Les archives
 
Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette
 

Vendredi l 31-08-2018
Projets Marie Curie: Construire des "transistors moléculaires"

Ils sont quatre - quatre nouveaux jeunes chercheurs lauréats d'une bourse européenne "Marie Skłodowska-Curie". Ces bourses permettront à certains d'entre eux de venir mener des recherches à l'ULB, tandis que d'autres - déjà chercheurs à l'ULB - en profiteront pour se former pendant deux ans en dehors de l'Europe.

Guangfeng Liu rejoindra ainsi l'équipe d'Yves Geerts (Laboratoire de Chimie des polymères, Faculté des Sciences) pour le projet PARADA, concernant les transistors. Les transistors à effet de champ sont des composants essentiels des circuits de nos ordinateurs : ils agissent comme des interrupteurs, permettant de laisser passer ou non un courant électrique et donc d'effectuer des opérations logiques. Afin de rendre ces transistors moins énergivores, il faut utiliser deux sortes de transistors: ceux qui permettent aux charges positives (trous) de passer et ceux qui contrôlent le passage de charges négatives (électrons). Les transistors actuels font appel à des semi-conducteurs qui ont une conductivité électrique intermédiaire entre les conducteurs (métaux) et les isolants (plastiques).

Le projet PARADA va essayer d'inventer une nouvelle manière de fabriquer des transistors à partir de semi-conducteurs moléculaires, pouvant également transporter soit des trous ou soit des électrons. Construits à partir de composés organiques, l'avantage de ces « transistors moléculaires » est qu'ils seraient beaucoup plus faciles et beaucoup moins chers à produire. Une étape clé de leur fabrication est la cristallisation contrôlée des semi-conducteurs moléculaires : Guangfeng Liu apportera son expertise unique en croissance cristalline, acquise préalablement à l'Université de Shandong en Chine et à l'Université de Technologie de Nanyang à Singapore.

Découvrez tous les projets "Marie Curie" sur notre site web.

Jeudi l 30-08-2018
Comprendre le mystère du lac Tauca grâce aux paléoprécipitations

Au sud des Andes Tropicales, sur l'Altiplano bolivien, se trouve le plus grand désert salé du monde : le Salar de Uyuni. Il y a 15 500 ans, cette région hébergeait pourtant un lac immense couvrant une superficie de 52.000 km² : le lac Tauca. Des précipitations plus importantes et/ou des températures plus froides de cette époque ont permis la formation de ce lac, mais les chercheurs ignorent encore les mécanismes atmosphériques qui ont conduit à cette réorganisation drastique de la répartition des précipitations en Amérique du Sud.

Dans une nouvelle étude publiée dans Science Advances, des chercheurs ont reconstruit, pour la première fois, une carte de paléoprécipitations dans les Andes Tropicales. Pierre-Henri Blard, chercheur au Laboratoire de Glaciologie (Faculté des Sciences) a pris part à cette étude. Les chercheurs ont notamment pris en compte la position des glaciers présents aux abords du Lac Tauca à l'époque ; cette caractéristique leur a permis de déterminer avec une précision et une justesse inédites l'augmentation de précipitation et le refroidissement qui régnaient au moment du Lac Tauca il y a 15 500 ans. La carte des précipitations ainsi obtenue montre que celles-ci étaient maximales sur la partie Orientale de l'Altiplano. Les chercheurs interprètent cette configuration comme un déplacement vers le Sud de l'anticyclone de Bolivie, ce qui aurait modifié les apports d'humidité sur l'Altiplano.

Cette étude rappelle le rôle déterminant des précipitations dans la dynamique glaciaire, notamment au niveau des variabilités régionales. Ces travaux permettront de mieux comprendre comment et à quelle vitesse les oscillations climatiques d'am­pleur globale sont modulées et exprimées au niveau régional dans les Tropiques.

Mercredi l 29-08-2018
Lancement d'une plateforme de radiothéranostique à Bruxelles

L'Institut Jules Bordet a signé un accord important marquant le début d'une collaboration étroite avec la Vrije Universiteit Brussel (VUB) pour le développement d'une plateforme de radiothéranostique, la "Brussels RadioTheranostics Platform".

