Les archives
Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Retrouvez nos communiqués de presse et nos experts sur la page Presse

Contactez-nous : Service Communication Recherche

Mardi l 27-02-2018
Recherche & Innovation: un soutien européen essentiel

Le soutien à la Recherche et à l'Innovation est primordial pour mettre sur pied des projets collaboratifs ambitieux qui ont un impact sur la société. C'est en résumé le message d'une brochure éditée par le Conseil des Recteurs francophones de Belgique, le CREF, et son homologue flamand, le VLIR.

La brochure cite notamment le projet de recherche sur la tuberculose de Françoise Massart (Laboratoire de Vaccinologie et d'Immunologie Mucosale, Faculté de Médecine), soutenu dans le cadre du programme cadre européen H2020 et cofinancé par la Région Bruxelloise. Le projet TBVAC2020 a pour but de diversifier et accélérer le développement de candidats vaccins pour traiter la tuberculose, ainsi que la détection de biomarqueurs fiables de la maladie. Avec plus de 10 millions de nouveaux cas de tuberculose déclarés en 2016, cette maladie reste un enjeu sanitaire mondial.

Plus de 40 partenaires, publics et privés, sont impliqués dans le projet TBVAC2020. Le support européen est donc essentiel pour ce projet, qui n'est qu'un exemple parmi d'autres évoqués dans la brochure. A l'occasion des discussions actuelles de la Commission Européenne concernant le budget pour la nouvelle période multi-annuelle, le CREF et le VLIR appellent donc la Commission à soutenir encore plus la recherche et l'innovation européenne.

Lundi l 26-02-2018
Les jonquilles, future arme contre le cancer?

Les jonquilles aideront-elles bientôt à guérir le cancer? Une étude du Laboratoire de Biologie Moléculaire de l'ARN (Faculté des Sciences et ULB-Cancer Research Center), publiée dans la revue scientifique Structure (Cell Press), franchit un premier pas dans cette direction.

Emmenés par Denis Lafontaine, les chercheurs ont extrait un composé anti-cancer naturel de la Jonquille (Amarylidaceae Narcissus). Ils ont établi que ce composé, un alcaloïde dénommé haemanthamine, se lie sur le ribosome - cette nanomachine responsable de la fabrication des protéines dans nos cellules. Dans cette nouvelle étude, les chercheurs ont montré que l'haemanthamine empêche la production de protéines par les ribosomes, ralentissant ainsi la croissance des cellules cancéreuses. L'haemanthamine inhibe également la fabrication des ribosomes dans le nucléole (l'usine à ribosomes): ce stress nucléolaire entraîne l'activation d'une voie de surveillance anti-tumorale menant à la stabilisation de la protéine p53, ce qui conduit à l'élimination des cellules cancéreuses.

Cette étude fournit, pour la première fois, une explication moléculaire à l'activité anti-tumorale de la jonquille, utilisée depuis des siècles en médecine populaire. Dans un avenir proche, l'équipe de Denis Lafontaine, en collaboration avec Véronique Mathieu (Faculté de Pharmacie) va tester l'effet sur la biogenèse et la fonction du ribosome de quatre alcaloïdes d'Amaryllidaceae, représentant la gamme de diversité chimique de ces molécules. Leur but sera d'identifier rapidement le squelette chimique le plus prometteur pour être développé, par la suite, en thérapie anti-cancer.

Mercredi l 21-02-2018
Les volcans sensibles aux cycles lunaires

Les volcans seraient sensibles au cycle lunaire. C'est la conclusion étonnante d'une étude de Corentin Caudron, chercheur au Laboratoire G-TIME de la Faculté des Sciences de l'ULB, et de ses collègues de la Nasa et de la Brown University (USA). Publiée dans Nature Scientific Reports, cette étude se penche sur l'éruption surprise du volcan néo-zélandais Ruapehu en 2007.

Les chercheurs ont étudié les vibrations du sol enregistrées sur le volcan depuis 12 ans. Ils ont découvert que ces vibrations sont en corrélation avec les cycles lunaires, pendant les trois mois précédant l'éruption. En utilisant un modèle numérique, les chercheurs suggèrent que c'est lorsque la pression dans la poche de gaz sous le cratère atteint un seuil critique que le volcan devient sensible aux marées.

