Les archives
Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Retrouvez nos communiqués de presse et nos experts sur la page Presse

Contactez-nous : Service Communication Recherche

Vendredi l 30-06-2017
Rapport ORELA 2016: religions et laïcité en Belgique

L'Observatoire des Religions et de la Laïcité (ORELA) de l'Université libre de Bruxelles vient de publier son rapport sur l'état des religions et de la laïcité en Belgique en 2016, le cinquième rapport du genre. Cette analyse se penche sur les rapports entre religion et société, l'Etat et les cultes.

L'actualité des religions et de la laïcité en 2016 fut marquée par les attentats de Bruxelles du 22 mars. Le rapport de 80 pages souligne ce contexte de forte médiatisation du religieux, d'omniprésence de l'islam (et surtout des peurs relatives à l'islam) dans les médias et dans le débat public, et les controverses sur des questions éthiques, entre sécularisation de la société et reconquête de l'espace public par le religieux.

Les chercheurs d'ORELA mettent en particulier en évidence les politiques publiques en lien avec le fait religieux, marquées par les développements de l'actualité récente, la réforme des cours de religion et de morale non confessionnelle, ainsi que la diversité culturelle et convictionnelle que l'on rencontre dans la Région de Bruxelles-Capitale. Il pointe enfin la progressive tendance des responsables politiques à s'appuyer sur les organisations convictionnelles pour travailler à la paix et à la cohésion sociales.

Jeudi l 29-06-2017
L'ULB dans le top 100 des "Europe's Most Innovative Universities"

Pour la deuxième année consécutive, l'ULB fait partie du classement des Europe's Most Innovative Universities. Grâce à sa 38ème place, l'université figure comme première université belge francophone. Ce ranking mené par Reuters en collaboration avec Clarivate Analytics récompense les universités qui réalisent le plus d'avancées scientifiques, innovent en matière de nouvelles technologies et contribuent activement à l'économie globale via le transfert de connaissances universitaires vers les acteurs socio-économiques.

Par ailleurs, l'ULB entre également dans le classement mondial de 2016 et représente la 3ème université belge, derrière la KUL et l'UGent. Un trophée récompensant ces belles positions a été remis à Serge Schiffmann, Vice-Recteur à la recherche et à la valorisation, en présence de l'ULB-TTO (voir photo).

Pour établir ce classement, Clarivate Analytics a compilé des données étalées sur 5 ans (2010-2015) relevant principalement de la recherche partenariale menée à l'Université et des brevets qu'elle détient. Ainsi, la méthodologie utilisée reflète l'impact économique et sociétal des activités de recherche partenariale et de valorisation menées à l'ULB: depuis le nombre de brevets déposés par l'ULB et acceptés en passant par les citations de ces brevets dans des articles scientifiques mais aussi le pourcentage d'articles scientifiques écrits en collaboration avec l'industrie.

Ces trophées récompensent donc la qualité de la recherche partenariale menée à l'ULB, ainsi que sa politique volontariste en matière de soutien à la protection et à la valorisation des résultats de ses recherches.

Jeudi l 29-06-2017
Observer la respiration des volcans

Les chercheurs de l'Université de Cambridge et de l'Université libre de Bruxelles ont développé une nouvelle méthode pour surveiller l'activité volcanique: la vitesse sismique.

En collaboration avec l'Observatoire Royal de Belgique, Corentin Caudron, chercheur au laboratoire G-TIME de la Faculté des Sciences de l'ULB, a participé au développement d'un logiciel permettant de calculer automatiquement les vitesses sismiques. Avec ses collègues de Cambridge, il a ensuite étudié les données du volcan Kīlauea, situé à Hawaï. Ce sont ces travaux qui sont publiés aujourd'hui dans la revue scientifique Science Advances.

La vitesse sismique mesure la "respiration" d'un volcan, soit le rythme de gonflement et de dégonflement de la chambre magmatique. Une variation de cette vitesse est le signe d'un évènement se déroulant au cœur du volcan, comme une remontée de magma ou une variation de la concentration en eau. Dans cette étude, les chercheurs ont obtenu une excellente corrélation entre la vitesse sismique et la déformation du volcan.

