Les archives
 

Gwenaël Joret, Premier Assistant (Informatique)

Gwenaël Joret ne se prédestinait pas à une carrière dans l'informatique. A la fin de ses années de secondaires, plutôt littéraires puisqu'il avait choisi l'option latin-grec, il pense notamment à se diriger vers des études de philosophie. Cependant le jeune homme avait clairement des prédispositions en informatique puisque dès l'âge de 9 ans, il passait son temps libre à faire de la programmation.

C'est lors d'une discussion avec un ami que les choses s'éclaircissent pour Gwenaël Joret quant à l'orientation qu'il prendra pour son cursus universitaire. " Cet ami était une année au-dessus de moi et m'a expliqué ce qu'était une fonction récursive. Cela m'a fasciné ", explique-t-il. Décidé, Gwenaël Joret se lance dans une licence en informatique à l'Université libre de Bruxelles.

Le jeune homme obtient ensuite une bourse d'aspirant FNRS qui lui permet d'entreprendre une thèse de doctorat dans le domaine de la théorie des graphes. En 2007, une fois sa thèse défendue, le jeune informaticien poursuit ses recherches grâce à un mandat de Chargé de Recherches au FNRS de 2008 à 2012. " Au cours de ces années, j'ai beaucoup voyagé pour collaborer avec des experts en théorie des graphes et j'ai notamment effectué deux longs séjours, l'un à l'Université de Melbourne en Australie et l'autre à Montréal au Canada ", précise Gwenaël Joret.

La théorie des graphes se situe à l'intersection entre l'informatique théorique et les mathématiques. " Les algorithmes qui sont élaborés dans le cadre de la théorie des graphes ont notamment de nombreuses applications dans les domaines liés aux réseaux ", indique Gwenaël Joret.

" Cette théorie permet de répondre à des questions motivées par l'informatique mais également tout simplement à des questions de considération esthétique. Une bonne partie de mes recherches consiste à développer des théories pour elles-mêmes ", poursuit-il. Mais comme souvent en recherche fondamentale, il arrive que des années plus tard ces théories purement esthétiques trouvent des applications qu'on ne leur soupçonnait pas.

Si aujourd'hui, les aspects techniques et pratiques de la programmation informatique ne font plus vibrer Gwenaël Joret, ce qui le motive avant tout c'est le côté créatif de son métier. Engagé à l'ULB en tant que Premier Assistant depuis octobre 2012, le jeune homme enseigne également ses connaissances sur la théorie des graphes aux étudiants des masters en informatique et mathématiques. Atteindre les sommets est une devise que Gwenaël Joret suit au sens figuré mais également au sens propre puisque, à côté de son travail, il s'adonne régulièrement à l'escalade tant à l'intérieur qu'à l'extérieur.

Contact