Les auteurs pensent dès lors que les marées permettraient de mettre en évidence lorsqu'un volcan risque d'entrer en éruption. Cette approche va être testée sur d'autres volcans et avec d'autres paramètres (géochimie des fluides) pour voir si elle pourrait être utilisée comme outil de surveillance des éruptions volcaniques et tenter de clarifier la nature de ce lien.

Corentin Caudron signe également à une autre étude, publiée dans le Journal of Geophysical Research: Solid Earth, avec l'Université de Cambridge, sur la plus large éruption de ces deux derniers siècles en Europe: l'éruption islandaise Bardarbunga-Holuhraun en 2014-15 en Islande. Le chercheur et ses collègues ont retracé le parcours sous-terrain du flux de lave en utilisant pour la première fois la méthode de mesure 'SARA' - Seismic Amplitude Ratio Analysis. Les résultats se sont révélés concluants puisqu'ils ont réussi à reconstituer la trajectoire du magma avec une grande précision. La technique SARA pourrait donc s'avérer utile dans le monitoring de l'activité volcanique, particulièrement dans les endroits ne disposant pas de stations de surveillance.

Mercredi l 21-02-2018
L'impact du numérique sur le droit

En février et mars 2018, Antoine Garapon est professeur invité à la Maison des Sciences Humaines de l'ULB (MSH-ULB), à l'invitation du Centre de droit public (CDP, Faculté de Droit et de Criminologie).

Directeur de l'Institut des Hautes Études sur la Justice à Paris (IHEJ) depuis 1991, Antoine Garapon participe aux débats publics sur la Justice depuis presque trente ans. Outre ses nombreux livres, il intervient notamment sur France Culture, co-dirige la revue Esprit et a fondé la webradio Amicus Radio, entièrement consacrée au droit et à la justice.

La présence d'Antoine Garapon à l'ULB poursuit les collaborations déjà nombreuses nouées avec les chercheurs du CDP dans le domaine de la philosophie du droit et de la justice: plusieurs chercheurs du CDP participent notamment aux séminaires de philosophie du droit organisés chaque année par l'IHEJ, ainsi qu'aux émissions d'Amicus Radio.

Il participera ainsi à l'enseignement (séminaire de philosophie juridique et politique, cours de philosophie du droit) et à la recherche, en animant une conférence-débat sur le thème de la "Justice prédictive" le 22 février. Antoine Garapon s'intéresse particulièrement à l'impact du numérique sur le droit: disparition des avocats ou des notaires, résolution des conflits en ligne, état civil tenu par la blockchain, généralisation des contrats en bitcoins échappant à tout contrôle, etc. Il donnera une autre conférence sur ce thème le 19 mars prochain.

Mercredi l 14-02-2018
Les centres pluralistes familiaux et l'IVG en Belgique

En 1969 à Uccle, une grande nouveauté apparaît dans le paysage belge pourtant très pilarisé : un centre pluraliste familial unissant laïques et catholiques. Un événement improbable que va nous conter Anne-Sophie Crosetti, chercheuse au centre METICES (Institut de Sociologie), ce 27 février lors du colloque « Pilarisé un jour, pilarisé toujours ».

"1968 va marquer un tournant pour de nombreux catholiques. L'encyclique du pape Paul VI sur la régulation des naissances va rejeter fermement la contraception et l'avortement. Beaucoup de femmes, y compris des conseillères conjugales, vont voir leur condition niée, ce qui va les amener à s'éloigner de l'Eglise", explique la chercheuse. Or, les centres de consultation conjugale créés par des catholiques s'éloignaient déjà de la morale religieuse pour s'intéresser aux problèmes pratiques de couples, comme les moyens contraceptifs.

Les catholiques vont alors s'associer à la Ligue des Familles, pluraliste, et à la Famille Heureuse, laïque, pour former le tout premier centre pluraliste familial qui regroupe à la fois des conseillers catholiques et laïques. Ceux-ci vont ensuite devoir s'organiser, avec au début un équilibre entre les uns et les autres, puis une évolution vers une professionnalisation du métier qui rend cet équilibre superflu. Grâce à un travail d'archives et des interviews de conseillères des années 60, ce sont les soubresauts de cette période révolutionnaire qu'Anne-Sophie Crosetti retrace dans sa thèse, au sein de l'ARC (dé)pilarisation.

Lundi l 12-02-2018
L'éducation augmente-t-elle de même manière productivité et salaire?