La vitesse sismique est donc un bon indicateur de l'activité volcanique et devrait donc bientôt faire partie des outils de surveillance officiels des sismologues du monde entier. Corentin Caudron va maintenant tenter de confirmer ces observations sur d'autres volcans, notamment ceux présentant des éruptions sans magma en surface, plus complexes. Ce paramètre pourrait donc s'avérer particulièrement utile pour l'observation des nombreux volcans uniquement équipés d'un sismographe actuellement.

Jeudi l 29-06-2017
Bruit des avions: Belgocontrol fait appel à l'IGEAT

Le bruit des avions autour des aéroports est un bon exemple de conflit entre activités économiques et qualité de vie des habitants. Alors que le dossier du survol de Bruxelles a déjà fait couler beaucoup d'encre, l'exploitation des aéroports belges appelle des solutions innovantes tant en amont (suivi des opérations) qu'en aval (information et transparence).

C'est dans ce cadre que l'ULB-DGES-IGEAT (Faculté des Sciences), sous la direction de Frédéric Dobruszkes, va mettre son expertise en matière d'analyse spatiale et de gestion avancée des bases de données au service de Belgocontrol. La signature de la convention de recherche et de développement d'un an a été signée ce 22 juin. L'équipe de l'IGEAT contribuera par exemple à repenser l'information disponible en ligne pour les riverains. Elle s'attellera également au développement d'outils à vocation urbanistique et développera des méthodes d'analyse des déviations de trajectoire des avions. D'autres tâches seront définies en fonction de l'évolution de la mission et de l'évolution des outils utilisés par Belgocontrol.

Ce n'est pas la première fois que l'IGEAT collabore avec les autorités sur le dossier du survol de Bruxelles : l'équipe a déjà expertisé la 6e phase du « plan Wathelet » en 2014, dressé un historique détaillé du survol de Bruxelles en 2016 et accompagné le cabinet de la Ministre Céline Fremault dans la concertation État/Régions en 2017.

Jeudi l 22-06-2017
Volcan et pollution de l'atmosphère

Les éruptions volcaniques ont un impact sur l'environnement: outre les coulées de lave, les panaches de fumée libèrent de nombreux composés chimiques dans l'atmosphère. Une équipe de chercheurs islandais et anglais s'est penchée sur l'éruption du volcan Bardarbunga, situé au centre de l'Islande. Lors de ses éruptions, ce volcan émet de grandes quantités de dioxyde de soufre (SO2) dans l'atmosphère (plus que les émissions annuelles des pays de l'Union Européenne). Plus particulièrement, les chercheurs se sont intéressés aux interactions entre les nuages et les aérosols formés à partir du SO2 issu du volcan.

Les chercheurs du Service de Chimie quantique et Photophysique de la Faculté des Sciences sont également impliqués dans cette étude, publiée dans Nature. Ils ont fourni les quantités/altitudes du SO2 émis par le volcan afin que les modélisateurs puissent vérifier leur capacité à reproduire l'éruption. Ces données provenaient du sondeur spatial infrarouge IASI, qui tourne autour de la Terre à bord du satellite MetOp, et qui permet de déterminer la composition de l'atmosphère.

L'étude a permis de démontrer que le principal impact des aérosols sur les nuages est la réduction de la taille de leurs gouttelettes d'eau. Ce phénomène entraine une augmentation de la réflectivité des nuages et donc une diminution de la quantité de rayonnement solaire parvenant à la surface terrestre. Ce genre d'effet est important à quantifier notamment pour mieux comprendre et prévoir les changements climatiques actuels et futurs.

Jeudi l 22-06-2017
Les femmes aiment-elles la guerre ?

L'ouvrage Les femmes aiment-elles la guerre ?, coordonné par Anne Morelli (CIERL, Faculté de Philosophie et Sciences sociales) et Annalisa Casini (Structure de recherche interdisciplinaire sur le genre, STRIGES), pose une question provocante. "Au vu des nombreuses mobilisations de femmes en faveur de la paix, nous serions tenté·e·s de répondre à cette question par la négative. A bien y regarder cependant, les femmes ont de tout temps pris part à la guerre, d'une manière ou d'une autre", annonce le résumé.