La radiothéranostique a recours à des substances radiomarquées qui ciblent, permettent de détecter par imagerie moléculaire et irradient simultanément les cellules cancéreuses afin de les éliminer. À l'heure actuelle, des avancées complémentaires ne peuvent être réalisées que grâce à des infrastructures et dispositifs de recherche de pointe, ainsi qu'en attirant une masse critique de scientifiques de haut niveau. C'est dans cette optique qu'a été mise en place la Brussels RadioTheranostics Platform.

Projet pionnier en Belgique (et même en Europe), la création de cet outil radiothéranostique place l'Institut Jules Bordet et ses partenaires à la pointe en matière de développements innovants en imagerie moléculaire et traitement par radionucléides ciblés.

Mercredi l 29-08-2018
Projets Marie Curie: Go to Princeton!

Ils sont quatre - quatre nouveaux jeunes chercheurs lauréats d'une bourse européenne "Marie Skłodowska-Curie". Ces bourses permettront à certains d'entre eux de venir mener des recherches à l'ULB, tandis que d'autres - déjà chercheurs à l'ULB - en profiteront pour se former pendant deux ans en dehors de l'Europe.

Charlotte Sleight est chercheuse depuis octobre 2016 au Service de Physique théorique et Mathématique de la Faculté des Sciences, où elle travaille dans l'équipe de Marc Henneaux. Sa bourse européenne Marie Skłodowska-Curie lui permettra de passer deux ans à l'Institute for Advanced Study de Princeton, aux Etats-Unis, avant de revenir un an à Bruxelles.

Son projet concerne la théorie de l'inflation cosmique, qui décrit les premiers instants de l'expansion de l'univers. Cette théorie fournit une explication remarquable des données actuellement tirées des fluctuations de températures du rayonnement cosmique de fond. Cependant, les chercheurs ne disposent pas encore d'une réalisation concrète de l'inflation cosmique en terme d'une théorie fondamentale de la physique des particules, ce qui nécessitera sans aucun doute une nouvelle physique au-delà du Modèle Standard.

Le but du projet InflaBoot est de se pencher sur les signatures théoriques de cette physique nouvelle au-delà du Modèle Standard dans le cadre du rayonnement cosmique de fond, afin de guider les mesures futures. Charlotte Sleight se penchera particulièrement sur la signature des particules de spin élevé, décrites dans la théorie des cordes : une des pistes les plus prometteuses pour définir une théorie quantique de la gravité.

Découvrez tous les projets "Marie Curie" sur notre site web.

Mardi l 28-08-2018
Boson H : une nouvelle interaction observée

Le mécanisme de Brout-Englert-Higgs, qui explique la masse des particules élémentaires, semble confirmé à chaque fois qu'une nouvelle interaction entre le boson H et une particule élémentaire différente est mise en évidence. Il y a quelques mois, les chercheurs découvraient l'interaction du boson H avec le quark top. Aujourd'hui, les chercheurs impliqués dans l'expérience CMS du CERN confirment une interaction avec une autre particule élémentaire, un autre quark : le quark b (pour beauty ou bottom). Les résultats obtenus publiés dans la revue Physical Review Letters et sur arXiv.

Les physiciens de la Faculté des Sciences de l'ULB contribuent depuis longtemps à ce travail de recherche de longue haleine et sont directement liés à cette découverte. Ils sont impliqués dans la construction et l'exploitation du détecteur de traces. Hugo Delannoy, doctorant au service de physique des particules élémentaires de l'ULB, a coordonné le travail de certification des données du détecteur de traces pendant les années de prise de données qui ont été cruciales pour cette découverte. Les chercheurs de l'ULB ont également développé des techniques de sélection des quarks b et mis en place la sélection des événements de production de ces quarks.

Cette nouvelle interaction marque une nouvelle étape dans la caractérisation du boson de Brout-Englert-Higgs avec les particules élémentaires les plus massives. Le CERN prévoit de pousser les performances du collisionneur LHC au maximum dès 2026, afin de favoriser ces nouvelles découvertes, notamment les interactions avec des particules plus légères.