Quel est l'impact de l'éducation sur la productivité et les salaires? C'est la question que se sont posée Stephan Kampelmann, François Rycx, Ilan Tojerow (chercheurs au CEB et au DULBEA, SBS-EM) et Yves Saks dans leur dernier article paru dans l'IZA Journal of Labor Economics. S'ils ne sont pas les premiers à se pencher sur la thématique, aucune étude n'avait jusqu'alors donné lieu à une analyse aussi approfondie. L'article se base sur une vaste base de données employés-employeurs couvrant un très grand nombre d'entreprises du secteur privé belge sur plus d'une décennie.

Les chercheurs ont pu établir que l'éducation a une incidence plus importante sur la productivité que sur les coûts salariaux. Autrement dit, en moyenne, la rentabilité des entreprises augmenterait si l'on substituait aux travailleurs moins qualifiés des travailleurs plus qualifiés. Les estimations témoignent donc de l'existence d'un phénomène de "compression salariale", particulièrement prononcé parmi les jeunes et les femmes.

Les résultats suggèrent que le ratio productivité sur coût du travail des travailleurs peu éduqués est un obstacle à leur employabilité, surtout lorsqu'ils sont jeunes ou de sexe féminin. Ils soutiennent également l'existence d'un plafond de verre entravant le développement professionnel des femmes. Les politiques visant à augmenter la productivité ou à diminuer le coût salarial des employés peu éduqués, ainsi que celles visant à plus d'égalité entre hommes et femmes en matière de rémunération et d'opportunité de carrière devraient donc être renforcées.

Vendredi l 09-02-2018
Reproduire la circulation sanguine in vitro

Le brevet "Device for simulating blood flow" vient d'être délivré par l'Office Européen des Brevets et fait actuellement l'objet d'une validation en Belgique, Suisse, Liechtenstein, Allemagne, France et au Royaume-Uni.

Déposé conjointement par l'UMONS et l'ULB (Kamil Chodsynski et Karim Zouaoui Boudjeltia, Laboratoire de Médecine Expérimentale, Faculté de Médecine, CHU de Charleroi), ce brevet concerne un banc d'essais permettant de reproduire, en dehors du corps humain, des conditions dynamiques pulsatiles de différentes localisations artérielles. Cet outil permet d'étudier le comportement de nouvelles prothèses soumises à des conditions réelles et de comprendre les modifications engendrées au niveau du flux. Mais surtout, pour certaines expériences, ce système offre une alternative à l'expérimentation animale. Ce brevet rencontre ainsi les nouvelles recommandations de l'Union Européenne incitant le recours à des techniques permettant d'éviter des expériences sur les animaux.

Cette technologie a pu être développée grâce à des financements privés et publics, notamment le projet Biowin WALBIOSTENT (2009-2012 - voir vidéo de présentation du projet). Elle a bénéficié également de l'appui de la société Cardiatis, du soutien du CHU de Charleroi et s'intègre dans le projet Biowin EMPEROR (2016-2020).

Vendredi l 09-02-2018
Histoire des religions: conférence et recherches

Invité par la Maison des Sciences Humaines de l'ULB (MSH), Jacques Ehrenfreund sera prochainement présent à l'ULB. Professeur à l'Université de Lausanne, cet historien est spécialiste de l'histoire des Juifs et du judaïsme à l'époque moderne et contemporaine.

Jacques Ehrenfreund connait déjà l'ULB et ses chercheurs, puisqu'il a déjà conduit un projet commun avec Jean-Philippe Schreiber (Centre interdisciplinaire d'étude des religions et de la laïcite, CIERL – Faculté de Philosophie et Sciences sociales) sur le concept de marranisme - l'idée que des formes nouvelles de créativité religieuse puissent naître suite à l'expérience de la conversion forcée et de la nécessité de pratiquer sa religion en secret. Ce projet a notamment donné lieu à une publication sur ce thème.

Lors de sa venue, Jacques Ehrenfreund travaillera à la mise sur pied d'un nouveau projet de recherche commun avec le CIERL. Ce projet visera à comparer le judaïsme et l'islam, les deux minorités non chrétiennes en Europe aux XIXe et XXe siècles, et particulièrement la capacité du droit religieux de ces deux cultes à s'adapter au primat de la loi civile.

En compagnie de Fréderic Gugelot, autre professeur invité de la MSH, Jacques Erhenfreund présentera également une conférence sur le thème "Dernières tendances des études sur le judaïsme et le catholicisme", le 22 février prochain.

