Les archives
 

Joost Vercruysse, chargé de cours en mathématiques

" J'aime les mathématiques depuis que je suis petit mais, lorsque j'étais étudiant, j'étais attiré par la physique ou l'astronomie ", confie Joost Vercruysse, chargé de cours temporaire à l'ULB en mathématiques depuis 2011. Toutefois, lors de ses études, il évolue vers des matières à la fois plus abstraites et plus strictes. " Dans la physique, il y a un côté plus intuitif et moins rigoureux. Moi j'aime la précision même si j'admire les physiciens pour leur intuition. Les mathématiciens, eux, sont plus rigoureux. Cela amène toujours des "conflits" entre les deux ", plaisante Joost Vercruysse.

Il se lance donc dans une licence en mathématique à l'Université de Gand, sa ville d'origine, où il réside encore actuellement. Ensuite, deux choix s'offrent à lui : préparer un doctorat en mathématique pure à la VUB ou en physique théorique à Louvain. " J'ai choisi la VUB parce que je pensais que c'était plus facile de comprendre la physique à partir des mathématiques que l'inverse. Lorsque j'étudie des choses abstraites en mathématique, cela m'aide à comprendre la physique ", explique-t-il. Il entame ensuite un post doctorat, à la VUB, durant lequel il part six mois à Swansea (Pays de Galles) comme professeur visiteur.

Cette carrière de recherche s'est imposée peu à peu à lui: " J'ai commencé mon doctorat avec beaucoup d'enthousiasme mais pas avec l'ambition de passer toute ma vie dans la recherche. Après six ans, j'ai été étonné de voir que j'avais la possibilité de postuler pour un post doctorat et de l'obtenir. A ce moment-là, j'étais content d'être dans ce monde, d'aller aux congrès, de collaborer avec d'autres mathématiciens… Toutefois, chaque fois, je me disais qu'à la prochaine étape, j'allais peut-être cesser d'aimer cela et que j'allais arrêter ", sourit le chercheur. Mais à présent, Joost Vercruysse a un poste fixe et compte bien demeurer dans la recherche.

Depuis septembre 2011, Joost Vercruysse est donc chargé de cours temporaire en Faculté des Sciences et poursuit sa recherche en parallèle. " C'est très intéressant de mélanger les deux. Si je ne devais faire que de la recherche, cela deviendrait pesant parce qu'il s'agit de recherche pure, abstraite. Et puis, j'aime beaucoup enseigner et travailler avec des jeunes. C'est très agréable de rencontrer sans cesse de nouvelles personnes ", déclare le mathématicien.

Il donne cours en mathématique générale pour les bacheliers en mathématique et les ingénieurs de gestion et des cours spécialisés en algèbre pour les étudiants en Master en mathématique. Ses recherches portent sur la géométrie non-commutative et les symétries des espaces non-commutatifs. Ce qui différencie ce type de géométrie de la géométrie classique est que dans la seconde, lorsqu'on veut calculer les coordonnées d'un point, cela ne change rien de commencer par prendre d'abord les X ou les Y. En géométrie non-commutative par contre, cela change la donne. Il s'agit bien de recherche fondamentale même si elle peut être appliquée ensuite à divers domaines tels que la physique quantique, l'informatique ou encore la théorie des langues ! " Il y aurait effectivement des points de similitude entre les structures que j'étudie et les structures grammaticales des langues. Ce que j'apprécie en mathématique, c'est qu'il y a des liens auxquels on ne s'attendait pas du tout, qui tombent un peu du ciel ", s'enthousiasme-t-il.

Concernant ses hobbys, Joost Vercruysse joue de la guitare mais avoue ne pas avoir beaucoup de temps à y consacrer en ce moment car il rénove sa maison pour accueillir son enfant dans quelques mois. Il aime aussi faire des randonnées, à l'étranger notamment. Mais là aussi, c'est une activité quelque peu mise entre parenthèses. En attendant certainement de pouvoir randonner à trois.

Contact