Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette
 

Lundi l 08-01-2018
Yvon Englert et Caroline Pauwels, leaders bruxellois de l'année

Yvon Englert, recteur de l'ULB et son homologue Caroline Pauwels de la VUB ont été nommés "Leaders bruxellois de l'année". Les "Lobby Awards" ont été décernés récemment à Bozar à Bruxelles.

Depuis 2010, les Lobby Awards sont remis aux faiseurs d'opinion qui donnent à la société une vision et un message. Les recteurs des deux principales universités bruxelloises ont été récompensés parce qu'ils "propagent une image positive de la Ville de Bruxelles grâce à leur institution de premier plan dans lesquels étudient plus de 44 000 étudiants".

Lundi l 08-01-2018
Congrès International de Kinésithérapie- "La Femme et le Sport"

Fruit de la collaboration entre la faculté des sciences de la motricité de l'ULB et le service de kinésithérapie d'Erasme, le 3ème Congrès International de Kinésithérapie se tiendra le samedi 27 janvier 2018 sous le thème de "la Femme et le Sport".

L'objectif du congrès est de réunir les kinésithérapeutes, les autres professionnels de la santé et les entraîneurs pour échanger et actualiser les connaissances dans les domaines de la physiologie du sport et de la prise en charge clinique multidisciplinaire dédiées aux femmes.

Le programme proposera une approche transversale traitant de la femme et du sport depuis l'enfance jusqu'à la maturité. La physiologie du sport, différents domaines cliniques (orthopédie, urologie, gynécologie, oncologie, cardiologie, pelvipérinéologie, etc.) ainsi que les aspects psychologique et sociologique seront abordés.

> En pratique:
Où? Campus Erasme
Quand? Le samedi 27 janvier 2018
Pour plus d'infos ou pour vous inscrire, rendez-vous sur le site www.erasme.ulb.ac.be/kine/congress2018

Le congrès étant international, la langue officielle est l'anglais mais une session en français sera également prévue.

Lundi l 08-01-2018
À la surface d'une étoile géante

Une équipe internationale de chercheurs, dirigée par les chercheurs de l'Institut d'Astronomie et d'Astrophysique de la Faculté des Sciences, a réussi à observer les détails sur la surface de l'étoile Pi Gruis, située à une distance de 530 années-lumière de la Terre.

Leur travail est publié dans la revue scientifique Nature: ils ont observé, pour la première fois à la surface d'une étoile, des cellules de convection 60 000 fois plus grandes que celles du Soleil. Ces cellules sont dues au flux de chaleur transportée par la matière qui monte de l'intérieur vers la surface de l'étoile, à l'image des bulles formées par l'eau bouillante dans une casserole.

Ces propriétés valident les modèles actuels décrivant les flux de matière dans les couches les plus externes des étoiles, dans les phases ultimes de leur évolution. Ces observations renseignent aussi sur le futur de notre étoile, le Soleil: si le Soleil suit, comme prévu, les traces de sa cousine Pi Gruis, les 2 millions de cellules de convection actuellement présentes sur sa surface se transformeront en structures géantes comme celles qui viennent d'être découvertes.

Ces observations sont également un exploit technique: reconstruire l'image de la surface de l'étoile et en observer les inhomogénéités équivaut à observer des motifs gravés sur une pièce de 1€, placée à une distance de 230.000 km, soit un peu plus de la moitié de la distance Terre – Lune.

Samedi l 30-12-2017
La répression des universitaires en Turquie

En janvier 2016, 1128 Universitaires pour la Paix avaient pris l'initiative de signer une pétition en faveur d'une solution pacifique dans le Sud Est de la Turquie. Depuis lors, ces collègues signataires font l'objet de répressions qui ne cessent de s'intensifier.