Lundi l 27-08-2018
Projets Marie Curie: Migrations et identités

Ils sont quatre - quatre nouveaux jeunes chercheurs lauréats d'une bourse européenne "Marie Skłodowska-Curie". Ces bourses permettront à certains d'entre eux de venir mener des recherches à l'ULB, tandis que d'autres - déjà chercheurs à l'ULB - en profiteront pour se former pendant deux ans en dehors de l'Europe.

Agnès Chetaille fait partie de ces jeunes chercheurs. Elle a rejoint l'équipe de David Paternotte (Atelier Genre(s) et Sexualité(s), Faculté de Philosophie et Sciences sociales & STRIGES, MSH) pour son projet MIGREMOV (Movements, Migration and Emotion: East/West Mobility, Transnational Bonding, and Political Identities in Polish Activists' Biographies).

Ce projet a pour but d'étudier le rôle des migrations et des relations transnationales dans la construction d'identités politiques et le développement de mouvements sociaux : comment les différents types de déplacements entre les contextes culturels et géopolitiques influencent-ils le processus d'engagement et les façons de militer ? Le militantisme crée-t-il des opportunités ou des entrées spécifiques vers des formes de vie transnationales, et vice-versa ? Au sein de parcours biographiques combinant ces deux expériences, comment les identités nationales et politiques se recoupent-elles, et se transforment-elles au fil du temps ?

La recherche d'Agnes Chetaille porte sur des militant·e·s polonais·es issu·e·s des mouvements LGBTQ, féministe et juif. Elle a pour but de reconstruire les trajectoires de ces militant·e·s en contexte post-socialiste (de 1989 à nos jours), et elle attachera une attention particulière au rôle des émotions associées aux lieux et aux moments de la vie.

Découvrez tous les projets "Marie Curie" sur notre site web.

Jeudi l 23-08-2018
Un nouveau certificat en Médiation culturelle

Dès la rentrée prochaine, un certificat interuniversitaire en Médiation culturelle viendra garnir l'offre de formation continue à l'ULB.

Organisé en partenariat avec l'Université de Liège, les cours se donneront cette année académique à Bruxelles et l'année prochaine à Liège.

Cette formation vise à stimuler les capacités des professionnels en développant leur connaissance et leur compréhension des enjeux socio-politiques liés à la médiation culturelle.

Le programme repose sur l'analyse des mutations en cours dans ces métiers, du rôle de la culture et de ses institutions dans la société ou encore des pratiques des professionnels.

> Informations pratiques:

Ce programme se déroule de novembre à juin à raison d'une séance par semaine (vendredi ou samedi) sur les campus de l'ULB à Bruxelles.

Informations et inscriptions sur le site de la formation continue à l'ULB

Jeudi l 23-08-2018
Problèmes de téléphonie sur les campus du Solbosch et de La Plaine

Une panne chez un fournisseur impacte la téléphonie sur les campus du Solbosch et de La Plaine. Les appels de l'extérieur ne nous parviennent pas.

Les postes de l'ULB peuvent appeler vers l'extérieur, mais les appels extérieurs vers les postes de l'ULB (avec le préfixe 02/650) ne passent pas.

Des techniciens de notre fournisseur travaillent depuis mercredi matin pour tenter de régler le problème.

Nous vous tiendrons informés lorsque les lignes seront rétablies. En attendant, n'hésitez pas à contacter nos services par e-mail.

Toutes nos excuses pour les problèmes que vous pourriez rencontrer.

Mercredi l 22-08-2018
Derniers jours pour l'expo "The Art of Difference"

L'ULB présente l'exposition "The Art of Difference", une exposition scientifique, historique et artistique consacrée au handicap, du 20 juin au 26 août à BOZAR.

Cette exposition présente les innovations nées du progrès de la recherche sur les handicaps sensoriel, moteur et mental au fil du temps. Exosquelettes, lunettes pour aveugles, prothèses bioniques sont montrées mais ne constituent pas l'ensemble de l'exposition puisque celle-ci laisse également la part belle aux dispositifs numériques, aux arts visuels, à l'art brut, aux courts métrages, et aux objets conçus grâce aux dernières technologies.

The Art of Difference, qui se se décline en quatre thèmes (percevoir, éprouver, contester et imaginer) s'inscrit dans le cadre de l'Année des Diversités de l'ULB.

