Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette
 

Jeudi l 01-02-2018
Avec le MOOC « Fautomaton », la chasse aux fautoz est ouverte dès le 28 mars!

Grâce à ce cours online proposé par l'ULB, les participant·e·s apprendront à identifier et à corriger différents écarts linguistiques et grammaticaux.

Un cadavre retrouvé mort, des endives baisées, être ravi au lit... Si ce genre d'écart linguistique vous fait rire ou vous hérisse le poil, vous adorerez ce cours ouvert en ligne. Et si vous avez l'impression de commettre des fautes, le MOOC pourra vous aider à ne plus faire d'erreurs.

Dans ce «Fautomaton», les écarts ne sont en effet pas toujours des «fautes». Parfois, ce sont des manières de s'exprimer qui peuvent donner lieu à des malentendus ou à des effets de manque de maitrise linguistique.

La dimension ludique sera omniprésente dans ce nouveau MOOC: on y trouvera notamment des quiz, des puzzles, des mots croisés ou mêlés, des jeux de pendus, des jeux du type «qui veut gagner des millions».

> Informations pratiques :

Inscriptions au MOOC «Fautomaton–À la chasse aux fautoz!»: jusqu'au 24 avril 2018

Début des cours: le 28 mars.

Durée: 6 semaines.

Public: tout francophone désireux d'améliorer ses compétences linguistiques, ainsi que toute personne qui s'intéresse à la langue française. Le cours est également ouvert aux allophones ayant un niveau C1 minimum (selon le référentiel du Cadre Européen).

En savoir plus et formulaire d'inscription

Ce MOOC est développé par Marie-Eve Damar. Docteure en Langues et Lettres, Marie-Eve Damar enseigne notamment à l'ULB. Ses cours comme ses recherches concernent la linguistique du français et la linguistique appliquée à l'enseignement et apprentissage de la langue française, langue maternelle comme langue étrangère. Certains exercices du MOOC ont été conçus par Caty De Sutter et Sophie Weverbergh.

Mercredi l 31-01-2018
20 km de Bruxelles: faites une équipe solidaire !

ULB-Coopération et ULB Sports forment une équipe ULB pour relever le défi des 20km de Bruxelles et s'associent pour soutenir un des projets de l'ONG.

Étudiants, personnel de l'ULB, proches, amis ou voisins: toutes et tous peuvent se joinder à cette équipe pour relever ensemble un défi sportif et engagé.

Grâce à l'ULB, vous financez (automatiquement) un projet de ULB-Coopération. Faites équipe solidaire !

Plus d'informations: www.ulb-cooperation.org/20km
20 km de Bruxelles - le 27 mai 2018
Inscription ouverte (25 EUR)

Mercredi l 31-01-2018
L'Océan côtier: un puits de CO2 de + en + efficace

L'océan dans son ensemble pompe environ 30% du CO2 émis dans l'atmosphère par les activités humaines. Au cours des dernières décennies, ce puits de carbone a tendance à s'affaiblir. Une nouvelle recherche réalisée par des chercheurs de l'ULB, en collaboration avec d'autres instituts américains et suisse, montre que ce phénomène n'est cependant pas uniforme.

Emmenés par Goulven Laruelle, chercheur à l'UR Biogéochimie et Modélisation du Système Terre (Faculté des Sciences), les chercheurs ont en effet démontré quela majorité des zones côtières - 7% de la surface globale des océans - ont tendance à piéger de plus en plus de CO2 atmosphérique. Publiée dans le journal Nature Communications, l'étude est une première : l'absorption ou non de carbone par les régions côtières est très différente selon leur position géographique et leur topographie, et peu de données étaient jusqu'alors disponibles.

Pour expliquer ce phénomène, les auteurs avancent le fait que l'océan côtier est moins profond que l'océan ouvert et transfère donc plus rapidement le CO2 vers celui-ci. Un gradient significatif de concentration en CO2 est alors maintenu entre l'atmosphère et l'océan côtier, ce qui favorise l'absorption de CO2 anthropique. Autre hypothèse : les activités humaines ont amplifié l'apport en nutriments des rivières vers les zones côtières, ce qui stimule la production biologique et, en conséquence, le piégeage de CO2 atmosphérique.

Ces résultats confirment qu'il est important d'intégrer les zones côtières dans les bilans de carbone à l'échelle globale et les modélisations du climat.

Mardi l 30-01-2018
Architecture de Charleroi : un nouveau guide

C'est le fruit de trois ans de recherche de la Faculté d'Architecture de La Cambre Horta. Le Guide d'architecture moderne et contemporaine Charleroi Métropole 1881-2017, édité par la Cellule d'architecture de la Fédération Wallonie-Bruxelles et les éditions Mardaga, vient de paraître. L'ouvrage rassemble les notices de 322 projets, dont quelques inédits, répartis dans 16 villes et communes. "Ce fut un long travail de fond. Les écrits sur l'architecture de Charleroi du XXe siècle sont rares, tout comme les archives à ce sujet. Il a donc fallu creuser pour trouver des sources primaires", explique Iwan Strauven, co-directeur du guide et auteur de plusieurs travaux sur les architectes du Pays Noir, notamment Marcel Leborgne.

Pour mener ce qui s'est révélé être une véritable enquête, la Faculté a pu compter sur pas moins de 80 collaborateurs scientifiques, dont plusieurs dizaines d'étudiants de 3e année et de master. "Ce n'était pas toujours facile car il fallait régulièrement faire des allers-retours sur le terrain pour observer, interviewer, consulter les archives, mais aussi (re)découvrir", précise le chercheur. Le guide rend en effet justice aux constructions modernistes remarquables des années 1930 et 1960 tombées dans l'oubli. "Grâce aux explorations de Marie-Noëlle Dailly, photographe et co-directrice du livre, nous avons découvert de nombreuses perles cachées." Une bonne occasion de redécouvrir un patrimoine souvent mal-aimé.

Lundi l 29-01-2018
Le droit des plateformes numériques

Du 6 février au 17 avril, le Centre Perelman de Philosophie du Droit (Faculté de Droit et de Criminologie) et le CRIDES (UCL) organisent un cycle de conférences sur le droit des plateformes numériques. "Cet événement s'inscrit dans un programme plus large : l'étude des transformations du droit à l'heure où la société bascule dans le numérique", précise Benoît Frydman, président du Centre.

En ligne, ces plateformes jouent un rôle crucial puisqu'elles créent et organisent les relations humaines sous de nouvelles formes, ce qui n'est pas sans poser de problèmes. "Par exemple, Deliveroo ou Uber ont créé un nouveau statut pour le travailleur, ce qui a mené à des procédures judicaires. Airbnb a quant à lui soulevé des questions de discriminations, tandis que Facebook est pointé du doigt pour la prolifération de fake news. Le droit doit donc s'adapter pour réguler ces plateformes, et, à travers elles, le comportement de leurs utilisateurs", soutient le chercheur.

Un exercice délicat pour l'Union européenne, qui est appelée à jouer un rôle important en la matière. Deux conférences y seront d'ailleurs consacrées. Lors de ce cycle, il sera également question de la gestion des données, de protection de la vie privée, mais aussi de la transformation des États en plateformes, par exemple au niveau fiscal.

Inscription obligatoire.

 

Nos dernières publications:

Winand Jean
Vanderlinden Jacques
Snow Gérard
Poirier Donald
Olson Mancur
Dony Marianne
Zamora Vargas Daniel
André Valérie
Couvreur Manuel
Luminet Olivier
Curci Antonietta
Perrouty Pierre-Arnaud

Clin d'oeil