Les archives
 
Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette

Sabrina Bousbata

Sabrina Bousbata est Chargé de cours à titre définitif à la Faculté des Sciences.

« Enfant, j'étais passionnée par Pasteur : à la lecture de sa biographie, je me suis dit : « Plus tard, c'est cela que je veux faire », avoue mi-amusée Sabrina Bousbata. Si elle rêve de devenir chercheuse en biologie, ses parents en revanche, l'imaginent plutôt médecin…

Dans la Petite Kabylie où elle habite, l'adolescente choisit l'orientation « Sciences » dans l'enseignement secondaire. Après sa rhéto, elle passe le concours de médecine mais décide finalement d'entamer des études en biochimie. « Je me suis dit qu'ausculter des patients, attendre que des chercheurs trouvent peut-être un médicament que je pourrais prescrire n'était pas ce que je voulais faire. Je voulais travailler plus en amont : j'étais convaincue que comme chercheur, je pourrais résoudre des questions biologiques, trouver des solutions pour améliorer la santé humaine : c'était cela qui m'intéressait », explique-t-elle.
Intéressée par les mathématiques, la chimie, la physique, la biologie, Sabrina Bousbata réalise donc un master en biochimie à l'Université de Béjaia, avec une idée en tête : partir à l'étranger pour devenir chercheuse. « Malheureusement, l'année où j'ai été diplômée, l'Algérie a connu des problèmes politiques, il y a eu une recrudescence du terrorisme, les déplacements à l'étranger sont devenus difficiles », se souvient-elle. Elle qui rêvait des Etats-Unis ou (déjà) de l'ULB – « j'avais soumis ma candidature à l'ULB, attirée par la réputation d'excellence de sa recherche, impressionnée par ses prix Nobel », précise-t-elle, elle est engagée en Algérie dans une entreprise de céramique : pendant deux ans, elle y sera chargée du contrôle qualité.

Lire la suite