Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette
 

Mercredi l 21-11-2018
Esprit libre prend le pouls de la santé à l'université

Le nouvel Esprit libre se penche sur l'implication de l'université en matière de santé publique. Un important colloque de l'Agence universitaire de la francophonie vient d'y être consacré chez nous. Santé, alimentation et recherche, santé de nos étudiants aussi, avec la coupole Santé récemment créée à l'ULB et enfin santé et apprentissage, avec un focus sur le SIMLABS, laboratoire de simulation à disposition, entre autres publics, des étudiants.

Des robots du SIMLABS, on passera aux robots sur lesquels se penche Céline Pieters, dans le cadre de son doctorat (Rhétorique & robotique) en cotutelle avec l'Université de Toulouse. Son portrait dans le magazine.

Autres thématiques que vous retrouverez dans ce numéro 54: les 90 ans du FNRS, le porno sous la loupe de la recherche, le Multigram et les langues, Banturivers et Organitra (deux nouvelles ERC de l'ULB), un portrait de Paul-Henri Spaak, ou encore un focus sur la lente pénétration des Chinois en Amérique latine & Caraïbes!

Le magazine Esprit Libre est à lire en ligne ou à télécharger en format PDF.

Mercredi l 21-11-2018
Une Saint-V 2018 sur le thème de la désobéissance

Ce mardi 20 novembre, l'ULB et la VUB ont mis à l'honneur, comme chaque année, leur fondateur Théodore Verhaegen.

Cette journée permet à la Communauté universitaire de témoigner de sa fidélité à l'esprit des fondateurs de notre Université et de sa reconnaissance à ceux qui l'ont servie au travers des difficultés de son histoire.

Le thème retenu cette année par les cercles de l'ACE et de la BSG était: "Librex bafoué, universités engagées? Recht staan in plaats van ondergaan". Il souligne l'importance de l'idée de désobéissance civile.

Retrouvez toutes les photos de la Saint-Verhaegen sur la page Facebook de l'ULB.

Mercredi l 21-11-2018
Archéologie : état des lieux en Belgique

Le 24 novembre, après une décennie de fouilles et d'études dans les Régions bruxelloise, flamande et wallonne, les archéologues du CReA-Patrimoine feront part de l'état de leurs recherches. Après une première journée consacrée aux projets menés à l'étranger en 2017, ce samedi, ce sont les recherches réalisées sur l'entièreté du territoire belge qui seront mises à l'honneur.

L'archéologie préventive et programmée en Région bruxelloise concourt à la qualité de la politique patrimoniale dans la Capitale européenne ; les archives des sous-sols ou en élévation sont enregistrées avant la disparition ou la transformation d'éléments urbains. Des vestiges néolithiques à Watermael-Boitsfort aux vestiges médiévaux et des Temps-Modernes comme l'Hôtel de Ville de Bruxelles ou différentes maisons sises dans le centre de la cité: l'équipe d'archéologie préventive du CReA-Patrimoine a travaillé sur de nombreux chantiers durant ces huit années, à la demande, et grâce aux financements de la Direction des Monuments et des Sites (Service Public régional Bruxelles Urbanisme et Patrimoine).

Depuis une dizaine d'années, le centre assure aussi la coordination de l'ensemble des études paléoenvironnementales sur le territoire régional, ainsi que l'étude des phytolithes. Ces études portent sur plusieurs thèmes : l'étude de la stratigraphie urbaine, la reconstitution de l'environnement Holocène de la vallée de la Senne, l'économie locale (agriculture, élevage, commerce, etc.) et la vie personnelle (alimentation, activités, santé, etc.).

En Région wallonne, l'Université libre de Bruxelles mène depuis plus de quinze ans une série de programme de recherches axés sur l'archéologie gallo-romaine. Ces dernières années, des fouilles entreprises à Aiseau-Presles (prov. Hainaut) ont permis la découverte d'un temple et d'un sanctuaire associés à une vaste villa gallo-romaine. Des rites religieux inédits, datés du 1er siècle apr. J.-C. et basés sur la miniaturisation d'objets agricoles ont entre autres été mis en évidence.

