Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette
 

Jeudi l 12-07-2018
Un gène impliqué dans la dépendance aux drogues

Emmenés par Alban de Kerchove d'Exaerde, les chercheurs du Laboratoire de Neurophysiologie (Faculté de Médecine et ULB Neuroscience Institute, UNI) viennent de mettre en évidence le rôle majeur du gène Maged1 dans la dépendance aux drogues. L'étude, réalisée avec l'aide d'autres équipes européennes, est publiée dans la revue scientifique EMBO Reports.

Les chercheurs ont démontré in vivo, à l'aide de modèles de souris transgéniques, que l'inactivation du gène Maged1 rendait les souris totalement insensibles aux différents effets de la cocaïne. Les souris testées ne présentaient aucune réaction ou comportement addictif, habituellement observés après l'administration de cocaïne.

Grâce à des inactivations dans des régions du cerveau ou des populations neuronales spécifiques, ils ont ainsi pu montrer que Maged1 contrôle la libération de dopamine dans le Nucleus accumbens. Il s'agit d'une région du cerveau est directement impliquée dans les processus de récompense et de renforcement. Ce processus implique également des neurones du cortex préfrontal, une région du cerveau suspectée de contrôler des comportements comme l'inhibition ou la régulation des émotions. Ceci expliquerait certains symptômes de la dépendance à la cocaïne, dont la perte de contrôle et une faible capacité de décision.

La dépendance aux drogues est une maladie neuropsychiatrique chronique qui touche 15,5 millions de personnes en Europe pour un coût de 65,7 milliards d'euros par an. Ces découvertes laissent donc entrevoir des possibilités de nouveaux traitements, plus ciblés et efficaces, pour traiter la dépendance aux drogues. Elles ouvrent également la voie à d'autres études sur les mécanismes moléculaires qui sous-tendent les adaptations associées à la dépendance dans le cerveau.

Jeudi l 12-07-2018
Deux étudiantes de l'ULB remportent un prix de l'Université des femmes

La remise des prix de l'Université des femmes, le 7 juin dernier, a consacré deux étudiantes de l'ULB.

La première, Apolline Vranken, a obtenu le premier prix pour son mémoire "Des béguinages à l'architecture féministe. Comment interroger et subvertir les rapports de genre matérialisés dans l'habitat?". Elle est fraîchement diplômée de la Faculté d'Architecture La Cambre Horta.

La deuxième, Natacha Coenen, est diplômée d'un master en traduction (à finalité Industries de la langue) et est récompensée d'une mention spéciale pour son mémoire "Makers: les femmes qui font l'Amérique. L'Éveil"

Félicitations aux deux jeunes femmes pour leur travail et leurs récompenses!

Jeudi l 12-07-2018
Le saviez-vous? Les bacheliers et masters à l'ULB

Le saviez-vous? L'ULB compte 40 programmes de bachelier et 150 programmes de masters!

Une offre gigantesque qui se répartit dans nos douze facultés, sur quatre campus dont trois à Bruxelles (Solbosch, La Plaine et Erasme) et un à Charleroi mais également différentes implantations comme le site de Flagey ou celui de l'ISTI, à Uccle.

Notre offre de masters comprend des masters en français, en anglais et en néerlandais (avec la VUB) ainsi que des masters de spécialisation.

Les étudiants de l'ULB bénéficient également de la possibilité de réaliser une partie de leur cursus dans une université étrangère, notamment via les Erasmus ou les échanges avec nos partenaires internationaux.

Découvrez tout ce qu'il faut savoir sur les formations à l'ULB!

Vous avez déjà choisi l'ULB? Alors voici comment vous inscrire dès à présent!

D'autres questions? Le Cube Info de l'ULB vous accueille tous les jours pour vous aider et vous orienter!

Jeudi l 12-07-2018
Un nouveau master Erasmus Mundus en Faculté de Philosophie et Sciences sociales

La Commission européenne a octroyé un financement à la Faculté de Philosophie et Sciences sociales de l'ULB pour l'organisation d'un nouveau master Erasmus Mundus.

L'octroi des premières bourses pour ce master Mundus Mitra baptisé "Master en sociologie, à finalité Migration et Diversité Culturelle" aura lieu à partir de l'année académique 2019-2020.

Le programme Erasmus Mundus est un cursus de très grande qualité académique, proposé par un consortium d'établissements d'enseignement supérieur issus de pays européens et hors Europe, donnant lieu à des bourses d'études pour des étudiants sélectionnés au niveau national et international.

Ce master Mundus donnera droit à la délivrance d'un diplôme conjoint, double ou multiple. Plus d'informations pratiques seront diffusées dans le courant de l'année académique 2018-2019.

Mercredi l 11-07-2018
The Art of Difference : entre la technologie et les actes

Lorsqu'il s'agit de pallier un handicap, les technologies sont de plus en plus utilisées pour tenter d'aider les patients. Cependant, celles-ci entraînent une distanciation - une prise de recul - plus grande entre notre volonté consciente et les conséquences de nos actions.

Émilie Caspar (Center for Research in Cognition and Neurosciences, Faculté des Sciences psychologiques et de l'éducation) étudie la distanciation que ces intermédiaires technologiques peuvent provoquer par rapport à nos actes. Pour l'exposition "The Art of Difference", elle s'est posé la question de la dimension éthique qui entoure ces technologies.

Son raisonnement est le suivant : la présence d'intermédiaires provoque un recul de notre volonté consciente par rapport à nos actes, et nous pouvons donc nous sentir moins responsables des conséquences qui en découlent. La chercheuse s'interroge notamment sur le fait que cela puisse engendrer des comportements moins moraux. Par exemple, imaginons que l'on puisse conduire une voiture qui serait connectée directement à notre cerveau via un électroencéphalogramme: en cas de dysfonctionnement, comment pourrons-nous juger de notre responsabilité ?

Dans le cadre de l'exposition qui a lieu à BOZAR, Émilie Caspar illustre cette question difficile. Elle évoque aussi en quoi l'utilisation d'interfaces cerveau-machine aide à mieux comprendre comment nous apprenons à devenir conscient que nous sommes les auteurs de nos propres actes. En effet, apprendre à manier une main robotique tout en contrôlant son activité électrique cérébrale induit un processus d'apprentissage lent, qui permet d'explorer la dynamique de la conscience humaine.

 

Nos dernières publications:

Carbonnelle Sylvie
Joly Dominique
Hellemans Catherine
Casini Annalisa
Van Daele Agnès
De Waele
J.-M.
Gibril
S.
Gloriozova
E.
Spaaij
R.
Gotovitch José
Jodogne Pierre
Ruys Tom
Corten Olivier
Hofer Alexandra
Despoix Philippe
Benoit-Otis Marie-Hélène
Maazouzi Djemaa
Quesney Cécile
Rea Andrea
Bribosia Emmanuelle
Rorive Isabelle
Sredanovic Djordje
Delwit Pascal

Clin d'oeil