Les archives
 
Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette
 

Jeudi l 06-07-2017
Une nouvelle direction au Waseda Brussels Office

En tant que partenaires privilégiés, l'ULB et l'Université Waseda de Tokyo visent à resserrer sans cesse leurs liens de collaborations.

Dans cet esprit, et soucieux de permettre à l'Université Waseda de disposer d'un point de contact stratégique au cœur de l'Europe, les deux partenaires ont inauguré en avril 2016, sur le campus du Solbosch, le nouveau Waseda Brussels Office (WBO).

Depuis mai 2017, ce bureau est piloté par Jean-Louis Moortgat en tant que directeur administratif (détaché du Service International et qui, en tant que responsable des relations de l'ULB avec le Japon pendant plusieurs années, a été une des chevilles ouvrières de l'installation de ce bureau) et un Pool académique composé de professeurs de l'ULB et coordonné par le Prof. Vanessa Frangville, avec le Prof. Geoffrey Grulois, en sa qualité de Champion pour notre partenariat avec Waseda.

La mission du Waseda Brussels Office comporte trois aspects principaux :

  • Développer les relations bilatérales entre Waseda et l'ULB ;
  • Développer les collaborations scientifiques et les réseaux de Waseda avec les universités et les institutions européennes ;
  • Assurer, en Europe, la reconnaissance de l'Université Waseda en tant qu'université de premier plan au Japon.

Afin d'atteindre ces objectifs, le WBO déploie ses activités dans plusieurs directions :

  • L'organisation d'événements académiques pour les chercheurs ;
  • Le développement des contacts entre les chercheurs en Europe et à Waseda ;
  • La participation aux réseaux institutionnels et scientifiques ;
  • La diffusion des activités académiques et de recherche mise œuvre à Waseda.

L'existence de WBO et ses modalités de fonctionnement, notamment les nouveaux moyens disponibles pour la mise en place d'évènements académiques à l'ULB (non seulement avec des chercheurs de Waseda mais aussi avec des chercheurs d'autres universités européennes) constitue pour nos chercheurs une excellente opportunité que le Pool académique s'efforce de mettre en œuvre et pour laquelle toutes les propositions sont bienvenues.

Pour plus d'information, n'hésitez pas à contacter Jean-Louis Moortgat ou Vanessa Frangville.

Jeudi l 06-07-2017
Connaissez-vous le parcours arbres du campus du Solbosch de l'ULB ?

Profitez du soleil pour vous promener sur le campus du Solbosch et découvrir son patrimoine vert composé de nombreuses espèces d'arbres.

Vous passez peut-être régulièrement devant sans véritablement les voir. Pourtant, ils mesurent jusqu'à 20 mètres. Certains viennent de Chine, du Chili, de l'Atlas ou d'Amérique du Nord. Ils embellissent le campus de leur port majestueux. Toujours fidèles au rendez-vous des saisons, ils nous offrent une explosion de couleurs : toute une gamme de verts, du plus tendre au plus foncé, mais aussi du blanc délicat au rouge flamboyant en passant par le jaune soleil. Partez donc à la découverte des arbres du Solbosch ! Plus de 40 spécimens remarquables ont été répertoriés et étiquetés pour vous inviter à découvrir le campus autrement et apprécier cette richesse au quotidien.

> Retrouvez toutes les informations sur le parcours découverte des arbres (carte et broxhure du parcours)

Jeudi l 06-07-2017
Création de la Chaire Belgique-Brésil

Ce jeudi 6 juillet est lancée par l'ULB la Chaire Belgique-Brésil: cette nouvelle plateforme scientifique contribuera à renforcer les relations scientifiques belgo-brésiliennes et vise à développer un véritable hub scientifique entre l'Europe et l'Amérique du sud.

Son champ d'action privilégie des domaines d'excellence scientifique partagée, qui sont aussi stratégiques pour les relations belgo-brésiliennes: biologie médicale, biotechnologies, construction civile, droit de la propriété intellectuelle, science des matériaux, relations internationales, qualité de la démocratie, etc.

Le renforcement des collaborations scientifiques belgo-brésiliennes passe par une série d'actions concrètes: impulsion de projets innovants, rencontres entre chercheurs de rang international, formation de jeunes talents, organisation de séminaires et colloques conjoints.

Cette chaire est aussi un vecteur de rapprochement entre les universités et le monde de l'entreprise, dont les actions se font encore trop rarement de manière intégrée.

Mardi l 04-07-2017
De Bruxelles à Rio: les recherches de l'ULB se prolongent au Brésil

Ce jeudi 6 juillet sera inaugurée la Chaire Belgique-Brésil, une nouvelle plateforme scientifique visant à renforcer les relations scientifiques belgo-brésiliennes et à développer un véritable hub scientifique entre l'Europe et l'Amérique du sud. Les relations scientifiques entre l'ULB et le Brésil sont nombreuses: 25 universités partenaires, 60 collaborations scientifiques et 23 chercheurs visiteurs accueillis depuis 2013, 20 doctorants brésiliens inscrits en 2016,...

Des projets de recherche communs aussi. Citons par exemple cette recherche visant à isoler des bactéries de diverses éponges marines du littoral brésilien et européen (en particulier d'éponges récemment découvertes et qui n'ont donc pas encore été caractérisées) pour la recherche de nouvelles molécules antibiotiques. Un projet mené par Isabelle Georges (UR en Biologie Marine – Faculté des Sciences) avec l'Université Fédérale de Rio de Janeiro.

