Les archives
 
Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette

Emilie Van Haute

Le choix d'entamer des études en science politique s'est fait assez naturellement chez Emilie Van Haute. Le passé familial a joué un rôle, plusieurs générations successives ayant embrassé la carrière diplomatique. Elle a grandi imprégnée de discussions passionnées sur l'organisation et le fonctionnement des Etats.

Durant ses licences, elle opte pour l'orientation "sociologie politique", et décroche, un mandat d'assistante, qui lui "apporte beaucoup" : "c'est un statut qui offre des opportunités magnifiques, même si le rythme de travail est parfois éreintant". A côté des tâches d'encadrement des séminaires, elle gère les programmes d'échanges du département.

Ses recherches se concentrent peu à peu sur l'étude des acteurs politiques : électeurs, adhérents, militants, partis, candidats, parlementaires, etc. Son intégration au sein du Centre d'étude de la vie politique (Cevipol) a facilité l'entrée dans le monde de la recherche. Sa thèse, menée sous la direction de Pascal Delwit, s'est rapidement orientée vers une étude des adhérents de parti en Belgique. Elle porte sur la place de l'idéologie dans les mécanismes d'adhésion en Flandre (avec une focale sur le cas du CD&V et du VLD).

Lire la suite...