Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette
 

Jeudi l 30-08-2018
Comprendre le mystère du lac Tauca grâce aux paléoprécipitations

Au sud des Andes Tropicales, sur l'Altiplano bolivien, se trouve le plus grand désert salé du monde : le Salar de Uyuni. Il y a 15 500 ans, cette région hébergeait pourtant un lac immense couvrant une superficie de 52.000 km² : le lac Tauca. Des précipitations plus importantes et/ou des températures plus froides de cette époque ont permis la formation de ce lac, mais les chercheurs ignorent encore les mécanismes atmosphériques qui ont conduit à cette réorganisation drastique de la répartition des précipitations en Amérique du Sud.

Dans une nouvelle étude publiée dans Science Advances, des chercheurs ont reconstruit, pour la première fois, une carte de paléoprécipitations dans les Andes Tropicales. Pierre-Henri Blard, chercheur au Laboratoire de Glaciologie (Faculté des Sciences) a pris part à cette étude. Les chercheurs ont notamment pris en compte la position des glaciers présents aux abords du Lac Tauca à l'époque ; cette caractéristique leur a permis de déterminer avec une précision et une justesse inédites l'augmentation de précipitation et le refroidissement qui régnaient au moment du Lac Tauca il y a 15 500 ans. La carte des précipitations ainsi obtenue montre que celles-ci étaient maximales sur la partie Orientale de l'Altiplano. Les chercheurs interprètent cette configuration comme un déplacement vers le Sud de l'anticyclone de Bolivie, ce qui aurait modifié les apports d'humidité sur l'Altiplano.

Cette étude rappelle le rôle déterminant des précipitations dans la dynamique glaciaire, notamment au niveau des variabilités régionales. Ces travaux permettront de mieux comprendre comment et à quelle vitesse les oscillations climatiques d'am­pleur globale sont modulées et exprimées au niveau régional dans les Tropiques.

Mercredi l 29-08-2018
Lancement d'une plateforme de radiothéranostique à Bruxelles

L'Institut Jules Bordet a signé un accord important marquant le début d'une collaboration étroite avec la Vrije Universiteit Brussel (VUB) pour le développement d'une plateforme de radiothéranostique, la "Brussels RadioTheranostics Platform".

La radiothéranostique a recours à des substances radiomarquées qui ciblent, permettent de détecter par imagerie moléculaire et irradient simultanément les cellules cancéreuses afin de les éliminer. À l'heure actuelle, des avancées complémentaires ne peuvent être réalisées que grâce à des infrastructures et dispositifs de recherche de pointe, ainsi qu'en attirant une masse critique de scientifiques de haut niveau. C'est dans cette optique qu'a été mise en place la Brussels RadioTheranostics Platform.

Projet pionnier en Belgique (et même en Europe), la création de cet outil radiothéranostique place l'Institut Jules Bordet et ses partenaires à la pointe en matière de développements innovants en imagerie moléculaire et traitement par radionucléides ciblés.

Mercredi l 29-08-2018
Projets Marie Curie: Go to Princeton!

Ils sont quatre - quatre nouveaux jeunes chercheurs lauréats d'une bourse européenne "Marie Skłodowska-Curie". Ces bourses permettront à certains d'entre eux de venir mener des recherches à l'ULB, tandis que d'autres - déjà chercheurs à l'ULB - en profiteront pour se former pendant deux ans en dehors de l'Europe.

Charlotte Sleight est chercheuse depuis octobre 2016 au Service de Physique théorique et Mathématique de la Faculté des Sciences, où elle travaille dans l'équipe de Marc Henneaux. Sa bourse européenne Marie Skłodowska-Curie lui permettra de passer deux ans à l'Institute for Advanced Study de Princeton, aux Etats-Unis, avant de revenir un an à Bruxelles.

Son projet concerne la théorie de l'inflation cosmique, qui décrit les premiers instants de l'expansion de l'univers. Cette théorie fournit une explication remarquable des données actuellement tirées des fluctuations de températures du rayonnement cosmique de fond. Cependant, les chercheurs ne disposent pas encore d'une réalisation concrète de l'inflation cosmique en terme d'une théorie fondamentale de la physique des particules, ce qui nécessitera sans aucun doute une nouvelle physique au-delà du Modèle Standard.