En Flandre, le CReA-Patrimoine a mené une série d'études micromorphologiques dans des villes comme Anvers, Tongres, Alost et Lierre. Ces études touchent à une série de problématiques fondamentales, comme leur émergence et développement, l'organisation de l'espace, etc.

Au fil des années, le CReA-Patrimoine est devenu un des centres de référence en matière d'archéologie au service des Régions, en charge de l'archéologie en Belgique.

Mercredi l 21-11-2018
St-V: 6200€ récoltés pour l'asbl L'Îlot

Voici quelques années, les étudiants de l'ULB ont eu l'idée de consacrer une journée en faveur d'une oeuvre sociale. Les délégués au poste "social" des 30 cercles folkloriques s'accordent sur une association pour laquelle ils récolteront des fonds. Cela passe par l'organisation d'événements à but caritatif mais aussi par une quête sociale qui a lieu chaque année lors de la semaine précédant la Saint-Verhaegen. L'année dernière, plus de 1850 euros avaient pu être récoltés pour BXLREFUGEES.

L'asbl choisie cette année est L'Îlot. Cette association a pour mission de répondre aux besoins rencontrés par les personnes sans abri en organisant une offre de services de première nécessité (accueil de jour), d'accueil et d'hébergement temporaire, de création et de captation de solutions de logement, ainsi que de guidance à domicile pour les personnes récemment relogées. L'Îlot veut promouvoir la justice sociale et vise le développement d'une société solidaire mue par l'engagement de l'ensemble de ses citoyens.

La semaine précédant la St-V, les étudiants des cercles de l'ACE étaient présents dans les rues de Bruxelles afin d'aider l'Îlot dans sa lutte contre le sans-abrisme et à la mise en place de solutions dignes et durables. L'objectif de dépasser les 2000 euros de dons a été largement dépassé puisque ce sont 6200 euros qui ont été récoltés.

L'Université félicite tous les étudiants qui ont pris part à cette quête et est fière de l'engagement de ses cercles et membres.

Mercredi l 21-11-2018
Obésité et inflammation : l'immunothérapie utile?

L'obésité et les désordres associés (diabète, cardiopathies) représentent un problème de santé croissant dans les pays développés. De nombreux travaux ont montré que le tissu graisseux des personnes obèses est infiltré par des cellules du système immunitaire à fonction inflammatoire. Cette inflammation est aujourd'hui reconnue comme l'une des causes principales du dysfonctionnement du tissu adipeux et de la prise de poids excessive.

Des chercheurs du Laboratoire d'Immunobiologie (Faculté des Sciences), en collaboration avec des chercheurs de France et des Pays-Bas, ont identifié l'un des mécanismes pouvant expliquer comment une alimentation riche en graisse induit cette inflammation. Leur étude est publiée dans la revue Cell Reports. Ils ont observé qu'un régime équilibré conduit à l'accumulation, dans la graisse abdominale, d'une classe de lymphocytes dits « innés ». Ces cellules immunitaires produisent des facteurs anti-inflammatoires qui protègent le tissu adipeux d'une éventuelle inflammation.

Un régime riche en graisse, en revanche, conduit à l'inactivation fonctionnelle de ces cellules : elles expriment des molécules inhibitrices, identiques à celles qui inhibent la réponse immunitaire au sein des tumeurs. En bloquant ces molécules inhibitrices, les chercheurs ont pu rétablir la fonction des lymphocytes protecteurs et atténuer les effets pro-inflammatoires liés au régime riche en graisse. Ces observations suggèrent que des traitements d'immunothérapie pourraient permettre de contrôler les désordres associés à l'obésité.

 

Nos dernières publications:

Gubin Éliane
Jacques Catherine
Gonçalves Stéphanie
Berliner David
Calabrese Laura
Veniard Marie
Espion Bernard
Provost Michel
Wibaut Romain
Wouters Ine
Broustau Nadège
Sacco Muriel
Paternotte David
David Eric
Slautsky Emmanuel

Clin d'oeil