Parmi les auteurs de l'ouvrage, Nicolas Van der Linden et Djouaria Ghilani, chercheurs au Centre de Recherche en psychologie sociale et interculturelle (Faculté des Sciences Psychologiques et de l'Éducation), se sont plus particulièrement concentrés sur la tendance des femmes à se montrer plus favorables à la paix et moins à la guerre que les hommes. Cet écart de genres se retrouve à des degrés divers dans la plupart des études menées sur le sujet et a donné lieu à la formulation de la "women and peace hypothesis".

En prenant comme point de départ de leur réflexion une fiction épistolaire de Virginia Woolf, Trois Guinées, les chercheurs démontrent, entre autres, qu'un meilleur accès des femmes à l'éducation, au travail et à la politique mène à une société plus pacifique. "Mais notre connaissance des mécanismes à l'oeuvre dans cet effet est encore relativement limitée", précise Nicolas Van der Linden. La valorisation des métiers majoritairement occupés par des femmes et qui véhiculent des valeurs relationnelles/féminines pourrait également avoir un effet pacificateur sur les sociétés. Cependant, à l'heure actuelle, cette question ne suscite qu'un intérêt limité parmi les scientifiques et politiques, ce que déplorent les chercheurs.

Mercredi l 21-06-2017
Mieux enseigner l'histoire des conflits intergroupes

Pas toujours simple d'enseigner l'histoire des conflits intergroupes. A fortiori lorsque enseignants et/ou élèves en ont été les témoins directs, voire les acteurs... Comment, par exemple, peut-on enseigner aujourd'hui les guerres qui ont déchiré l'ex-Yougoslavie entre 1991 et 2001, à des classes qui réunissent différentes ethnies, opposées pendant ces conflits? "Ce sont des problématiques délicates à aborder et pourtant essentielles si on veut former les citoyens et sortir d'un éventuel cycle de violences", observe Laurent Licata - Centre de Recherche en Psychologie Sociale et Interculturelle, CRePSI, Faculté des Sciences psychologiques et de l'éducation.

Pendant quatre ans, Laurent Licata a coordonné un réseau COST réunissant plus de 160 membres - chercheurs en psychologie sociale, en histoire, en sciences de l'éducation -, issus de 27 pays européens ainsi que d'Israël, Palestine, Nouvelle-Zélande et Argentine.

Outre des publications scientifiques, le réseau vient de publier un petit guide, Recommendations for the history teaching of intergroup conflicts, à l'intention notamment des enseignants du secondaire ainsi que des pédagogues qui les forment dans les universités et les hautes écoles ou qui fixent les programmes de cours dans les ministères. "On sait que les représentations des mêmes événements historiques peuvent varier fortement entre les groupes d'appartenance, et que l'histoire est souvent instrumentalisée. Or, l'histoire est une discipline scientifique: l'enseigner doit contribuer à sensibiliser à cette diversité selon les sources et partis pris, à dépassionner le récit et à développer l'esprit critique", explique Laurent Licata, "Ce guide vise à donner des pistes concrètes pour que le cours d'histoire joue pleinement ce rôle".

Vendredi l 16-06-2017
F. Laanan en visite au Brussels Medical Device Center

Le Brussels Medical Device Center (BMDC) a reçu la visite de Fadila Laanan, Secrétaire d'Etat en charge de la Recherche scientifique à la Région de Bruxelles-Capitale, ce lundi 12 juin. Elle a visité les lieux de prototypage et tests et a assisté à des démonstrations de dispositifs médicaux développés par les équipes du BMDC. Elle a également eu l'occasion d'assister à une intervention d'endoscopie chirurgicale à l'Hôpital Erasme.