> Informations pratiques:

Du mercredi 20 juin au dimanche 26 août (BOZAR LAB, 23 Rue Ravenstein, 1000 Bruxelles)

Entrée libre, fermé le lundi

Plus d'information sur le site de Bozar

Lundi l 20-08-2018
Le caractère des blattes influence leurs décisions

Les blattes américaines peuvent nous apprendre beaucoup sur les processus de prise de décisions collectives. En effet, les Periplaneta americana choisissent ensemble le site où elles vont se reposer et sont donc un modèle d'étude des mécanismes gouvernant les décisions collectives.

Récemment, des différences de personnalité ont été mise en évidence chez ces cafards: certains individus sont téméraires et explorateurs et d'autres plus prudents. Dans une nouvelle étude publiée dans PlosOne, Isaac Planas-Sitjà, chercheur au Centre Interdisciplinaire de Phénomènes Non-linéaires et de Systèmes Complexes (Faculté des Sciences et Ecole Polytechnique de Bruxelles), montre que ces personnalités influencent la vitesse de prise de décision collective et la cohésion du groupe.

Le chercheur a placé des groupes de blattes face à un choix entre différents abris et observé leur comportement : les groupes composés de blattes dites « timides » s'agrègent plus rapidement et atteignent des consensus plus marqués que des groupes « téméraires ». Le chercheur a également observé que les groupes de téméraires montrent une plasticité comportementale plus grande : au sein de ceux-ci, certaines blattes acquièrent des comportements de timides, qui contribuent à nucléer les consensus et permettent aux groupes de s'agréger plus rapidement.

Chez les blattes comme dans notre société, la prise de décision dépend donc des préférences individuelles ainsi que des communications entre les individus.

Mardi l 14-08-2018
Le saviez-vous? Les bacheliers et masters à l'ULB

Le saviez-vous? L'ULB compte 40 programmes de bachelier et 150 programmes de masters!

Une offre gigantesque qui se répartit dans nos douze facultés, sur quatre campus dont trois à Bruxelles (Solbosch, La Plaine et Erasme) et un à Charleroi mais également différentes implantations comme le site de Flagey ou celui de l'ISTI, à Uccle.

Notre offre de masters comprend des masters en français, en anglais et en néerlandais (avec la VUB) ainsi que des masters de spécialisation.

Les étudiants de l'ULB bénéficient également de la possibilité de réaliser une partie de leur cursus dans une université étrangère, notamment via les Erasmus ou les échanges avec nos partenaires internationaux.

Découvrez tout ce qu'il faut savoir sur les formations à l'ULB!

Vous avez déjà choisi l'ULB? Alors voici comment vous inscrire dès à présent!

D'autres questions? Le Cube Info de l'ULB vous accueille tous les jours pour vous aider et vous orienter!

Mardi l 14-08-2018
L'ULB fait le pari de Charleroi

Bien que l'Université offre des formations en sciences humaines et sociales depuis 20 ans à Charleroi, elle est récemment passée à la vitesse supérieure.

Ce pari passe notamment par le désir de faire du centre Zénobe Gramme un pôle d'activités fort et emblématique dans l'enseignement supérieur, en plein coeur de la ville carolo.

Cette envie de contribuer au développement de Charleroi ne s'est pas arrêtée là puisque le Biopark de Gosselies est dorénavant devenu un centre névralgique de la recherche en Belgique francophone. La plateforme d'imagerie ULB-UMons CMMI a d'ailleurs récemment été nommée parmi les "projets européens les plus originaux, innovants et porteurs de bonnes pratiques en matière de développement régional".

L'enseignement à Charleroi se développe également, avec l'arrivée de deux nouveaux bacheliers ainsi que d'un master de spécialisation.

C'est donc un projet de grande ampleur qu'entreprend l'ULB à Charleroi. Celui-ci est à découvrir en intégralité dans l'Esprit Libre du mois de juin.

Mardi l 14-08-2018
Les étudiants en architecture exposent

La Faculté d'Architecture de l'ULB continue sa tradition et expose une sélection des meilleurs travaux réalisés par ses étudiants.

Arrivant en même temps que la fin de l'année académique, l'expo des étudiants est une tradition de la Faculté d'Architecture.

