Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette
 

Année record à l'ULB avec plus de 28.000 inscriptions

Vendredi l 24-11-2017

Alors que la période des inscriptions touche à sa fin, l'ULB accueille un nombre d'étudiant.e.s jamais atteint dans tous les secteurs et observe tout particulièrement une augmentation de 21% d'inscriptions d'étudiant.e.s de première génération (inscrit.e.s pour la première fois dans l'enseignement supérieur). Au 16 novembre, le nombre total d'étudiant.e.s s'élevait à 28.316, soit une augmentation de 7% par rapport à l'an dernier à cette même date ; près d'un.e étudiant.e sur trois vient de l'étranger pour étudier à l'ULB.

La population étudiante de l'ULB reflète donc bien le visage international de Bruxelles et l'attractivité de l'ULB. En tout, ce sont plus de 130 nationalités qui se côtoient sur les différents campus.

« Nous savons que les étudiant·e·s se renseignent énormément et en particulier auprès de leurs pairs avant de s'inscrire dans une université, explique le Recteur Yvon Englert. Si les étudiant·e·s ont choisi l'ULB de manière aussi massive, c'est donc que les retours de leurs aîné·e·s déjà aux études sont positifs, ce qui est extrêmement valorisant pour tout notre personnel. C'est le fruit d'un travail mené à tous les niveaux de l'Université afin d'assurer le meilleur encadrement possible et d'accompagner les étudiant·e·s sur le chemin de la réussite. Notre récente enquête sur l'avenir de nos diplômé.e.s a montré aussi que nos formations sont très appréciées sur le marché de l'emploi, ce qui constitue aujourd'hui un élément non négligeable. »

Si l'ULB accueille un grand nombre d'étudiant·e·s, la volonté de l'université est de leur permettre de continuer à bénéficier d'un encadrement de qualité: la moitié des cours se donnent à des groupes de moins de 50 étudiant·e·s, tandis que 75% de ceux-ci s'adressent à un maximum de 75 étudiant·e·s. Les infrastructures d'études collectives (Library and Learning Centers-LLC) se développent à grande vitesse et l'enseignement multilingue progresse.

Par ailleurs, suite à l'augmentation des inscriptions, l'ULB a pris les mesures nécessaires pour renforcer son niveau d'encadrement et ses programmes d'aide à la réussite en procédant à des engagements complémentaires.

Découvrez le détail de la population étudiante (BA1) de l'ULB en chiffres.

MANIFESTATION - Stop aux violences envers les femmes

Vendredi l 24-11-2017

Ce 25 novembre, Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, nous vous invitons à manifester votre solidarité avec les victimes et à exiger un engagement massif et global des pouvoirs publics pour qu'ils respectent leurs engagements et remplissent réellement leur rôle dans l'éradication des violences faites aux femmes. Les violences contre les femmes sont une responsabilité collective de toute la société.

La plateforme Mirabal (qui rassemble une soixantaine d'organisations sensibles à la problématique, dont le Centre d'Action Laïque) organise une grande manifestation nationale contre les violences faites aux femmes. Partout dans le monde, des femmes et des hommes feront de cette journée un moment fort.

Puisqu'une société sans violences envers les femmes est possible, vous aussi, prenez part à cet élan mondial!

>> En pratique: le samedi 25 novembre, rendez-vous à 14h à la gare du Nord. Un gigantesque "Fil rouge des violences" parcourra la manifestation de bout en bout. Donnez-lui encore plus d'ampleur en apportant un tissu rouge de récup'. Toutes les informations utiles relatives à cette manifestation se trouvent sur l'événement Facebook de Mirabal.

De près ou de loin, au cours de sa vie, chaque femme est confrontée à différentes formes de violences, parce qu'elle est une femme. Il ne s'agit ni de cas isolés, ni de « faits divers ». Ces violences sont le reflet d'un système qui va à l'encontre des droits des femmes et met à mal leur intégrité et autonomie. Passées sous silence, banalisées, excusées, niées..., ces violences sont rendues invisibles aux yeux du grand public. Largement sous-estimées, elles restent également relayées au second plan des priorités politiques.