Fruit de 10 ans de collaboration entre les ingénieurs et les médecins de l'ULB, le BMDC se veut une plate-forme d'échange, permettant aux médecins et aux ingénieurs de développer ensemble leurs idées pour améliorer la vie des patients. Il a pour mission principale le développement de dispositifs médicaux innovants, depuis l'idée jusqu'à la commercialisation en passant par toutes les étapes essentielles de conception, de fabrication et d'accès au marché. L'ASBL fournit notamment un support pour le développement de prototypes, de l'analyse de marché ou des essais cliniques nécessaires pour une application chez l'homme.

Basé à proximité de l'Hôpital Erasme, le BMDC espère pouvoir apporter son expertise dans le développement de medical devices à tout le réseau hospitalier bruxellois. Association sans but lucratif, BMDC réinvestit l'ensemble des bénéfices dans le développement du centre et dans des projets délaissés par les sociétés commerciales par manque de marché. Ceci permettra au BMDC de participer au soulagement de maladies orphelines restées sans solution ou traitement efficace.

Jeudi l 15-06-2017
Patrick Hendrick dans "Les Éclaireurs" ce samedi

Ce samedi entre 15 et 16h, Patrick Hendrick (ATM, École Polytechnique de Bruxelles) participera à l'émission "Les Éclaireurs", l'émission radio de "La Première" consacrée à la recherche et aux chercheurs de la Fédération Wallonie-Bruxelles. La journaliste Fabienne Vande Meerssche y donne la parole aux chercheurs qui expliquent leurs recherches, leurs découvertes, leurs motivations.

Patrick Hendrick expliquera ses différents travaux concernant les énergies et les nouvelles formes d'énergie. Un exemple parmi d'autres : la voiture à hydrogène (voir le reportage "Images de Sciences").

D'autres chercheurs de l'ULB ont déjà participé à l'émission précédemment. Vous pouvez réécouter les précédentes émissions ici et découvrir les contenus multimédias ici.

Mercredi l 14-06-2017
Allocation universelle: propriété sociale et réciprocité

Doctorant au Centre de Théorie Politique (Faculté de Philosophie et Sciences Sociales), Marc-Antoine Sabaté étude la question de l'allocation universelle et, plus particulièrement, les objections à cette idée dans la littérature scientifique francophone et anglophone.

Dans le cadre du colloque international "Why private property?" ces 20 et 21 juin, Marc-Antoine Sabaté présentera une relecture des justifications de l'allocation universelle à travers le concept de propriété sociale. "Outre les considérations financières, une des objections principales, liée à la question du maintien des droits sociaux, est la notion de réciprocité", explique le chercheur: "Le fait que, pour mériter cette allocation, les personnes auraient l'obligation de participer, principalement en travaillant, à la vie de la collectivité". Cependant, nuance-t-il, cette objection peut être adressée de deux manières: "Avant d'exiger une réciprocité des droits et des devoirs, il faudrait tout d'abord s'assurer que chacun ait accès aux ressources nécessaires pour être autonome et donc être capable de participer librement. Par ailleurs, on peut aussi se dire que tout le monde participe plus ou moins, même sans travailler, à une forme de coopération sociale qui mériterait une allocation".

Face à la la propriété privée fondée sur le travail, on pourrait donc défendre l'idée d'une propriété sociale: "Dans ce cas, l'allocation universelle peut être considérée comme une manière, parmi d'autres, de garantir le droit à un accès équitable à ces ressources collectives, matérielles et immatérielles, nécessaire pour que chacun puisse s'intégrer de manière autonome et non-aliénée à la société".

Mardi l 13-06-2017
La littératie, condition sine qua non de la démocratie

Dans un article publié récemment dans le journal Language, Cognition and Neuroscience, José Morais, Professeur Emérite affilié au Centre de Recherche Cognition et Neurosciences (CRCN), montre comment l'avènement de la littératie - l'aptitude à comprendre et à utiliser l'information écrite - a transformé le système mental et le cerveau des êtres humains qui la maîtrisent.