À côté des nominés et lauréats au prix d'architecture La Cambre Horta, le visiteur pourra y découvrir des dessins, maquettes, vidéos, recherches, projets, et autres objets à l'échelle domestique comme à l'échelle urbaine dans l'Espace du musée du site Flagey.

> Informations pratiques:

L'exposition est ouverte du lundi au samedi de 10h à 13h et de 14h à 17h, du 29 juin au 15 septembre (fermé du 15 juillet au 15 août).

Lieu: Espace Architecture La Cambre Horta ULB, place Eugène Flagey, 19 bis, 1050 Bruxelles

Entrée libre

Lundi l 13-08-2018
Mission réussie pour les quatre étudiants partis installer des boîtiers intelligents au Congo

Ils viennent de regagner la Belgique, après un mois de dur labeur dans le cadre d'un projet Codepo (Cellule de Coopération au développement de l'École polytechnique de Bruxelles). Alexandre, Antonin, David et Tom, étudiants de master, ont vécu une expérience unique à Kinshasa, en République démocratique du Congo. Partis début juillet, leur objectif était d'installer des boîtiers intelligents dans les centres hospitaliers afin de compléter le système CERHIS destiné au suivi informatisé des patients. Une mission couronnée de succès, puisque pas moins de cinq boîtiers ont été installés dans les hôpitaux des quartiers populaires de la capitale.

Pourtant, le pari n'était pas gagné d'avance. "Les conditions de travail n'étaient pas faciles: il n'y avait pas de wifi, les trajets en transport étaient très longs et les matériaux se faisaient rares, même si nous en avions apporté une valise entière", indique Alexandre. Malgré les difficultés, les étudiants ingénieurs ont pu installer leurs deux premiers prototypes et en construire trois nouveaux sur place. Ils ont également formé les ingénieurs congolais au nouveau matériel.

Logés dans un lycée pour filles, les étudiants ont également profité de leur séjour pour sympathiser avec une quinzaine d'enfants de 2 à 14 ans, résidant sur place. "Des passionnés de foot! Au début, ils avaient un peu peur de nous, mais à la fin, ils venaient carrément nous chercher pour jouer avec nous", se rappelle Tom.

La mission leur a laissé de beaux souvenirs, mais pas seulement. "Outre l'aspect technique, nous avons surtout appris à mieux communiquer entre nous et avec les autres. Les ingénieurs congolais étaient étonnants de débrouillardise et de créativité. C'était génial de pouvoir travailler à leurs côtés", assure Alexandre avant d'ajouter: "ce voyage nous a ouvert les yeux sur plein de choses. C'était une véritable leçon de vie."

Vendredi l 10-08-2018
Les projets "Multigram" et "Semaine d'Innovation Pédagogique" reçoivent un Prix Socrate

Ces deux projets ont été lauréats ex-aequo des Prix Socrate, qui récompensent des membres du corps enseignant de l'ULB et/ou des responsables académiques d'initiatives collectives. Ces prix ont pour objectif de valoriser "la qualité exceptionnelle de l'enseignement, la créativité et l'investissement dans le domaine de la didactique" des lauréats.

"Multigram", de la Faculté de Lettres, Traduction et Communication est un projet de création d'une grammaire multilingue, conçue pour servir d'outil supplémentaire dans le cadre de l'enseignement et de l'apprentissage des langues (tant à l'écrit qu'à l'oral). Six langues sont présentes sur cette plateforme: l'anglais, le néerlandais, le français, l'italien, l'espagnol et l'allemand. Chacune d'entre elles est mise en contraste avec le français, ce qui permet de mettre en évidence les correspondances (similitudes et particularismes) entre les différentes langues.

La Semaine d'Innovation Pédagogique (SIP.18), de la Faculté d'Architecture, est une semaine d'activités pédagogiques transversales pour les étudiants et les enseignants de bachelier et de master. L'objectif est d'expérimenter de nouvelles pédagogies de l'architecture axées sur la conception, gestion et réalisation de projets in-situ avec des acteurs de terrain. Elle s'inscrit dans le programme des "Fonds d'encouragement à l'enseignement" de l'Université.