Jeudi l 08-02-2018
Mise en scène de l'actualité européenne lors des sommets

Ces 12 et 13 février, la ReSIC (Faculté de Lettres, Traduction et Communication) invite des chercheurs de Belgique, de France, du Brésil et des Etats-Unis à réfléchir sur l'application du concept interactionniste des mondes sociaux aux études de journalisme. Lors de ce séminaire, Florian Tixier, chercheur au ReSIC, abordera la question de la production de l'information européenne lors des grands sommets européens.

En mars dernier, lors d'un Conseil européen, le chercheur a en effet pu observer les interactions entre les journalistes, les communicants et les représentants politiques. "L'idée était de voir si lors d'un sommet, on pouvait constater l'émergence d'une information transnationale, comme on peut en retrouver sur le Web", explique celui qui rédige une thèse sur les mondes de l'information européenne en ligne et l'identité transnationale du militant d'information paneuropéenne.

Mais contrairement aux sommets de la Commission, où seuls participent les acteurs communautaires, ceux du Conseil rassemblent à la fois ceux-ci et les acteurs nationaux. "Cela crée des concurrences quant au cadrage à donner à l'information européenne. Les acteurs communautaires vont vouloir l'orienter sur le supranational, tandis que les acteurs nationaux vont souhaiter retraduire les enjeux européens dans le cadre national", note le chercheur qui développera ses observations ce lundi 12.

Informations et inscription avant le 10 février.

Jeudi l 08-02-2018
Quand les organisations renoncent à leur référence catholique

Du 26 au 28 février, le CIERL accueille un workshop au titre mystérieux, Pilarisé un jour, pilarisé toujours : approches multidisciplinaires du clivage philosophique dans la Belgique contemporaine. "Il s'agit d'un atelier de réflexion organisé dans le cadre de notre Action de recherche concertée (ARC). Nous allons tester nos hypothèses autour de la question de la dépilarisation, c'est-à-dire de la sécularisation des milieux catholiques et du développement du pluralisme, et analyser si le clivage entre catholiques et laïques reste d'actualité", explique Caroline Sägesser, chercheuse au CIERL (Faculté de Philosophie et Sciences sociales) et organisatrice de l'événement.

Lors de la session sur les nouvelles identités et le renouveau des piliers, la chercheuse parlera de ces organisations de la société civile qui choisissent de se défaire de leur affiliation catholique, à l'image de l'association Pax Christi renommée Bepax ou encore les JOC, Jeunesse ouvrière chrétienne, devenus Jeunes Organisés et Combatifs. "Il s'agit de faire une analyse de discours pour comprendre les motifs qui les poussent à conserver ou à changer de nom. L'hypothèse est que certaines organisations souhaitent renoncer à la référence catholique car elle ne leur correspond plus, tandis que d'autres ne s'en préoccupent pas ou s'en accommodent, dans une forme d'attachement", avance-t-elle. Les hypothèses seront discutées entre participants et donneront lieu à une publication dans les mois à venir.

Jeudi l 08-02-2018
Regard de chercheurs sur le peuple Yézidi

Minorité parmi les minorités, le peuple yézidi, installé dans le nord de l'Irak, a connu au cours de son histoire de nombreuses vagues de persécutions. L'exposition "Les Yézidis, un peuple entre exil et résistance" se penche sur l'histoire, les particularités et les persécutions de ce peuple.

Photos et textes sont accompagnés d'interviews des chercheur.e.s et professeur.e.s de l'ULB: Firouzeh Nahavandi (CECID, Faculté de Philosophie & Sciences sociales), Jihanne Sfeir (Observatoire des Mondes Arabes et Musulmans, Maison des Sciences Humaines), Eric David (Centre de Droit international, Faculté de Droit et de Criminologie), Anne Morelli et Thomas Gergely (Centre interdisciplinaire de l'étude des religions et de la laïcité, Faculté de Philosophie & Sciences sociales).

Ces chercheur.e.s apportent leur éclairage sur les particularités de la religion Yézidis, l'origine des persécutions envers ce peuple et le regard du droit international. Extrait de ces interviews en vidéo.

L'exposition est accessible jusqu'au 21 février à l'Espace Architecture La Cambre Horta – Site de l'ULB à la Place Flagey. Plus d'informations.

