Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette
 

Jeudi l 05-04-2018
Eau, déchets, énergie... Coproduire pour améliorer

La fourniture d'eau potable, d'énergie ou la récolte des déchets sont des services de base dans notre société occidentale. Pourtant, des problèmes subsistent, notamment en termes d'efficacité ou de durabilité. Dans les pays du Sud, en revanche, c'est la question de l'accès à ces services qui se pose.

Dans un livre récemment publié, Luisa Moretto et Marco Ranzato (tous deux chercheurs en Faculté d'Architecture) font un état des lieux des recherches concernantcette thématique. Outre les différences de motivations entre le Sud et le Nord, les chercheurs mettent en évidence la coproduction de services urbains comme solution possible aux problèmes. "Dans les pays du Sud, les réseaux publics sont en général très partiels et les citoyens doivent se débrouiller seuls pour avoir accès au réseau central", explique Luisa Moretto. Au Nord, la chercheuse cite l'exemple de la gestion des eaux usées à Forest : "Le système d'évacuation public est insuffisant. En réaction, les citoyens ont décidé d'explorer la possibilité d'installer des citernes d'eau de pluie à des endroits stratégiques", explique-t-elle, avec les pouvoirs publics et d'autres acteurs de la société civile.

Les chercheurs étudient la distribution spatiale de ces initiatives au niveau urbain : "Nos analyses démontrent qu'un îlot d'un ensemble de maisons est l'échelle la plus adaptée pour la coproduction, car les personnes partagent les mêmes problèmes, se connaissent et les synergies se mettent donc en place plus facilement", explique Luisa Moretto. La chercheuse et son collègue prolongent actuellement leur étude en Bolivie, Vietnam, Ethiopie et RDC, via un Projet de Recherche FNRS, afin de tester cette hypothèse et approfondir la manière dont ces initiatives se concrétisent.

Mercredi l 04-04-2018
Les diversités à l'honneur dans le nouvel Esprit libre

L'ULB honorera prochainement huit personnalités en leur remettant les insignes de Doctorat Honoris Causa. Huit parcours de vie, symboles de richesse mais aussi de diversités à la fois culturelles et sociales. Leurs portraits sont à découvrir dans le numéro 51 d'Esprit libre...

À lire également dans ce numéro: les multiples vies de Patrick Mandoux, vice-doyen de la Faculté de Droit et de Criminologie, le projet de recherche « Valuebugs » pour une technique de valorisation des déchets organiques ménagers, l'architecture au service de la coopération Nord-Sud, le projet REAMOOC pour l'innovation pédagogique en Afrique subsaharienne ou encore le portrait de Jean-Benoit Pilet, qui va étudier les nouvelles formes de démocratie pendant cinq ans.

> Informations pratiques:

Pour découvrir ce numéro, les archives ou vous abonner, visitez la page d'Esprit Libre sur le site de l'ULB.

Mercredi l 04-04-2018
Un flux de protons stimule la croissance cellulaire

Les cellules sont capables de s'adapter à l'apport nutritionnel de leur milieu : face à l'insuffisance de nutriments, elles vont ralentir leur croissance et la synthèse de leurs constituants. Et vice-versa quand les nutriments redeviennent abondants.

La régulation de la croissance cellulaire selon la disponibilité des nutriments est médiée par un complexe moléculaire appelé TORC1, dont l'étude suscite de plus en plus d'intérêt auprès des chercheurs. Ceux du Laboratoire de Physiologie moléculaire de la Cellule (Faculté des Sciences, Biopark) ont éclairci la manière dont ce complexe est réactivé lorsque l'on fournit des acides aminés à des cellules de levure où TORC1 est faiblement actif.

Publiée dans le journal scientifique eLife, leur étude démontre que la réactivation de TORC1 est liée au transport des acides aminés au travers de la membrane cellulaire. Ce transport s'accompagne d'un flux de protons (H+). C'est ce transport, et particulièrement une enzyme de la membrane impliquée dans la régulation de ce flux, qui jouent un rôle essentiel dans l'activation de TORC1.

Emmenés par Bruno André, les chercheurs doivent maintenant essayer d'éclaircir ce lien : leur hypothèse est que l'enzyme impliquée déclenche une cascade de signalisation intracellulaire aboutissant à TORC1.

Mercredi l 04-04-2018
Prix ULB 2018 de la coopération académique Nord-Sud

Le Prix 2018 de la coopération académique Nord-Sud a été remis par le Recteur Yvon Englert, lors de la soirée de clôture de la 12e Journée de la coopération organisée à l'ULB le 21 mars dernier.