Mercredi l 08-08-2018
Deux nouveaux bacheliers à Charleroi

Dès la rentrée prochaine, le campus de Charleroi Ville-Haute accueillera deux nouveaux bacheliers organisés en collaboration avec UMons: un bachelier en sciences humaines et une première année polyvalente en sciences de la vie.

Ces deux nouveaux bacheliers viennent renforcer l'offre de proximité que l'ULB souhaite offrir aux jeunes étudiants de Charleroi et des environs. Le lancement de ces deux bacheliers en partenariat avec UMons est une réponse directe à l'enjeu pour Charleroi d'accroître le nombre de jeunes poursuivant des études supérieures.

La première année polyvalente en sciences de la vie est la seule disponible pour la Belgique francophone. Elle entre dans le cadre du bachelier en sciences biologiques. En instaurant une première année polyvalente, l'Université permet à l'étudiant de trouver sa voie en cours d'année. Durant cette année, les étudiants seront en contact lors de leurs travaux pratiques avec des enseignants chercheurs du Biopark et de l'UMons. La réussite de cette première année donnera un accès inconditionnel à cinq cursus de 2e bloc de bachelier.

Le bachelier en sciences humaines et sociales permettra aux étudiants qui désirent s'orienter vers des études en sciences humaines de pouvoir accéder à une connaissance large des savoirs en sciences sociales et politiques sans devoir se spécialiser trop rapidement dans une discipline. Le programme assure une formation dans des disciplines différentes et propose des cours de méthodologie et des cours de langue. Il propose aussi une formation de base solide, permettant l'orientation future dans de très nombreux masters.

Plus d'information sur ces bacheliers sur le site de l'ULB

Lundi l 06-08-2018
IF@ULB: prestigieux financement européen pour chercheurs postdoctoraux

L'ULB a décroché récemment un très sélectif financement européen - elle est d'ailleurs la seule en Fédération Wallonie-Bruxelles - dans le cadre du programme MARIE SKŁODOWSKA-CURIE cofinancé par la Commission Européenne (H2020).

Intitulé IF@ULB (Individual fellowships at ULB), ce projet d'un budget de 9M€ permettra durant les cinq prochaines années d'engager à l'ULB 63 chercheur·e·s postdoctoraux en mobilité internationale. D'une durée de 2 ans, ces bourses de recherche s'appuieront sur de nouveaux outils et formations développés en interne pour accompagner les chercheur·e·s dans le développement de leur carrière. Les trois appels prévus seront ouverts à toutes les disciplines et permettront de renforcer la visibilité et l'attractivité de l'ULB et de ses centres de recherche à l'échelle internationale.

Le premier appel sera ouvert le 1er août et clôturé le 15 octobre 2018. Pour plus d'informations sur les critères d'éligibilité et la procédure de soumission, rendez-vous sur le site IF@ULB: http://if-at-ulb.ulb.be

Lundi l 06-08-2018
Apprendre en dormant ? Pas sûr...

L'hypnopédie, ou la capacité d'apprendre pendant le sommeil, a été popularisée dans les années 60', avant d'être progressivement abandonnée faute de preuves scientifiques fiables d'une capacité d'apprentissage en sommeil. Les chercheurs du Neuropsychology and Functional Neuroimaging Research Group (CRCN, Faculté des Sciences psychologiques et de l'éducation, & ULB Neurosciences Institute, UNI) démontrent aujourd'hui que cet apprentissage est effectivement limité.

Publiée dans la revue Scientific Reports, l'étude montre que, si notre cerveau est capable de continuer à percevoir des sons au cours du sommeil, la capacité de les grouper en fonction de leur organisation dans une séquence n'est présente qu'à l'éveil, et disparaît totalement au cours du sommeil.

Sous la direction de Philippe Peigneux, la chercheuse Juliane Farthouat a utilisé la magnétoencéphalographie (MEG) pour enregistrer l'activité cérébrale pendant le sommeil à ondes lentes (partie du sommeil pendant lequel l'activité du cerveau est fortement synchronisée) et au cours de l'éveil suivant. Pendant leur sommeil, les participants ont été exposés à des flux rapides de sons purs : ces sons étaient organisés de manière aléatoire ou, au contraire, structurés de manière à ce que le flux soit groupé en ensembles de 3 éléments. Les réponses cérébrales MEG ont démontré une détection des sons isolés pendant le sommeil, mais aucune réponse liée au groupement statistique, contrairement aux phases d'éveil.