Carte blanche: expérimentation animale

Mercredi l 22-11-2017

"Interdire l'expérimentation animale ou la rendre impraticable priverait la Société d'un outil indispensable à la recherche fondamentale et médicale, ainsi qu'à l'innovation dans les sciences du vivant dont les animaux eux-mêmes bénéficient. Face aux défis que constituent notamment l'augmentation de la population, l'allongement de la durée de vie, le contrôle des infections émergentes et le réchauffement climatique qui bouleversent nos écosystèmes, pouvons-nous décider de cesser d'innover et hypothéquer notre futur ainsi que celui de nos descendants?"

Cette interpellation est lancée par quelque 219 chercheurs belges, dont 4 Prix Francqui, issus des différentes universités du pays. Leur "opinion-carte blanche" est publiée sur les sites web du journal Le Soir et de La Libre Belgique.

Le conflit linguistique belge éclairé par la psychologie sociale

Mercredi l 22-11-2017

Alors qu'il rythme régulièrement les débats publics et politiques, le conflit linguistique belge n'a été que peu étudié par les psychologues. Sous la direction rédactionnelle de Nicolas Van der Linden (Center for Social and Cultural Psychology, CeSCuP – Faculté des Sciences psychologiques et de l'éducation) et Arne Roets (UGent),une série de 7 articles parus dans un numéro spécial de la revue scientifique Psychologica Belgica se penche sur ce conflit.

Les différentes études ont été menées auprès d'échantillons de citoyens flamands et/ou francophones. Parmi celles-ci, l'une dévoile que les stéréotypes attachés aux Francophones et aux Flamandsressurgissent quand le conflit linguistique s'intensifie. Deux autres études montrent que les attitudes vis-à-vis de l'amnistie pour les collaborateurs de la Seconde Guerre Mondiale sont majoritairement négatives tant chez les Francophones que chez les Néerlandophones.

Les Flamands sont-ils plus racistes? Non, si l'on en croit une 3e recherche: les Flamands entretiennent des attitudes plus favorables que les Wallons à l'égard des immigrés et des homosexuels. Une attitude qui se répercutera cependant différemment sur les intentions de vote.

Parmi les autres articles, l'un se penche sur les sentiments de victimisation imputés à l'autre communauté, tandis qu'un autre compare les préjugés à l'égard des minorités ethnoculturelles à ceux vis-à-vis des Wallons. Enfin, une dernière étude a été réalisée au sein de la communauté germanophone, qui conserve une attitude positive et un attachement à l'égard de la Belgique plus prononcé.

Rencontres ULB-Le Soir : "Enseignement : l'ascenseur social est-il en panne ?"

Mardi l 21-11-2017

Avec Najat Vallaud-Belkacem, ancienne ministre française de l'Éducation nationale, Jean-Claude Marcourt, ministre de l'Enseignement supérieur et Andrea Rea, doyen de la Faculté de Philosophie et Sciences sociales.

Notre système d'enseignement serait l'un des plus inégalitaires d'Europe. Cette deuxième Rencontre organisée par l'ULB et Le Soir abordera le thème de la mixité, au sens large du terme, à l'école et à l'université.

Comment rendre nos écoles et universités réellement inclusives ? Comment faire fonctionner efficacement l'ascenseur social que constitue l'enseignement ? Cette Rencontre, animée par Béatrice Delvaux, éditorialiste en chef au journal Le Soir et Eric Burgraff, journaliste spécialiste enseignement au journal Le Soir, réunira des experts et des professionnels du secteur de l'enseignement autour du thème de l'enseignement inclusif, et de ce qui se développe en Belgique et à l'étranger dans ce domaine.

> Informations pratiques :
Le 5 décembre 2017 à 19h
Campus du Solbosch, bâtiment K, amphithéâtre Henri La Fontaine
Entrée gratuite, inscription obligatoire
Infos: www.ULB.be/debats

Santé et solidarité à la Une d'Esprit libre

Mercredi l 08-11-2017

L'Hôpital Erasme fête ses 40 ans. Esprit libre évoque le passé, le présent et surtout l'avenir de ce lieu dédié à la santé mais aussi à l'enseignement et la recherche. Un lieu où l'humain, dans toute sa fragilité, est pris en charge.