Trois niveaux de littératie sont envisagés: la littératie productive, argumentative et enfin créative. José Morais a notamment décortiqué des données récentes, publiées par l'UNESCO et l'OCDE, pour montrer qu'un niveau de littératie suffisant pour participer de manière informée et argumentée au débat public et aux décisions n'est pas à la portée d'un tiers de la population des pays développés.

L'auteur établit une relation réciproque entre littératie et démocratie: les faiblesses (ou les avancées) de l'une affaiblissent (ou font avancer) l'autre. Il distingue dans ce contexte les notions de démocratie et de pseudo-démocratie. Il soutient que les élites au pouvoir profitent sciemment des inégalités de littératie. Il appelle la société à garantir pour toutes et tous un réel accès à la littératie, en tant que capacité de lire et écrire mais aussi d'exercice libre et critique de la pensée.

Mardi l 13-06-2017
Le pourquoi des réformes institutionnelles

Post-doctorante au CEVIPOL (Faculté de Philosophie et Sciences Sociales), Camille Bedock étudie les réformes institutionnelles en démocratie, et particulièrement ce que pensent les citoyens de ces réformes. Un sujet qui est le prolongement de sa thèse de doctorat, effectuée en Italie: la chercheuse s'est intéressée aux raisons qui poussent des démocraties consolidées à effectuer des réformes institutionnelles.

Son étude, résumée aujourd'hui dans un ouvrage, comparait l'Europe de l'Ouest et en particulier la France, l'Italie et l'Irlande. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, les réformes de la démocratie ne sont pas toujours issues d'une période de crise: "Une des conclusions de mon étude, explique Camille Bedock, est que ces réformes viennent souvent en réponse aux aléas d'une élection, face à une déception des électeurs par rapport au système politique". La chercheuse observe aussi que certaines réformes sont très consensuelles au sein du milieu politique: "On est alors dans une logique de réforme plus intéressée: la question de qui s'octroiera la réforme aux yeux des citoyens devient un enjeu". Enfin, l'experte note que les contraintes ou le nombre d'acteurs impliqués ne freine pas la mise en place des réformes: "Les négociations sont plus longues et complexes, mais le système évolue quand même".

Des conclusions qui trouvent un écho pour d'autres démocraties comme la Belgique.

Lundi l 12-06-2017
Leucémie: les cellules communiquent avec leur environnement

Des "paquets postaux" permettent aux cellules de Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) de communiquer avec les cellules de leur microenvironnement. C'est le résumé d'une étude publiée dans le journal Haematologica par des chercheurs de l'ULB.

Le Laboratoire de thérapie cellulaire clinique de l'Institut Bordet (Dr Laurence Lagneaux, ULB-Cancer Research Center - U-CRC), en étroite collaboration avec le Département d'hématologie du Pr Dominique Bron, se focalise depuis de nombreuses années sur les mécanismes de communication entre les cellules leucémiques et leur microenvironnement. Celui-ci constitue pour elles une "niche protectrice" qui leur permet d'échapper aux traitements.

Dans cette nouvelle étude, les Dr. Emerence Crompot et Basile Stamatopoulos viennent de démontrer que les cellules du microenvironnement communiquent avec les cellules leucémiques par l'intermédiaire de vésicules extracellulaires, des petits "morceaux" de cellules emportant avec eux des "informations" (ARN, ADN, protéine) pour aller ensuite fusionner avec les cellules leucémiques et leur délivrer leur contenu. Ces particules plus petites qu'un millième de millimètre (<1 micron) représentent littéralement des "paquets postaux" que ces cellules utilisent pour communiquer.

Les chercheurs ont ainsi démontré que les vésicules extracellulaires provenant des cellules mésenchymateuses composant le microenvironnement médullaire protègent les cellules leucémiques de la mort cellulaire (apoptose). Elles augmentent aussi leur capacité migratoire, leur chimio résistance et modifient leur expression génique.

Lundi l 12-06-2017
Cancer du sein: identifier les patientes sensibles

Principal cancer de la femme, le cancer du sein est le plus souvent traité par hormonothérapie. Un nouveau traitement a été approuvé pour traiter les patientes dont le cancer évolue malgré l'hormonothérapie. Une étude menée par Pierre Roger & Eric Raspé (IRIBHM – Faculté de Médecine – et U-CRC), en collaboration avec l'Institut Bordet (C. Sotiriou et D. Larsimont) et le CMMI (Faculté des Sciences), vient de mettre en évidence un des facteurs qui détermine la sensibilité à ce nouveau traitement.

