Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette
 

Lundi l 27-08-2018
Projets Marie Curie: Migrations et identités

Ils sont quatre - quatre nouveaux jeunes chercheurs lauréats d'une bourse européenne "Marie Skłodowska-Curie". Ces bourses permettront à certains d'entre eux de venir mener des recherches à l'ULB, tandis que d'autres - déjà chercheurs à l'ULB - en profiteront pour se former pendant deux ans en dehors de l'Europe.

Agnès Chetaille fait partie de ces jeunes chercheurs. Elle a rejoint l'équipe de David Paternotte (Atelier Genre(s) et Sexualité(s), Faculté de Philosophie et Sciences sociales & STRIGES, MSH) pour son projet MIGREMOV (Movements, Migration and Emotion: East/West Mobility, Transnational Bonding, and Political Identities in Polish Activists' Biographies).

Ce projet a pour but d'étudier le rôle des migrations et des relations transnationales dans la construction d'identités politiques et le développement de mouvements sociaux : comment les différents types de déplacements entre les contextes culturels et géopolitiques influencent-ils le processus d'engagement et les façons de militer ? Le militantisme crée-t-il des opportunités ou des entrées spécifiques vers des formes de vie transnationales, et vice-versa ? Au sein de parcours biographiques combinant ces deux expériences, comment les identités nationales et politiques se recoupent-elles, et se transforment-elles au fil du temps ?

La recherche d'Agnes Chetaille porte sur des militant·e·s polonais·es issu·e·s des mouvements LGBTQ, féministe et juif. Elle a pour but de reconstruire les trajectoires de ces militant·e·s en contexte post-socialiste (de 1989 à nos jours), et elle attachera une attention particulière au rôle des émotions associées aux lieux et aux moments de la vie.

Découvrez tous les projets "Marie Curie" sur notre site web.

Jeudi l 23-08-2018
Un nouveau certificat en Médiation culturelle

Dès la rentrée prochaine, un certificat interuniversitaire en Médiation culturelle viendra garnir l'offre de formation continue à l'ULB.

Organisé en partenariat avec l'Université de Liège, les cours se donneront cette année académique à Bruxelles et l'année prochaine à Liège.

Cette formation vise à stimuler les capacités des professionnels en développant leur connaissance et leur compréhension des enjeux socio-politiques liés à la médiation culturelle.

Le programme repose sur l'analyse des mutations en cours dans ces métiers, du rôle de la culture et de ses institutions dans la société ou encore des pratiques des professionnels.

> Informations pratiques:

Ce programme se déroule de novembre à juin à raison d'une séance par semaine (vendredi ou samedi) sur les campus de l'ULB à Bruxelles.

Informations et inscriptions sur le site de la formation continue à l'ULB

Lundi l 20-08-2018
Le caractère des blattes influence leurs décisions

Les blattes américaines peuvent nous apprendre beaucoup sur les processus de prise de décisions collectives. En effet, les Periplaneta americana choisissent ensemble le site où elles vont se reposer et sont donc un modèle d'étude des mécanismes gouvernant les décisions collectives.

Récemment, des différences de personnalité ont été mise en évidence chez ces cafards: certains individus sont téméraires et explorateurs et d'autres plus prudents. Dans une nouvelle étude publiée dans PlosOne, Isaac Planas-Sitjà, chercheur au Centre Interdisciplinaire de Phénomènes Non-linéaires et de Systèmes Complexes (Faculté des Sciences et Ecole Polytechnique de Bruxelles), montre que ces personnalités influencent la vitesse de prise de décision collective et la cohésion du groupe.

Le chercheur a placé des groupes de blattes face à un choix entre différents abris et observé leur comportement : les groupes composés de blattes dites « timides » s'agrègent plus rapidement et atteignent des consensus plus marqués que des groupes « téméraires ». Le chercheur a également observé que les groupes de téméraires montrent une plasticité comportementale plus grande : au sein de ceux-ci, certaines blattes acquièrent des comportements de timides, qui contribuent à nucléer les consensus et permettent aux groupes de s'agréger plus rapidement.