Mercredi l 07-02-2018
1968-2018: politique et violences

1968, la guerre au Viêt-Nam s'enlise tandis que des manifestations pacifistes se multiplient aux Etats-Unis, puis en Europe. Sur les ondes et dans les rassemblements, des protest songs (voir vidéo) se font entendre. Au même moment, en Allemage, en France, en Italie, la rue conteste le pouvoir établi, le système électoral, les appareils politiques... jusqu'à la violence.

2018: des accords internationaux ont été conclus; des discours militaires ont évolué; des discours politiques ont aussi changé... Mais guerres et violences politiques sont toujours présentes.

Le Soir publie ce samedi 10 février, les analyses et interviews d'Olivier Corten (Centre de Droit international-Faculté de Droit), Pascal Delwit (Centre d'étude de la vie politique-Faculté de Philosophie et Sciences sociales), Pierre-Guillaume Méon (Centre Emile Bernheim-Faculté Solvay Brussels School of Economics and Management), Christophe Wasinski (Recherche et Enseignement en Politique Internationale-Faculté de Philosophie et Sciences sociales). Découvrez le teaser vidéo de ce chapitre.

Ces contributions scientifiques s'inscrivent dans le dossier "1968-2018, 50 ans de contestations", que réalisent ensemble des journalistes du Soir et des chercheurs de l'ULB, emmenés par Andrea Rea – professeur de sociologie – et Nathalie Gobbe – Communication Recherche. Les deux premiers chapitres de ce dossier sont à (re)découvrir sur Le Soir+.

Mardi l 06-02-2018
Des cellules souches à un coeur fonctionnel

Le coeur est le premier organe formé au cours de l'embryogénèse. Afin d'obtenir un organe fonctionnel, les cellules progénitrices doivent suivre une voie de différenciation précise, qui aboutira à l'ensemble des cellules constituant le cœur.

Une nouvelle étude, publiée dans Science et réalisée par l'équipe de Cédric Blanpain (IRIBHM, Faculté de Médecine) en collaboration avec l'Université de Cambridge, vient éclairer le rôle du gène Mesp1 dans cette différenciation.

Fabienne Lescroart et ses collègues ont d'abord démontré que le facteur Mesp1 est nécessaire pour démarrer la voie de différenciation des cellules progénitrices. En analysant les gènes exprimés par chacune des cellules uniques, ils ont remarqué que ces cellules progénitrices sont associées avec différentes populations de cellules cardiaques. Enfin, les chercheurs ont identifié la ramification la plus précoce entre la lignée des cellules musculaires, d'une part, et celle des cellules vasculaires, d'autre part. Cette étude démontre donc que, même si elles ne sont pas encore différenciées, les cellules progénitrices précoces ont déjà initié leur programme pour devenir des populations de cellules cardiaques distinctes.

La compréhension du processus de formation du coeur lors de l'embryogénèse permettrait de mieux comprendre l'origine des malformations cardiaques congénitales, mais également de concevoir de nouvelles stratégies de thérapie cellulaire pour la réparation du cœur suite à des maladies cardiaques.

Mardi l 06-02-2018
Mission en Antarctique: à la recherche des microplastiques

Dans quelques semaines, 8 chercheurs belges, emmenés par Bruno Danis (Laboratoire de Biologie marine, Faculté des Sciences) débuteront leur périple en direction de l'Antarctique. Ils partiront d'Ushuaïa (Argentine) et arriveront au détroit de Gerlache, dans la Péninsule Antarctique, dans le courant du mois de mars, pour une mission de 6 semaines.

Le but de la mission "Belgica 120" est, premièrement, d'explorer et recenser la biodiversité de l'océan Austral: ces habitats, auparavant préservés, subissent de plein fouet des changements environnementaux rapides, qui entraînent une hausse de la température de l'eau, les changements de salinité, et une fonte rapide des glaciers bordant ces eaux (voir notamment la présentation vidéo du projet de recherche "vERSO", consacré à cette thématique).

Pour la première fois, les chercheurs étudieront également la présence de microplastiques dans cet océan: certains articles récents tendent à montrer que des microparticules de plastique seraient présentes dans cet environnement, que l'on pensait préservé de l'activité humaine. L'équipe va donc tenter de détecter et quantifier ces plastiques, afin d'estimer l'impact de ce polluant anthropique sur les écosystèmes des océans. En collaboration avec d'autres institutions, les chercheurs s'intéresseront aussi de près aux contaminants associés (métaux, polluants organiques persistants), que les plastiques semblent disperser sur des distances considérables.