L'étude, publiée dans EMBO Molecular Medicine, se focalise sur un médicament, le palbociclib (Ibrance), agissant sur le cycle cellulaire, le processus à la base de la multiplication des cellules. Il inhibe la CDK4, une enzyme clé qui contrôle le déclenchement du cycle cellulaire, et stoppe ainsi la croissance dérégulée des cellules. Grâce à l'analyse d'échantillons de tumeurs de patientes et de lignées de cellules cancéreuses, les auteurs ont identifié une modification de la CDK4 (sa phosphorylation activatrice sur T172) comme étant le biomarqueur le plus pertinent de prédiction de réponse au palbociclib.

Les outils diagnostiques développés sur base de ce biomarqueur permettront d'identifier les patientes sensibles au traitement et d'étendre son indication à d'autres types de cancer du sein. L'équipe cherche à appliquer la même démarche à d'autres cancers n'ayant pas de traitement efficace actuellement.

Vendredi l 09-06-2017
Les nostalgies écologiques

Ce mercredi 14 et jeudi 15 juin, le Laboratoire d'Anthropologie des Mondes Contemporains (LAMC) se penchera sur les nostalgies écologiques. "Quand on s'approche d'un organisme de l'environnement, celui-ci peut éveiller des réactions esthétiques ou affectives, comme la nostalgie, qui renvoie à un ordre passé en perdition", explique Olivia Angé, chercheuse au LAMC et co-organisatrice de l'événement avec David Berliner. Cette nostalgie, à la croisée de la mémoire et de l'histoire, du biologique et du social, et du cognitif et du sensitif, peut s'exprimer dans des domaines aussi variés que le marketing, l'artisanat, l'art, le patrimoine, la politique, l'agriculture, mais aussi l'écologie.

Les intervenants, issus du monde entier, aborderont ainsi les instabilités dans les relations d'interdépendance entre les êtres humains et les autres espèces dans l'environnement. Lors de l'événement, Olivia Angé présentera ses travaux sur la place des pommes de terre dans les communautés des régions montagneuses de Cuzco, au Pérou. Là-bas, elles sont en effet considérées comme des êtres pourvus d'émotions et d'intentions. Pour que les récoltes soient bonnes, les habitants doivent donc satisfaire et respecter leurs tubercules, une pratique remise en cause par les jeunes générations et par les changements climatiques, faisant craindre à certains la perte d'un patrimoine culturel majeur.

Informations et programme sur le site du LAMC.

Jeudi l 08-06-2017
Voies lactées : regards sur l'allaitement maternel

Ce 15 juin se tiendra au Musée de la Médecine une Journée d'étude interdisciplinaire sur l'allaitement. Un sujet qui, sous son apparente simplicité, soulève de nombreux enjeux, tant esthétiques, moraux, sanitaires, religieux que socio-économiques. A cette occasion, Emmanuelle Robert, chercheuse à l'Ecole de Santé Publique, présentera les résultats de ses différentes enquêtes épidémiologiques sur l'allaitement en Wallonie et à Bruxelles. "Il n'y avait que très peu de données sur les différents types d'allaitement (allaitement exclusif, partiel, ...) et sur les durées de ceux-ci, à cause, notamment, de la complexité institutionnelle du pays", souligne-t-elle.

Grâce aux données récoltées, la chercheuse a ainsi pu constater que le taux d'allaitement en Wallonie était l'un des plus bas parmi les pays à hauts revenus avec seulement 82 % de femmes allaitant à la maternité, un taux qui chute de façon significative avant même le retour à domicile. Bruxelles est en revanche meilleure élève, avec 93% de femmes allaitantes à l'hôpital, et une durée plus longue d'allaitement. Tout bénéfice pour le bébé puisque l'OMS recommande six mois d'allaitement exclusif.