En sciences sociales, Frédéric Louault (CEVIPOL – Faculté de Philosophie et Sc. sociales) et ses collègues des Universités de Campinas, de Montréal et de Genève développent un projet évaluant l'impact de certaines innovations dans les démocraties contemporaines d'Amérique latine et d'Europe. Il s'intéresse en particulier aux expériences de budgets participatifs et à leurs effets sur la gouvernance locale.

Le renforcement des collaborations scientifiques belgo-brésiliennes passe par une série d'actions concrètes, soutenues par la Chaire Belgique-Brésil: impulsion de projets innovants, rencontres entre chercheurs de rang international, formation de jeunes talents, organisation de séminaires et colloques conjoints.

Mardi l 04-07-2017
HOME for LESS : Des solutions de relogement pour personnes sans abri

Découvrez HOME for LESS, une superbe initiative qui, grâce aux modules conçus et réalisés par par les étudiant.e.s architectes de l'atelier « Architecture Construite » de la Faculté d'Architecture de l'ULB, propose des solutions de relogement de personnes sans abri dans des bâtiments vides de Bruxelles. Les logements sont démontables et se trouvent actuellement dans des locaux vides de l'Armée du Salut. Quatre modules de logement et un espace commun sont en construction.

HOME for LESS est un projet architectural innovant pour lutter efficacement contre l'exclusion au logement et la vacance immobilière. Le projet est initié et porté par la cellule Capteur et Créateur de Logements Bruxelles (l'Ilot - Sortir du sans-abrisme, asbl), par l'atelier 'Architecture construite' de la Faculté d'Architecture (La Cambre-Horta) en collaboration avec le Collectif Baya asbl.

> Découvrez la vidéo de présentation du projet.

> Si vous souhaitez soutenir financièrement le projet, une collecte KissKissBankBank est disponible jusqu'au 7 juillet.

> La presse aussi en a parlé :
- Metrotime // BX1 (Video) // La Libre + La Libre (Video) + La Libre Inspire // Alter Echos
- Pour toute l'actualité sur le projet, consultez aussi la page facebook

Lundi l 03-07-2017
Nouvelle étude sur le développement du cerveau

Le Laboratoire de Génétique du Développement (Eric Bellefroid, Biopark, Faculté des Sciences) étudie depuis plusieurs années chez la souris le rôle des facteurs de transcription Dmrt5/Dmrta2 et Dmrt3 dans le développement du cortex cérébral. Le cortex est une des structures majeures de notre cerveau et le siège des fonctions neurologiques supérieures comme la mémoire, le langage,...

Les chercheurs avaient déjà démontré que ces deux facteurs de transcription sont des régulateurs essentiels de la croissance et de la régionalisation du cortex cérébral. En collaboration avec l'Université de Cardiff, l'équipe a réalisé une nouvelle étude révélant l'importance de ces facteurs dans le choix des cellules progénitrices du cortex à rester en prolifération ou à se différencier: Dmrt5 et Dmrt3 maintiendraient les progéniteurs corticaux à l'état prolifératif, notamment en régulant l'expression de Hes1, un répresseur bien connu de la neurogenèse. Ces nouveaux résultats sont publiés dans la revue scientifique PNAS.

L'altération de la balance entre différenciation et renouvellement du stock de cellules progénitrices conduit à des pathologies sévères, dues à un déficit neuronal. Récemment, des mutations dans le gènes Dmrt5 ont été identifiées chez des patients atteints de microcéphalie. Cette étude fournit donc une première explication à la microcéphalie causée par la mutation de Dmrt5 chez la souris et l'homme.

Lundi l 03-07-2017
WIELS: transformation d'un quartier populaire par la culture

Dans le nouveau numéro Brussels Studies, Simon Debersaques, géographe à l'IGEAT (Faculté des Sciences), se livre à une analyse approfondie de la relation entre un lieu culturel et son quartier, en prenant le WIELS comme exemple. Premier centre d'art contemporain bruxellois, le WIELS a ouvert ses portes en 2007 dans un quartier de la commune de Forest, caractérisé par un tissu urbain anciennement industriel et une précarité socio-économique.

L'analyse de Simon Debersaques montre que le WIELS est un lieu culturel hybride dont la relation au territoire a évolué. D'équipement-vitrine lors de sa conception, il s'oriente vers l'équipement communautaire durant ses premières années d'existence. Aujourd'hui, le WIELS s'affirmerait comme un équipement créatif. Ces logiques sociospatiales se superposent toutefois: en tant qu'équipement communautaire, il offre aux habitants du quartier de nouvelles activités socioartistiques, tandis que sa dimension de vitrine entraîne une revalorisation de l'image de cette portion de la ville. Un coup de projecteur qui attire dans la commune de nouveaux résidents plus aisés et de nouvelles activités parfois faiblement pourvoyeuses d'emplois pour les habitants actuels.

Comme beaucoup d'autres villes, Bruxelles mise sur la culture pour fonder son attractivité et le redéveloppement de ses anciens quartiers industriels. Le projet de conversion de l'ancien garage Citroën place de l'Yser en pôle culturel d'envergure internationale en est l'exemple le plus récent. L'étude sur le WIELS permet de prendre un peu de recul pour comprendre les logiques et les effets sociospatiaux du développement urbain par la culture.