Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette
 

Jeudi l 11-10-2018
Course à l'intelligence artificielle: attention, danger !

Le secteur de l'intelligence artificielle est un secteur en plein développement et attirant de nombreux investissements. Entreprises, organisations et états rivalisent d'ingéniosité et de vitesse pour développer des systèmes intelligents, influençant ou contrôlant les décisions des utilisateurs.

Cependant, cette course à l'intelligence artificielle peut avoir de sérieuses conséquences négatives, notamment lorsque les procédures de sécurité sont sous-estimées ou ignorées : piratage, manipulations, terrorisme, problèmes éthiques et moraux. Le simple cas des voitures autonomes, par exemple, soulève de nombreuses questions : le système pourrait en effet décider - pour différentes raisons - ne pas freiner face un obstacle humain, par exemple.

En collaboration avec des collègues de Grande-Bretagne et de Portugal, Tom Lenaerts (Machine Learning group, Faculté des Sciences) vient d'obtenir une bourse de recherche du Future of Life Institute. Cet institut a été créé notamment par le fondateur de Skype et plusieurs personnalités du MIT.

Ce nouveau projet cherche à déterminer quels seraient les comportements stratégiques des différents acteurs du secteur de l'intelligence artificielle dans différents scénarios d'évolution. Les chercheurs veulent également définir quels incitateurs (financiers, légaux...) pourraient influencer ces comportements et comment. Leur but est de proposer une stratégie efficace aux autorités publiques pour réguler la course à l'intelligence artificielle et définir des standards de protection garantissant la sécurité des progrès technologiques.

Jeudi l 11-10-2018
The Most Unknown

Les mystères de la conscience humaine sont impénétrables ou presque. Axel Cleeremans (ULB Neuroscience Institute, Faculté des Sciences psychologiques et de l'éducation) les étudie depuis près de 30 ans.

Dans un documentaire produit par Motherboard, la filière scientifique du géant médiatique Vice, le chercheur partage ses questionnements. Des travées de son laboratoire jusqu'à l'intérieur d'une cheminée d'une centrale nucléaire, « The Most Unknown » nous fait découvrir ce qui anime le scientifique. Huit autres chercheurs, issus des quatre coins du globe, ont participé à ce projet qui expose les questions scientifiques fondamentales restant aujourd'hui sans réponse : Comment la vie a-t-elle commencé ? Qu'est-ce que le temps ? Comment se forment les étoiles ?

Pour explorer ces grands questionnements de notre temps, nous vous donnons rendez-vous le mercredi 7 novembre: le documentaire sera projeté à 18h30 dans la salle Dupreel (Bâtiment S) sur le campus du Solbosch. Il sera diffusé en anglais, sous-titré français.

Le trailer est d'ores et déjà accessible en ligne.

Mercredi l 10-10-2018
Adaptation de l'histoire aux mains du pouvoir

En Iran, les discours, en particulier autour du programme nucléaire, donnent lieu à une instrumentalisation de l'histoire: on y rappelle la grandeur et la puissance passées du pays. Le 18 octobre, Firouzeh Nahavandi (Centre d'études de la coopération internationale et du développement- CECID, Faculté de Philosophie et Sciences sociales) analysera ces discours lors d'une intervention s'inscrivant dans le cycle de conférences "Mondes musulmans en transition".

Elle y montrera l'évolution de cette instrumentalisation avant et après la révolution de 1979 : "À l'époque du Shah, on légitimait le pouvoir en faisant référence à l'histoire préislamique, qui remonte à l'Antiquité. Depuis la création de la République islamiste, le chiisme - qui a longtemps été valorisé - est aujourd'hui également associé à l'histoire préislamique", précise la chercheuse. Cette évocation par le gouvernement de la gloire passée du pays est notamment utilisée pour légitimer le programme nucléaire.

Le cycle de conférences "Mondes musulmans en transition" se concentrera sur les pays musulmans non arabes en analysant des puissances comme l'Iran et la Turquie, mais aussi en s'intéressant à des pays moins connus tels que le Pakistan et l'Afghanistan. Pour Firouzeh Nahavandi, cette thématique est un retour aux sources puisqu'elle correspond à son premier sujet d'étude et point d'ancrage à l'ULB, lors de son premier cours en 1986.

Mardi l 09-10-2018
Gwilherm Evano récompensé par le Prix Triennal de la Société Royale de Chimie

Le chercheur de l'ULB a remporté ce prix, offert par la Société Royale de Chimie (SRC) et "destiné à honorer un chercheur en plein épanouissement scientifique dont l'oeuvre reçoit une audience internationale et est considérée comme faisant école."

Actif depuis de nombreuses années au sein du Laboratoire de chimie organique de l'ULB (Faculté des Sciences), Gwilherm Evano travaille avec ses collègues sur le développement de nouveaux procédés de synthèse de molécules organiques, molécules ayant des applications multiples au quotidien, notamment dans des domaines tels que les médicaments, l'agrochimie, les matériaux...

Le but de leurs recherches est de mettre au point des procédés de synthèse innovants permettant d'avoir accès à certaines familles de molécules organiques à la fois plus rapidement et plus efficacement (et si possible de façon moins onéreuse) mais également plus respectueusement de l'environnement.

Cette récompense n'avait plus été remise à un chercheur de l'ULB depuis 1993.

Lundi l 08-10-2018
Cancer: un mécanisme responsable des rechutes identifié

La résistance aux traitements est un problème majeur pour les patients atteints de cancer, notamment car elles sont à l'origine de la récidive tumorale. Une équipe de chercheurs belges et espagnols, dirigée par Cédric Blanpain (Laboratoire des Cellules souches et Cancer, Faculté de Médecine), a identifié une population de cellules tumorales responsables de la résistance aux traitements et des rechutes dans le cancer le plus fréquent chez l'homme : le carcinome basocellulaire.

Dans leur étude publiée dans la revue Nature, Adriana Sánchez-Danés et ses collègues décrivent les mécanismes par lesquels le vismodegib – un médicament utilisé pour traiter les carcinomes basocellulaires – induit la régression tumorale. Les chercheurs ont montré que le vismodegib induit la différenciation de la majorité des cellules tumorales, conduisant à leur élimination. Cependant, le traitement par vismodegib conduit à l'émergence d'une population de cellules tumorales dormantes, caractérisées par l'activation de la voie de signalisation Wnt.

Les chercheurs ont aussi découvert que l'inhibition concomitante de la voie de signalisation Wnt avec le traitement par vismodegib supprime les cellules tumorales résistantes aux traitements et conduit ainsi à l'éradication tumorale dans la grande majorité des cas. Les deux médicaments existent déjà en clinique: la prochaine étape sera de conduire une étude clinique sur l'administration de ces deux médicaments chez les patients présentant des rechutes du carcinome basocellulaire.

 

Nos dernières publications:

Espion Bernard
Provost Michel
Wibaut Romain
Wouters Ine
Broustau Nadège
Sacco Muriel
Paternotte David
David Eric
Slautsky Emmanuel
Cahn Livia
Deligne Chloé
Pons-Rotbardt Noémie
Prignot Nicolas
Zimmer Alexis
Zitouni Benedikte
Chetcuti-Osorovitz Natacha
Gemis Vanessa
Paternotte David
Piette Valérie
Sägesser Caroline
Goltzberg Stefan

Clin d'oeil