Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette

Mercredi l 30-01-2019
Une exposition sur les mutilations génitales féminines mise en place par des étudiants de l'ULB

Le Centre d'Action laïque accueille sur le campus de la Plaine "Anthostoria, a flower story", une exposition dénonçant les mutilations génitales féminines (MGF).

Selon l'UNICEF, au moins 200 millions de filles et de femmes vivant actuellement dans 30 pays d'Afrique, du Moyen-Orient et d'Asie ont subi une forme de mutilation génitale: clitoridectomie, excision ou infibulation. Les MGF constituent une violation des droits humains et une forme de violence basée sur le genre pouvant engendrer de nombreuses complications physiques et psychologiques tout au long de la vie.

Parfois tabou et souvent perçu comme un mal étranger, ce phénomène est pourtant présent en Belgique, où il touche près de 25.700 personnes selon les dernières estimations.

"Anthostoria, a flower story" est un projet mené par une quinzaine d'étudiantes et étudiants et réalisé dans le cadre de la bourse Hessel octroyée par l'ULB.

> Informations pratiques:

Du 11 au 15 février 2019 de 9h à 17h
Vernissage le 11 février à 17h30

Centre d'Action Laïque - campus de la Plaine, accès 2

Entrée libre
Inscription souhaitée pour le vernissage: cal@laicite.net

Lundi l 14-01-2019
Initiation pratique aux langues du Moyen-Orient

Notre Université lance dès février 2019 une formation linguistique destinée aux acteurs de terrain (personnes en contact avec des migrants et des demandeurs d'asile ; enseignants FLE (français langue étrangère), bureaux d'avocats, personnel des ONG, des ambassades, des centres médicaux, des centres d'accueil, des communes, de la police et de l'armée ; étudiants désireux de se familiariser avec une langue non enseignée dans les universités belges) en contact avec des personnes du Moyen-Orient.

Pour l'instant, quatre langues sont ciblées : arabe irakien, arabe syrien, persan et kurde sorani.

Les cours sont donnés par des locuteurs natifs. Ils sont précédés d'une séance d'introduction sur l'histoire récente, la culture et la situation actuelle des pays ciblés, donnée par des professeurs de l'ULB.

Contrairement aux cours traditionnels d'apprentissage d'une langue, ceux-ci visent à établir un contact de base directement lié aux besoins des acteurs de terrain, exclusivement dans le registre oral.

À l'issue de cette formation, le participant sera capable de communiquer en situation d'urgence et en l'absence d'un interprète avec un locuteur de l'une des quatre langues proposées. Il pourra se présenter et entamer un dialogue de base avec son interlocuteur, l'interroger sur ses origines, sa situation familiale, ses besoins (raison de son arrivée en Belgique, assistance médicale, assistance juridique, demande de logement, orientation vers des cours de français, déplacements à Bruxelles et en Belgique, etc.).

Informations pratiques

Ce programme se déroule de février à juin, à raison d'une séance de deux heures par semaine (18-20h), sur le campus de l'ULB (Solbosch) à Bruxelles.

Programme complet et inscriptions en ligne

Contact: Vanessa Demeuldre (Vanessa.Demeuldre@ulb.ac.be)

Lundi l 07-01-2019
L'Equality Law Clinic et la Refugee Law Clinic de l'ULB récompensées

L'Equality Law Clinic et la Refugee Law Clinic sont toutes les deux lauréates du concours organisé à l'occasion des 70 ans de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme (DUDH).

Ce concours récompense les projets organisés au sein d'établissements d'enseignement primaire, secondaire et supérieur, et qui contribuent à améliorer la mise en œuvre de certains articles de la DUDH.

L'Equality Law Clinic a remporté le premier prix tandis que la Refugee Law Clinic vient juste après (prix décernés dans la catégorie "enseignement supérieur"). Une belle reconnaissance pour les étudiantes et étudiants de ces deux cliniques juridiques.

Ces prix ont été remis au Palais des Académies par Françoise Tulkens, ancienne vice-présidente de la Cour européenne des droits de l'homme, le samedi 1er décembre dernier..

Mercredi l 14-11-2018
Universitaires ouighours en Chine: l'ULB exprime sa solidarité

L'Université libre de Bruxelles manifeste sa solidarité vis-à-vis des collègues victimes de répression.

Depuis 2016, la région du Xinjiang (nord-ouest de la Chine), historiquement peuplée par une majorité de Ouighours (turcophones musulmans), est le théâtre de répressions continues qui ont mené à la détention illégale de plus d'un million de Ouighours dans des camps de "rééducation". Parmi les détenus figurent un nombre croissant d'académiques ouighours, comme rapporté par Scholars at Risk dans son bilan annuel, qui consacre trois pages au cas ouighour.

Les trajectoires de ces collègues devenus des prisonniers "clandestins" illustrent la répression qui écrase depuis plus de deux ans la vie de millions de Ouighours et touche plus particulièrement les intellectuels et les figures publiques issus de ce groupe ethnique.

Aucun procès public n'a été répertorié, et les universités de la région sont de facto fermées aux chercheurs étrangers. Les collègues français, néerlandais, suisses et belges se sont néanmoins activement mobilisés et plus de 100 sinologues au total ont ainsi signé cinq tribunes publiées dans quatre grands quotidiens nationaux en Europe pour dénoncer les politiques chinoises et exiger la fermeture de ces camps.

L'ULB, qui condamne les obscurantismes et les diverses formes d'autoritarismes, réaffirme avec force son attachement indéfectible à la liberté d'expression et à la liberté académique partout dans le monde. L'ULB appelle aussi les universités en Belgique et en Europe à afficher leur solidarité en dénonçant ouvertement la situation de nos collègues ouighours dans et en dehors de la Chine, en relayant toute information liée à des disparitions de collègues rattachés aux universités de la région du Xinjiang et au-delà. C'est le silence qui a jusqu'ici facilité l'arrestation et l'emprisonnement de nos collègues en Chine; l'ULB encourage donc à briser ce silence au nom de la Connaissance et de la Liberté de la science, de la Liberté de penser en sortant du cadre idéologique imposé par toute autorité politique, et des Droits Humains qui sont au cœur des valeurs de l'ULB.

Ci-joint, vous trouverez la liste des intellectuels ouighours détenus arbitrairement telle qu'établie début novembre.

Liste des collègues détenus.pdf

Nos dernières publications:

Capéau Bart
Cherchye Laurens
Decancq Koen
Decoster André
De Rock Bram
Maniquet François
Nys Annemie
Périlleux Guillaume
Ramaekers Eve
Rongé Zoé
Schokkaert Erik
Vermeulen Frederic
Mendes da Costa Pierre
Van Hee Robrecht
Borriello Arthur
Despoix Philippe
Benoit-Otis Marie-Hélène
Maazouzi Djemaa
Quesney Cécile
Nassaux Jean-Paul
Piraux Alexandre
Duvosquel Jean-Marie
Sansterre Jean-Marie
Schroeder Nicolas
de Waha Michel
Wilkin alexis
Peperstraete Sylvie
Weis Monique

Clin d'oeil