Le prix a été attribué à l'équipe de CLARA, le Centre des laboratoires associés pour la recherche en architecture, de la Faculté d'Architecture. Elle compte 40 enseignants-chercheurs, dont 19 sont actifs en coopération au développement, essentiellement en République démocratique du Congo, mais aussi au Bénin, au Togo, au Ghana, au Sénégal et en Éthiopie.

Ce prix est destiné à récompenser un académique ou une équipe de recherche de l'ULB qui, par la qualité de ses travaux scientifiques et son action dans le domaine de la coopération au développement, a contribué à renforcer la visibilité de l'ULB en tant qu'acteur pour le développement.

L'équipe de CLARA obtient donc une bourse de doctorat pour un jeune chercheur du Sud qui effectuera sa thèse, en partie dans son université d'origine, en partie à l'ULB.

Le projet choisi par les lauréats concerne une thèse de doctorat sur l'urbanisation galopante en RDC, urbanisation qui sera abordée sous l'angle de "l'interaction entre la ville et son environnement rural" et par le développement de "méthodes empiriques de ces interactions".

Mardi l 03-04-2018
L'ULB répond aux critiques concernant le choix de Ken Loach comme Docteur Honoris Causa

Le jeudi 26 avril, l'Université libre de Bruxelles honorera 8 personnalités en leur remettant les insignes de Docteur Honoris Causa. Christiane Taubira, Siegi Hirsch, Ahmet Insel et Ken Loach, ainsi que 4 scientifiques choisis par les Facultés, recevront ce jour-là la plus haute distinction universitaire.

Ce mardi, plusieurs associations de la communauté juive de Belgique demandent à l'ULB de ne pas accorder cette distinction à Ken Loach en raison de "sa tolérance inacceptable à l'égard de l'antisémitisme et la forme révisionniste qu'il donne à son engagement pour la Palestine".

Dans leur communiqué, les associations se basent sur une interview donnée par Monsieur Loach en septembre 2017, en marge du congrès travailliste britannique. Cependant, suite à ce congrès, Monsieur Loach avait publié un communiqué très clair qui dément formellement les accusations dont il fait l'objet: "L'Holocauste est aussi réel que la Seconde Guerre mondiale elle-même. Mais l'histoire appartient à nous tous. Seul un esprit malveillant pourrait suggérer que je puisse donner du crédit aux révisionnistes. C'est d'ailleurs tout à fait remarquable que je doive le préciser. Peut-être un signe de l'époque? (1)".

Monsieur Loach a été choisi par le Conseil académique de l'ULB, dans le cadre de l'Année des Diversités, en raison de son "œuvre militante relative aux conflits sociaux et la lutte pour le droit des travailleurs ou des immigrés clandestins (2)". Nous ne souhaitons pas en déplacer la focalisation vers le conflit israélo-arabe, ce qui serait en dénaturer totalement la signification et la dimension. Dans ce contexte, si les prises de position politiques de Monsieur Loach dans le cadre du conflit Israélo-arabe attirent inévitablement les critiques de ses opposants, aucun élément du parcours de ce cinéaste engagé ne permet cependant d'étayer des accusations d'antisémitisme ou de révisionnisme à son égard. Aucune de ses œuvres ne traite d'ailleurs de ce conflit. Le soutien au boycott académique d'Israël, qui lui est reproché, n'est pas et n'a jamais été la position de l'ULB en tant qu'institution, mais ne peut le disqualifier pour autant. L'engagement très ferme de l'ULB contre toute forme de racisme ou d'antisémitisme, et a fortiori de négationnisme, est une constante que nous souhaitons réaffirmer ici avec force.

C'est sur base de son œuvre artistique et de la liberté d'opinion et d'expression qui doivent lui être accordées comme à tout un chacun, qu'est basée la décision d'octroyer les insignes de Docteur Honoris Causa à Ken Loach le 26 avril prochain.

(1) Publication du 28 septembre 2017 sur le compte @KenLoachSixteen
(2) Extrait de la note déposée au Conseil académique de l'ULB le 18 décembre 2017

 

Nos dernières publications:

Goldbeter Albert
Wintgens Sophie
Lika Liridon
Weerts Audrey
Contor Justine
Tomini Luca
Docclo Caroline
Garabedian Daniel
Henneaux François
Bourdeau Philippe
Moreau Roland
Zaccai Edwin
Kellner Thierry
Djalili Mohammad-Reza
Lauro Amandine
Piette Valérie
Sägesser Caroline
Vanderpelen-Diagre Cécile
Dickschen Barbara
Massange Catherine
Milquet Sophie

Clin d'oeil