Dans ce numéro 49 sont évoqués d'autres humains en état de fragilité : les réfugiés... ainsi que les étudiants qui ont choisi de s'investir pour et avec ceux-ci. Dans la même veine «solidaire» sont présentés dans le magazine les 5 projets bénéficiant en 2017 de la Bourse Hessel.

Également au sommaire : la meilleure manière de calculer la distance Terre-Lune avec un degré de précision de l'ordre de l'atome (Starting Grant pour François Leo), le premier vaccin mondial contre le streptocoque A (Pierre Smeesters, Bactériologie moléculaire) ou le tout nouveau centre de recherche de l'ULB, AmericaS.

Découvrez le dernier numéro d'Esprit libre en ligne.

Vendredi l 24-11-2017
Workshop « Transnational solidarities and global queer politics»

The international workshop « Transnational solidarities and global queer politics», organised by Atelier Genre(s) et Sexualité(s) (Institut de Sociologie, ULB), invites you to question the notion of solidarity.

Solidarity is often invoked in political and social discussions. It is particularly cherished, and would constitute a fundamental civic virtue. It plays a key role in maintaining nation states together and would be a cornerstone of public welfare system. In brief, it operates as a cement of modern citizenship. However, this value is also invoked transnationally, and would apply across borders. It is foundational to the process of European construction, and would also underpin the establishment of the UN system. It justifies why Western states engage in international aid, and would also explain transnational activism. Solidarity is a polysemic and contested notion. While it is often taken for granted in public debate, any attempt to study it academically raises numerous questions. What is its precise content of solidarity and how does it work? Who has to show his/her solidarity and with whom? What are the borders and the limits of solidarity? This workshop will address several of these questions through a discussion of transnational solidarity in global queer politics. When is this notion invoked and how? How can it be used at the same time to justify state support to LGBTQI refugees and to sustain the development of a global movement?
The purpose of this workshop is to study academically those questions, with multiple speakers from the ULB and international experts.

> Practical information :
When? Monday 4 December from 9 am until 6 pm;
Where? Room Henri Janne (15th floor), Institut de Sociologie, Avenue Jeanne 44 – 1050 Bruxelles.
Complete program

Vendredi l 24-11-2017
Ateliers tandems du CCS

Envie de profiter en famille des ateliers à la carte ? Le CCS offre dès à présent la possibilité de s'inscrire chaque mois à une après-midi d'activités! Accompagné de votre (petit-)enfant, partagez ensemble une expérience privilégiée au CCS.

Les prochaines activités :

  • Mercredi 17 janvier, 14h : Ordre dans tous ces animaux (dès 7 ans)
  • Mercredi 14 février, 14h : Faire du pain avec des cellules vivantes (dès 8 ans)
  • Mercredi 14 mars, 14h : atelier dessin-animé (dès 8 ans)
  • Mercredi 4 avril, 14h : Découverte de l'exposition Là-haut et Space Trek (dès 7 ans)
  • Mercredi 16 mai, 14h : Lecture de cartes et tout azimut (dès 8 ans)
  • Mercredi 16 juin, 14h : Le Soleil, notre étoile (dès 8 ans)

Inscriptions au 071 600 300 ou via ccsinfo@ulb.ac.be.
Tarif : 7,50 €/pers (accès aux espaces d'exposition compris).

Vendredi l 24-11-2017
Aux frontières de l'Humain - Atelier Genre(s) et Sexualité(s) « Des injustices structurelles à la reconnaissance de la diversité. Regard critique sur l'évolution des politiques publiques contre l'homophobie et la transphobie au Québec »

Dans le cadre de son cycle d'évènements "Aux frontières de l'Humain", la MSH-ULB, la maison des Sciences Humaines de l'ULB, vous invite à son atelier Genre(s) et Sexualité(s) "Des injustices structurelles à la reconnaissance de la diversité. Regard critique sur l'évolution des politiques publiques contre l'homophobie et la transphobie au Québec".