Informations et inscriptions : emmanuelle.robert@ulb.ac.be

Mercredi l 07-06-2017
Détecter les indicateurs du réchauffement climatique par satellite

L'European Research Council vient de décerner une bourse ERC-Advanced à Cathy Clerbaux, professeur invitée au Service de chimie quantique et photophysique (Faculté des Sciences) et directeur de recherche au CNRS (France).

Le projet IASI-FT (IASI - Flux and Temperature) vise à détecter des indicateurs du réchauffement climatique à partir de données hyperspectrales mesurées par satellite. En orbite depuis 10 ans sur le satellite MetOp, l'instrument IASI a déjà fourni des milliards d'observations. Elles seront exploitées avec des techniques statistiques pointues combinées à des outils big-data pour extraire des informations nouvelles sur des variables climatiques importantes mais difficiles à mesurer précisément depuis l'espace: flux radiatifs, aérosols, températures, et concentrations en ozone. Le projet vise à mieux comprendre la variabilité naturelle de ces composants, pour identifier ce qui peut être attribué au réchauffement du climat.

Plus d'informations sur la mission IASI dans cette vidéo.

Mardi l 06-06-2017
Collision de deux trous noirs

Le jeudi 1er juin, l'observatoire américain LIGO a annoncé la découverte d'une nouvelle détection d'ondes gravitationnelles provenant de la collision de deux trous noirs quelque part dans l'univers il y a 3 milliards d'années.

Christophe Collette, chercheur au BEAMS (École Polytechnique de Bruxelles) est principal investigator au sein de la LIGO Scientific Collaboration (LSC). Il est un des auteurs de cette étude, détaillée dans la revue scientifique Physical Review Letters. Il est impliqué dans l'isolation sismique du détecteur LIGO.

Cette nouvelle détection vient s'ajouter aux deux collisions déjà identifiées en septembre et décembre 2015 qui proviennent de trous noirs relativement proches, à 1 milliard d'années lumières de la terre. La nouvelle paire de trous noirs observés montre une nouvelle particularité: la rotation d'un des deux trous noirs ne semble pas alignée avec le plan de l'orbite, ce qui donne des arguments pour la théorie astrophysique selon laquelle les trous noirs peuvent se lier gravitationnellement bien après leur formation. Toutes les données sont compatibles avec la théorie de la relativité d'Einstein et contraignent d'une nouvelle manière plusieurs théories alternatives.

Cette découverte confirme la naissance de la nouvelle astronomie gravitationnelle qui mène déjà à une nouvelle vision du cosmos

Vendredi l 02-06-2017
Découvrir la Bruxelles néoclassique

Christophe Loir, chercheur au SOCIAMM (Faculté de Philosophie et Sciences sociales), vient de publier une nouvelle édition de son ouvrage Bruxelles néoclassique : mutation d'un espace urbain (1775-1840). "Nous avons refait toute l'iconographie avec des photos plus contemporaines, mais aussi des documents anciens inédits", explique-t-il. L'historien a également approfondi ses recherches pour enrichir les encadrés thématiques, notamment sur les trottoirs, l'éclairage ou la mobilité.

A travers ce livre, les passionnés pourront parcourir l'évolution de la capitale entre le siècle des lumières et la Révolution industrielle grâce à sept promenades thématiques . Ils y découvriront notamment l'histoire de la place des Martyrs, premier espace néoclassique en Belgique. "Cette place marque la naissance de l'urbanisme. A partir de cette époque, Bruxelles va se moderniser, à l'image d'autres villes européennes". S'en suivront de nombreuses transformations urbanistiques, retracées dans l'ouvrage : l'aménagement des quartiers autour d'un édifice public, comme le théâtre royal de la Monnaie ou le Grand Hospice, la création des boulevards extérieurs, en lieu et place des anciens remparts, ou encore l'arrivée du chemin de fer, dans le quartier Rouppe.

A l'occasion de cette réédition, le chercheur donnera des visites-conférences ouvertes au grand public dans les rues de Bruxelles.