artistes contemporains, originaires de chaque pays de l’UE, et trois artistes chinois, qui ont réinterprété un des ensembles les plus spectaculaires du patrimoine chinois : l’armée de terre cuite du Premier Empereur, dans la ville de Xian, province de Shaanxi. Réinvestissant cette œuvre culturelle forte, ce projet unique se nourrit de la vision que des artistes européens actuels portent sur cette civilisation. Après une itinérance de l’exposition dans les universités de Lisbonne, de Loughborough University à Londres, d’Edinburgh, et juste avant la toute nouvelle Havenhuis du port d’Anvers, l’exposition sera présentée à l’ULB dans le hall de l’atrium de Solvay du 21 septembre au 30 octobre 2017 du lundi au samedi, de 8h à 21h30.

Programmation culturelle autour de l’exposition organisée par l’EUNIC :

Artist Roundtable
Jeudi 21 September (18h30) – Auditorium Solvay ULB (Anglais)
www.facebook.com/events/1914509022201227

Puccini's Music Box
Que furent les effets de la culture Chinoise sur le compositeur Italien Giacomo Puccini ? Une belle soirée de musique
Vendredi 29 Septembre (20h00) – Italian Institute of Culture
www.facebook.com/events/141434033122445/

Can Culture save us? La Culture est-elle une forme de diplomatie au niveau mondial ?
Mercredi 18 Octobre (19h00) – Teraken Hall 1 BOZAR (Anglais)
www.facebook.com/events/169875500250306/

Who was Emperor Qin?
Le Sinologue français Alain Thote (Ecole pratique des hautes études, Paris) présentera une conférence sur l’influence prévalente du premier empereur de Chine. Présentation par Françoise Lauwaert (ULB)
Vendredi 23 Octobre (18h30) – Solvay ULB Auditorium (Français)
www.facebook.com/events/1920363938224627/

www.dialogueschinaeu.com
Contact presse : ed.liddle@inspiringculture.com
+32 (0) 485 52 11 49
+32 (0) 264 072 55

Lieu : ULB – Atrium de Solvay – Campus du Solbosch - 42, Av FD Roosevelt, 1050 Bruxelles. Informations : www.ulb.ac.be/culture/culture.html - culture@ulb.ac.be – 02 650 37 65 – Facebook ULB Culture. Entrée libre.

Exposition « Chine-Belgique, 120 ans d’histoire partagée »


Livrets disponibles en vente aux PUB Solbosch ou via ULB Culture : 5€

« Il y a 120 ans, le vice-roi Li HongZhang rencontrait sa majesté Léopold II au Palais Royal de Bruxelles, à l’occasion d’un dîner officiel que celui-ci avait organisé en son honneur. Lors de ce dîner furent jetées les bases d’une coopération mutuelle entre la Belgique, 5e puissance industrielle de l’époque, et la Chine, empire de 400 millions d’habitants, qui désirait entrer dans le cercle des Nations modernes. Pourtant, les relations entre la Chine et l’Occident existaient déjà depuis l’époque romaine, à travers les contacts commerciaux sur la route de la soie. A partir de la fin du XVIe siècle, des missionnaires jésuites établirent des contacts plus durables, en particulier avec la cour impériale. L’ouverture de la Chine à l’influence occidentale, tant commerciale que politique ou culturelle, favorise des échanges plus denses dès le milieu du XIXe siècle, et laisse une trace durable dans l’histoire et le paysage chinois. Le port de Tianjin (ou Tientsin), non loin de Pékin, en est un exemple frappant. L’apport de la Belgique s’illustrera à cette période dans des échanges commerciaux ingénieux, comme dans le lancement de grands projets urbanistiques (chemin de fer, tramways, bâtiments, électricité), et dans des échanges intellectuels et universitaires. Cette évocation historique, agrémentée de documents originaux, de photographies et de films d'archives, met en lumière l'histoire centenaire qui lie ces deux pays. »

En collaboration avec la Sonuma.