Le but du projet InflaBoot est de se pencher sur les signatures théoriques de cette physique nouvelle au-delà du Modèle Standard dans le cadre du rayonnement cosmique de fond, afin de guider les mesures futures. Charlotte Sleight se penchera particulièrement sur la signature des particules de spin élevé, décrites dans la théorie des cordes : une des pistes les plus prometteuses pour définir une théorie quantique de la gravité.

Découvrez tous les projets "Marie Curie" sur notre site web.

Mardi l 28-08-2018
Boson H : une nouvelle interaction observée

Le mécanisme de Brout-Englert-Higgs, qui explique la masse des particules élémentaires, semble confirmé à chaque fois qu'une nouvelle interaction entre le boson H et une particule élémentaire différente est mise en évidence. Il y a quelques mois, les chercheurs découvraient l'interaction du boson H avec le quark top. Aujourd'hui, les chercheurs impliqués dans l'expérience CMS du CERN confirment une interaction avec une autre particule élémentaire, un autre quark : le quark b (pour beauty ou bottom). Les résultats obtenus publiés dans la revue Physical Review Letters et sur arXiv.

Les physiciens de la Faculté des Sciences de l'ULB contribuent depuis longtemps à ce travail de recherche de longue haleine et sont directement liés à cette découverte. Ils sont impliqués dans la construction et l'exploitation du détecteur de traces. Hugo Delannoy, doctorant au service de physique des particules élémentaires de l'ULB, a coordonné le travail de certification des données du détecteur de traces pendant les années de prise de données qui ont été cruciales pour cette découverte. Les chercheurs de l'ULB ont également développé des techniques de sélection des quarks b et mis en place la sélection des événements de production de ces quarks.

Cette nouvelle interaction marque une nouvelle étape dans la caractérisation du boson de Brout-Englert-Higgs avec les particules élémentaires les plus massives. Le CERN prévoit de pousser les performances du collisionneur LHC au maximum dès 2026, afin de favoriser ces nouvelles découvertes, notamment les interactions avec des particules plus légères.

Lundi l 27-08-2018
Journalisme en Devenir: un festival pour valoriser le travail étudiant

Les 28 et 29 septembre prochains se tiendra un festival d'un nouveau genre. Celui-ci récompensera les travaux journalistiques réalisés par les étudiants de l'ULB durant leur master à l'École de journalisme de Bruxelles.

Une première édition d'un événement qui est appelé à grandir, propulsé par deux jeunes journalistes désireux de mettre en avant ce "travail de l'ombre", souvent cantonné à une projection dans un cadre privé, celui du jury de mémoire.

Le jury, composé de professionnels des médias, remettra trois prix: celui de l'innovation, de l'investigation et le prix de l'esprit critique. Les trois lauréats recevront une bourse de 500 euros ainsi que la possibilité de diffuser leur sujet sur une chaîne de l'un des médias partenaires (RTBF et BX1).

> Informations pratiques:

Le 28 septembre en soirée, le 29 septembre toute la journée (projections de travaux journalistiques universitaires et conférences) à l'Architecte (Faculté d'Architecture, Flagey)

Plus d'information à venir sur la page Facebook de l'événement

 

Nos dernières publications:

Carbonnelle Sylvie
Joly Dominique
Hellemans Catherine
Casini Annalisa
Van Daele Agnès
De Waele
J.-M.
Gibril
S.
Gloriozova
E.
Spaaij
R.
Gotovitch José
Jodogne Pierre
Ruys Tom
Corten Olivier
Hofer Alexandra
Despoix Philippe
Benoit-Otis Marie-Hélène
Maazouzi Djemaa
Quesney Cécile
Rea Andrea
Bribosia Emmanuelle
Rorive Isabelle
Sredanovic Djordje
Delwit Pascal

Clin d'oeil