Chez les blattes comme dans notre société, la prise de décision dépend donc des préférences individuelles ainsi que des communications entre les individus.

Lundi l 06-08-2018
IF@ULB: prestigieux financement européen pour chercheurs postdoctoraux

L'ULB a décroché récemment un très sélectif financement européen - elle est d'ailleurs la seule en Fédération Wallonie-Bruxelles - dans le cadre du programme MARIE SKŁODOWSKA-CURIE cofinancé par la Commission Européenne (H2020).

Intitulé IF@ULB (Individual fellowships at ULB), ce projet d'un budget de 9M€ permettra durant les cinq prochaines années d'engager à l'ULB 63 chercheur·e·s postdoctoraux en mobilité internationale. D'une durée de 2 ans, ces bourses de recherche s'appuieront sur de nouveaux outils et formations développés en interne pour accompagner les chercheur·e·s dans le développement de leur carrière. Les trois appels prévus seront ouverts à toutes les disciplines et permettront de renforcer la visibilité et l'attractivité de l'ULB et de ses centres de recherche à l'échelle internationale.

Le premier appel sera ouvert le 1er août et clôturé le 15 octobre 2018. Pour plus d'informations sur les critères d'éligibilité et la procédure de soumission, rendez-vous sur le site IF@ULB: http://if-at-ulb.ulb.be

Vendredi l 03-08-2018
Diabète de type 1 : nouveaux peptides cibles identifiés

En Belgique, plus de 600.000 personnes sont atteints de diabète, dont environ 10% d'un diabète de type 1. Il s'agit d'une forme auto-immune de la maladie: le système immunitaire réagit anormalement à l'encontre des cellules beta du pancréas, les cellules productrices d'insuline. Ceci conduit progressivement à la perte quasi-totale de ces cellules, obligeant les patients à subir des injections répétées d'insuline tout au long de leur vie.

Dans une publication du journal scientifique Cell metabolism, les chercheurs de l'ULB Center for Diabetes Research aident à mieux comprendre ce processus auto-immun. Emmenés par Decio Eizirik et en collaboration avec l'Institut Cochin de Paris – INSERM, les chercheurs ont analysés ce qui provoquait une réaction des cellules immunitaires T CD8+, le type cellulaire principalement impliqué dans la destruction des cellules beta. Ils ont ainsi identifié plusieurs nouveaux fragments de protéines potentiellement reconnus par le système immunitaire. Ils ont également observé que les cellules T CD8+ infiltrées dans le pancréas et reconnaissant au moins 3 de ces peptides sont effectivement plus nombreuses dans le pancréas des patients souffrant de diabète de type I. Cela suggère que ces peptides sont bel et bien ciblés par le système immunitaire au cours de la maladie.

Cette étude ouvre la porte à une meilleure compréhension des mécanismes liés à la reconnaissance erronée des cellules beta par le système immunitaire. D'un point de vue pratique, elle permettra d'améliorer notre capacité à prédire l'apparition de la maladie et à développer de nouveaux vaccins visant à prévenir la reconnaissance des cellules beta par le système immunitaire.

 

Nos dernières publications:

Carbonnelle Sylvie
Joly Dominique
Hellemans Catherine
Casini Annalisa
Van Daele Agnès
De Waele
J.-M.
Gibril
S.
Gloriozova
E.
Spaaij
R.
Gotovitch José
Jodogne Pierre
Ruys Tom
Corten Olivier
Hofer Alexandra
Despoix Philippe
Benoit-Otis Marie-Hélène
Maazouzi Djemaa
Quesney Cécile
Rea Andrea
Bribosia Emmanuelle
Rorive Isabelle
Sredanovic Djordje
Delwit Pascal

Clin d'oeil