Les archives
 
Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette

Farid Dahdouh-Guebas

Farid Dahdouh-Guebas est Chargé de cours à titre définitif à la Faculté des Sciences.

« Mon père voulait que je devienne technicien, électronicien ou mécanicien. Il n'y avait pas du tout de tradition scientifique dans ma famille », raconte Farid Dahdouh-Guebas. Sa passion pour la biologie c'est à l'Athénée royal de Zaventem qu'il la découvre grâce à deux professeurs enthousiastes dont il retient les qualités de pédagogues. Après ses secondaires, il s'inscrit donc en biologie à la VUB; le néerlandais étant sa langue maternelle.

Durant ses études, Farid Dahdouh-Guebas développe un intérêt plus particulier pour l'éthologie (l'étude du comportement animal) ; un thème qu'il souhaite approfondir grâce à son mémoire. « Je suis allé voir le professeur responsable en lui disant que je voulais étudier le comportement animal et si possible d'un grand animal. Singes, éléphants, lions : le plus grand serait le mieux. Il m'a répondu qu'il avait un contact intéressant mais dans le domaine des crabes. Si ça m'intéressait, il fallait que j'apprenne l'italien, que je parte en Erasmus et que j'étudie le crabe au Kenya », se rappelle le chercheur qui, semblant aimer les défis, apprend donc l'italien avec des cassettes, part en Erasmus à Florence et passe 3 mois au Kenya dans les mangroves pour son mémoire de fin d'étude. « A ce moment-là, les Italiens ne parlaient que leur langue mais j'ai beaucoup apprécié l'expérience grâce à laquelle je peux encore parler l'italien couramment aujourd'hui », se réjouit le chercheur qui peut également communiquer en anglais, français et néerlandais bien sûr et a des bases en arabe et en kiswahili. Il poursuit : « Mon intérêt pour les régions tropicales est finalement un hasard. Je ne me suis jamais dit que je voulais absolument étudier des pays éloignés. C'est l'éthologie en général qui me plaisait, que ce soit à propos d'animaux vivants ou disparus, dans des régions tempérées ou tropicales. A un moment, je pensais même étudier les dinosaures…  Ce sont les contacts des professeurs qui m'ont orienté ».

Lire la suite