Cela commença par l'emprisonnement d'un mois et les poursuites judiciaires à l'encontre de quatre d'entre eux : Meral Camcı, Kıvanç Ersoy, Esra Mungan, Muzaffer Kaya, dont les procès commencèrent mars 2016. Une nouvelle audience de ce procès sans fin a eu lieu ce 26 décembre.
Parallèlement à cela, la répression consista dans le limogeage de l'université pour une partie toujours plus importante des signataires : ces limogeages prirent « naturellement » place dans le cadre de l'état d'urgence instauré à la suite de la tentative de coup d'Etat de juillet 2016, avec les purges massives dans toutes les branches de la fonction publique qu'il rendit possible.
Ces limogeages qui frappent massivement la fonction publique se poursuivent, mais depuis le 5 décembre, c'est une nouvelle phase de la répression qui est mise en branle parallèlement, avec le retour des moyens judicaires : chaque signataire est désormais jugé pour « propagande terroriste », et ce de manière individuelle.
En individualisant les poursuites, le but est de casser la forte solidarité qui règne entre les signataires, aussi bien que de compliquer la solidarité du dehors.

Thomas Berns, professeur, membre du CA et porteur d'un message de solidarité de l'Université libre de Bruxelles, a assisté à plusieurs audiences.

Dans son compte rendu, il y évoque notamment ses inquiétudes face au retour des cours spécialisées créées depuis l'état d'urgence qui font planer la menace sur la liberté d'expression, mais également son envie de « rappeler avec force que la recherche et l'enseignement universitaire réclament plus que toute autre activité, une totale liberté, une absence de craintes et une confiance mutuelle, pour être inventive, critique, collective et soucieuse de la seule vérité ». Enfin, malgré la crainte qui ne manque pas de s'infiltrer, malgré l'épuisement, il rapporte que le sentiment qui ressort des témoignages de signataires est avant tout celui d'une solidarité admirable et d'un espoir qu'aucune stratégie répressive ne parvient à vaincre

Et il nous rappelle la nécessité urgente que cette solidarité soit également poursuivie en dehors, par les autorités européennes et par nos universités « que ce soit en assurant une présence internationale lors des procès, en faisant ainsi savoir aux universités turques partenaires qu'elles doivent protéger leur personnel en danger, en ouvrant des chaires d'accueil pour les collègues turcs en danger pouvant encore quitter la Turquie ou en inventant des nouvelles formes de coopération avec les chercheurs limogés ou poursuivis qui ne peuvent quitter le territoire ».

Découvrez le compte rendu complet.

proces_istanbul_decembre_2017_Thomas_Berns.pdf

Jeudi l 21-12-2017
Emotions et déshumanisation dans les relations internationales

Les recherches menées par Christophe Wasinski (Centre de recherche et enseignement en Politique internationale, Faculté de Philosophie et Sciences sociales) portent sur le recours à la force armée et ses conséquences. Il se penche notamment sur le rôle des pratiques, des discours et des représentations militaires qui servent à légitimer l'usage de la force physique sur la scène internationale. Christophe Wasinski s'est intéressé à la façon dont les discours militaires produisent de la déshumanisation et normalisent la production et/ou de l'utilisation de certaines armes (armes automatiques, armes nucléaires, ou encore chasseurs-bombardiers).

C'est donc tout naturellement qu'il signe un chapitre d'un livre, récemment publié, sur les émotions en matière de politique internationale. Dans ce chapitre, il montre comment, dans le domaine militaire, une représentation de type cartographique de la guerre s'est imposée depuis la Renaissance. Il souligne le fait que cette représentation, qui dépeint les combattants comme autant de pions sur un échiquier, ne permet pas de comprendre ce que vivent ceux qui font l'expérience de la violence sur le terrain. Pour le dire autrement, ces représentations empêchent l'expression des sentiments, tels que l'empathie, lors des conflits. Ces représentations sont non seulement déshumanisantes mais tendent aussi à donner une image exagérément ordonnée du chaos guerrier.

 

Nos dernières publications:

Luminet Olivier
Curci Antonietta
Bricteux Caroline
Frydman Benoît
Falla Elodie
Sapir André
Telò Mario
D'Hainaut-Zveny Brigitte
Strauven Iwan
Le Maire Judith
Dailly Marie-Noëlle
Nicosia Cristiano
Stoops Georges
Costa Olivier
Mérand Frédéric

Clin d'oeil