Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette

Esprit libre en mode « culture printanière »

Mardi l 06-02-2018

Nouveau festival ouvert sur la Ville, «Bruxelles libre culture» entend bien donner un coup de printemps à notre campus! Du 3 au 30 mars, l'ULB vous proposera un mois d'activités plurielles, culturelles et interactives, que vous soyez étudiant, employé, professeur ou simple voisin, proche ou lointain de l'Université. À découvrir dans le numéro 50 d'Esprit libre...

À lire également dans ce numéro: le passage de témoin ̶ à l'Académie royale ̶ d'Hervé Hasquin à Didier Viviers; la chasse aux fautes de français, avec le MOOC de Marie-Ève Damar; les collaborations VUB-ULB-partenaires bruxellois (USquare & weKonnek); un regard sur les 50 ans de mai 68; les 22 projets «Excellence of science» de l'ULB; les recherches «Anticipate» sur la complexité urbaine bruxelloise; les nouveautés en médecine et dentisterie; et le point sur la solidarité vis-à-vis du monde académique turc.

> Informations pratiques:

Pour découvrir ce numéro, les archives ou vous abonner, visitez la page d'Esprit Libre sur le site de l'ULB.

EL50-web-pages en vis-a-vis - ok.pdf

Lundi l 22-01-2018
Domaine .brussels : produit de niche ?

Quel est le succès d'adoption des noms de domaines web régionaux ? Des chercheurs du ReSIC- MASTIC, Faculté de Lettres, Traduction et Communication ont étudié la question à travers un cas précis: le nom de domaine ".brussels".

Récemment, plusieurs médias ont pointé le succès mitigé de ce nom de domaine, Seth van Hooland, co-auteur de l'étude, nuance. Pour lui, le taux d'enregistrement de noms de domaine ne reflète pas le taux de succès d'une extension. Une série de facteurs économiques et culturels ainsi que les stratégies marketing effectuées autour de l'extension influencent le taux d'enregistrement.

Cette analyse permet de mettre en évidence le nombre réduit d'enregistrements d'ordre spéculatif sous le .brussels. Les chercheurs postulent donc qu'il faut aller au-delà du simple calcul du nombre de noms de domaine vendus. S'il est vrai que les objectifs d'enregistrement sous le .brussels ne sont pas atteints, cet article démontre que ceux effectués jusqu'à présent suivent une croissance saine. Les .brussels sont pour le moment des produits de niche mais utilisés en grand nombre par le service public, des entreprises et des citoyens afin de mettre en avant un lien fort avec Bruxelles.

Au travers des témoignages effectués sur le terrain, les chercheurs ont pu réaffirmer que la cause principale de ce taux d'enregistrement encore restreint est dû à un manque de connaissance de l'arrivée de nouvelles extensions sur le marché.

L'ensemble de cette recherche est disponible ici et vient d'être publiée dans la revue "Brussels Studies".

Nos dernières publications:

Vanderlinden Jacques
Snow Gérard
Poirier Donald
Olson Mancur
Dony Marianne
Zamora Vargas Daniel
André Valérie
Couvreur Manuel
Luminet Olivier
Curci Antonietta
Perrouty Pierre-Arnaud
Bricteux Caroline
Frydman Benoît

Clin d'oeil