En effet, les alliances au sein du mouvement LGBTQ au Québec se sont construites en deux temps historiques : autour des revendications concernant la reconnaissance des couples et des familles avec des parents de même sexe, puis celles touchant l'accès à la citoyenneté des personnes trans et l'ajout de l'identité de genre comme motif prohibé de discrimination. Mais entre le premier et le second plan d'action concrétisant cette politique, la trame idéologique qui légitime les changements préconisés délaisse l'assurance de l'égalité de fait au profit de la notion de diversité.

Ce regard critique sera tenu par Line Chamberland, professeure à l'Université du Québec à Montréal.

>En pratique:
Quand? Mercredi 29 novembre de 17 à 19h
Où? Salle Henri Janne (15e étage), Institut de Sociologie, Avenue Jeanne 44 – 1050 Bruxelles
Infos et programme.

Vendredi l 24-11-2017
Le droit comme engagement

"Pour l'Ecole de Bruxelles, le droit est avant tout un instrument pour trouver des solutions", résume Benoît Frydman, chercheur et responsable du Centre Perelman de Philosophie du droit (Faculté de Droit et de Criminologie). C'est cette vision pragmatique du droit qu'il viendra exposer à l'Université d'Aix-Marseille le 30 novembre prochain, lors d'un colloque international intitulé « Doctrine juridique et philosophie politique et morale ».

"Le problème du droit a souvent été de rester neutre par rapport à la politique et à la morale, quitte à tomber dans un certain formalisme. Ce n'est pas la conception du droit développée à l'ULB depuis la Révolution industrielle par l'Ecole de Bruxelles", explique le chercheur. Pour celle-ci, le droit doit être mobilisé pour résoudre les problèmes sociaux, imaginer des solutions et les mettre en place dans l'espace public et pluraliste. "Le juriste ne se contente donc pas d'appliquer des règles formelles, mais s'engage pour une cause et la défend, que ce soit devant le parlement ou les tribunaux."

Si cette conception très engagée du droit est assez répandue aux Etats-Unis, elle est plus minoritaire en France. L'événement permettra ainsi au chercheur de discuter de cette philosophie, de son histoire et de ses évolutions avec ses confrères de l'Hexagone et d'ailleurs.

Jeudi l 23-11-2017
Traite des êtres humains et terrorisme

Ce mercredi 29 novembre, Charles-Eric Clesse, professeur à la Faculté de Droit et Criminologie, et Philippe de Koster, président de la CTIF, proposeront au public du Palais des Académies une conférence consacrée à la traite des êtres humains et la manière dont elle finance les mafias et le terrorisme.

"Il s'agira de présenter les différentes formes d'exploitation et d'expliquer les mécanismes mis en place par des réseaux internationaux et des individus, au travers de nombreux exemples issus de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'Homme et des Cours et tribunaux belges et français", annonce Charles-Eric Clesse. Lors de son intervention, le professeur, également auditeur du travail du Hainaut, se penchera particulièrement sur les indices qui permettent de déterminer que la traite alimente des organisations terroristes ou mafieuses.

La conférence offrira également l'occasion d'explorer le trafic en dehors des grands réseaux. "Il y a plein de petits exploitants. A Charleroi par exemple, des familles ou des particuliers amènent des Bulgares en microbus pour réaliser de petits travaux ou se prostituer, ce qui finance les mafias des pays d'origine de ces travailleurs", note Charles-Eric Clesse.

La seconde partie de l'exposé, donnée par Philippe de Koster, s'intéressera aux flux financiers issus du terrorisme et au blanchiment d'argent.

 

Nos dernières publications:

Luminet Olivier
Curci Antonietta
Hottois Gilbert
Glansdorff François
Van den Haute Erik
Anciaux Robert
Jangoux Michel
Telò Mario
Ding Chun
Xiaotong Zhang
Corten Olivier
Dubuisson François
Koutroulis Vaios
Lagerwall Anne
Berns Thomas
Lafosse Juliette

Clin d'oeil