Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette
 

Jeudi l 19-07-2018
Le saviez-vous? 4 Prix Nobel à l'ULB!

Sur les six Prix Nobel scientifiques décernés à des Belges, quatre l'ont été à des professeurs et chercheurs de l'ULB.

Le plus récent est bien évidemment François Englert, Prix Nobel de Physique 2013, récompensé pour ses travaux théoriques qui l'ont conduit dès 1964, avec Robert Brout et Peter Higgs, à proposer un mécanisme théorique qui joue un rôle essentiel dans notre compréhension de l'Univers.

Le premier prix Nobel scientifique décerné à un professeur de l'ULB fut attribué à Jules Bordet (Médecine, 1919) pour ses découvertes relatives à l'immunité. Albert Claude, lui aussi professeur à l'ULB, reçut également un Prix Nobel de Médecine, en 1974, pour ses découvertes sur l'organisation structurelle et fonctionnelle de la cellule.

Enfin Ilya Prigogine, en 1977, fut lauréat du Prix Nobel de Chimie pour ses travaux sur les structures dissipatives et l'auto-organisation des systèmes.

Un autre lauréat fait également la fierté de l'Université puisque Henri-Marie La Fontaine, diplômé de l'ULB, reçut le Prix Nobel de la paix en 1913.

Tout savoir sur les distinctions obtenues par les membres de notre communauté universitaire

Mercredi l 18-07-2018
(vidéos) Le cycle du carbone, de la terre à la mer

Le projet de recherche 'C-CASCADES' est financé par la Commission Européenne dans le cadre du programme Horizon 2020, Actions Marie Sklodowska-Curie, Innovative Training Network (ITN). Le projet, coordonné par le Prof. Pierre Regnier (UR Biogéochimie and Modélisation du Système Terre (BGEOSYS), Faculté des Sciences), rassemble 13 partenaires académiques et privés.

Le but de C-CASCADES est de former une nouvelle génération de jeunes chercheurs à la pointe du domaine des 'Sciences du Système Terre'. Intégrés dans des équipes de recherche, ils travaillent à mieux comprendre le cycle du carbone le long du continuum aquatique reliant les continents aux océans (rivières, lacs, estuaires) et d'améliorer ainsi les projections climatiques futures.

Alors que le projet entre dans sa dernière année, des avancées cruciales ont déjà été accomplies. Ainsi, les chercheurs ont maintenant une vue plus claire du parcours du carbone depuis l'intérieur des terres vers les océans. Ils ont également réussi à quantifier les émissions de CO2 de systèmes aquatiques continentaux pour différents régimes climatiques. Toutes ces nouvelles données permettront d'affiner les projections climatiques futures et de mieux appréhender l'impact des activités humaines sur le cycle du carbone.

Adam Hastie est doctorant au sein du service BGEOSYS dans le cadre du projet C-CASCADES : découvrez ses recherches et ses résultats en vidéo. Pour en savoir plus, visionnez également la vidéo de présentation du projet par le Pr. Pierre Regnier.

Lundi l 16-07-2018
Antarctique : les modélisations en évolution

Directeur du Laboratoire de glaciologie de la Faculté des Sciences de l'ULB, Frank Pattyn étudie notamment l'impact des calottes glaciaires sur l'élévation du niveau marin. Actuellement, les calottes glaciaires de l'Antarctique et du Groenland sont les principaux contributeurs à l'élévation du niveau marin, et on s'attend à ce que leur contribution augmente à l'avenir. Mais à quel point et quand ? Est-il possible de prédire le comportement futur des calottes glaciaires ? Ce sont les thèmes abordés par Frank Pattyn dans un article publié dans Nature Communications.

Les modèles mathématiques utilisés pour prédire le comportement futur de grandes calottes glaciaires, comme l'Antarctique, sont apparus très récemment (dans les années 1990). Dans un premier temps, ils ont été utilisés à des résolutions grossières, correspondant typiquement aux études paléoclimatiques : l'on pensait en effet que ces calottes glaciaires évoluaient sur des échelles de temps particulièrement longues.

Cependant, des preuves récentes de perte de masse en Antarctique indiquent que le temps de réaction des calottes glaciaires à un changement climatique est beaucoup plus rapide, ce qui exige de redéfinir ces modèles. Frank Pattyn évoque les développements récents qui ont permis de se concentrer sur des processus dynamiques (tels que les interactions entre la calotte glaciaire et l'océan) et de les traduire en des modèles mathématiques. Ces évolutions permettent des prédictions du comportement futur des grandes calottes glaciaires à une échelle de temps décennale à centennale.

Lundi l 16-07-2018
Les neurones recyclent!

Les neurones communiquent entre eux grâce à des molécules chimiques libérées suite à une stimulation électrique. Parmi ces molécules chimiques, les plus connues sont les neurotransmetteurs, qui agissent au niveau des synapses, l'espace de communication entre deux neurones.

Il existe pourtant une autre classe de molécules-signal libérée par les neurones pour transmettre une information : les neuropeptides. Ils agissent sur leurs récepteurs à distance, indépendamment des connexions synaptiques, et modulent de nombreux aspects des comportements et de la physiologie de tous les animaux.

Une nouvelle étude du Laboratoire de Neurophysiologie (Faculté de Médecine) vient éclairer le mécanisme de sécrétion de ces neuropeptides. Patrick Laurent et ses collègues ont travaillé sur le modèle animal C. elegans, un modèle animal transparent. Les chercheurs y ont identifié une dizaine de nouveaux gènes impliqués dans la formation, le trafic et la sécrétion des neuropeptides.

Ils ont particulièrement étudié la formation de vésicules denses : ces 'poches intracellulaires' se forment au sein du neurone et des cellules endocrines et concentrent les neuropeptides, avant de migrer vers la surface pour les y libérer lors de la stimulation neurale. Les chercheurs ont mis en évidence que certaines protéines de ces vésicules sont recyclées, et que ce recyclage est indispensable à la formation de nouvelles vésicules denses. Ce nouveau processus précédemment inconnu est détaillé dans le journal scientifique PNAS.

Vendredi l 13-07-2018
Les hauts faits de l'année: les Doctorats honoris causa

Cette année de nombreux événements d'envergure ont une fois de plus animé la vie de l'Université. Parmi eux, la cérémonie de remise des Doctorats honoris causa.

Ainsi, le 26 avril dernier, l'Université libre de Bruxelles et ses facultés rendaient hommage à huit personnalités pour leur action et leur engagement dans le monde artistique, académique, culturel et médico-social.

Revivez la cérémonie à travers nos vidéos et notre album photo.

Pour rappel, les lauréats de cette cérémonie 2018 sont Ahmet Insel, Siegi Hirsch, Christiane Taubira, Ken Loach, Agnès van Zanten, Monique Capron, Christian Debuyst et Jan Van Impe.

 

Nos dernières publications:

Carbonnelle Sylvie
Joly Dominique
Hellemans Catherine
Casini Annalisa
Van Daele Agnès
De Waele
J.-M.
Gibril
S.
Gloriozova
E.
Spaaij
R.
Gotovitch José
Jodogne Pierre
Ruys Tom
Corten Olivier
Hofer Alexandra
Despoix Philippe
Benoit-Otis Marie-Hélène
Maazouzi Djemaa
Quesney Cécile
Rea Andrea
Bribosia Emmanuelle
Rorive Isabelle
Sredanovic Djordje
Delwit Pascal

Clin d'oeil