Les résultats de cette étude suggèrent des limitations intrinsèques à nos capacités d'apprentissage de novo au cours du sommeil à ondes lentes, qui pourraient limiter les capacités d'apprentissage du cerveau endormi à de simples associations élémentaires.

Vendredi l 03-08-2018
Stonehenge: d'où venaient les hommes?

Malgré plus d'un siècle d'études intenses, nous savons encore peu de choses sur les personnes enterrées à Stonehenge et sur la manière dont elles arrivèrent là.

Une nouvelle étude internationale parue ce 2 août dans la revue Scientific Reports suggère qu'une partie des individus enterrés sur le site de Wessex se sont déplacés en même temps que les pierres bleues utilisées au début de la construction du monument. Les individus et les pierres viendraient donc d'un même endroit : les montagnes Preseli dans l'ouest du Pays de Galles.

Cette découverte s'appuie sur des avancées récentes en datation isotopique, permettant d'analyser des restes incinérés à très hautes températures. Alors en thèse de doctorat à la School of Archaeology de l'University of Oxford, Christophe Snoeck - aujourd'hui chercheur à la VUB - a montré que les os brulés conservent fidèlement la composition en isotopes de strontium; il a ainsi ouvert la voie à l'utilisation de cette technique pour étudier les individus incinérés à Stonehenge. Cette technique de pointe pourrait à l'avenir, être appliquée dans d'autres recherches, sur d'autres vestiges.

Nadine Mattielli et le laboratoire G-Time, Faculté des Sciences de l'ULB ont joué un rôle-clef dans cette étude: les analyses isotopiques du strontium permettant la démonstration que les os brulés préservaient fidèlement leur composition en isotopes de strontium ont été faites à l'ULB, tout comme les analyses isotopiques du strontium des ossements de Stonehenge.

Vendredi l 03-08-2018
Diabète de type 1 : nouveaux peptides cibles identifiés

En Belgique, plus de 600.000 personnes sont atteints de diabète, dont environ 10% d'un diabète de type 1. Il s'agit d'une forme auto-immune de la maladie: le système immunitaire réagit anormalement à l'encontre des cellules beta du pancréas, les cellules productrices d'insuline. Ceci conduit progressivement à la perte quasi-totale de ces cellules, obligeant les patients à subir des injections répétées d'insuline tout au long de leur vie.

Dans une publication du journal scientifique Cell metabolism, les chercheurs de l'ULB Center for Diabetes Research aident à mieux comprendre ce processus auto-immun. Emmenés par Decio Eizirik et en collaboration avec l'Institut Cochin de Paris – INSERM, les chercheurs ont analysés ce qui provoquait une réaction des cellules immunitaires T CD8+, le type cellulaire principalement impliqué dans la destruction des cellules beta. Ils ont ainsi identifié plusieurs nouveaux fragments de protéines potentiellement reconnus par le système immunitaire. Ils ont également observé que les cellules T CD8+ infiltrées dans le pancréas et reconnaissant au moins 3 de ces peptides sont effectivement plus nombreuses dans le pancréas des patients souffrant de diabète de type I. Cela suggère que ces peptides sont bel et bien ciblés par le système immunitaire au cours de la maladie.

Cette étude ouvre la porte à une meilleure compréhension des mécanismes liés à la reconnaissance erronée des cellules beta par le système immunitaire. D'un point de vue pratique, elle permettra d'améliorer notre capacité à prédire l'apparition de la maladie et à développer de nouveaux vaccins visant à prévenir la reconnaissance des cellules beta par le système immunitaire.

 

Nos dernières publications:

Espion Bernard
Provost Michel
Wibaut Romain
Wouters Ine
Broustau Nadège
Sacco Muriel
Paternotte David
David Eric
Slautsky Emmanuel
Cahn Livia
Deligne Chloé
Pons-Rotbardt Noémie
Prignot Nicolas
Zimmer Alexis
Zitouni Benedikte
Chetcuti-Osorovitz Natacha
Gemis Vanessa
Paternotte David
Piette Valérie
Sägesser Caroline
Goltzberg Stefan

Clin d'oeil