Les archives
 
Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette

Jacob Souopgui

C'est au Cameroun que Jacob Souopgui réalise la première partie de son parcours éducatif, études primaires et secondaires, suivies d'une licence et d'un doctorat, à l'Université de Yaoundé, en biologie moléculaire et parasitologie, auprès du Prof. Vincent P.K. Titanji. Il entendait sans doute, légitimement, en rester là ! Il n'avait pas encore réalisé que celui qui veut faire de la recherche au Cameroun - mais cette caractéristique est largement partagée par la majorité des pays africains - rencontre des difficultés d'équipement et de financement telles qu'il n'y a, bien souvent, pas d'autre issue que de partir poursuivre sa formation ailleurs.

Sélectionné parmi une quarantaine de candidats, il est admis comme thésard dans un programme doctoral mené conjointement par l'Institut Max-Planck et l'Université de Göttingen où il s'attelle à une thèse en biologie du développement, sur la formation du cerveau précoce, sous la direction du Prof. Tomas Pieler. Il la termine en deux ans et demi, en 2002, et se voit proposer un postdoctorat immédiatement, avec un contrat de travail. Il restera à Göttingen jusqu'en 2005.

En janvier 2006, il décroche un deuxième postdoc, au FNRS, pour travailler, à l'ULB, dans le laboratoire du Prof. Eric Bellefroid qui accepte la poursuite des travaux initiés à Göttingen. J. Souopgui obtiendra également de l'Université Paris XI, en parallèle au parcours bruxellois, l'habilitation à diriger des recherches (HDR), nécessaire pour être reconnu professeur au Cameroun.

Lire la suite...

Nos dernières publications:

Nassaux Jean-Paul
Piraux Alexandre
Duvosquel Jean-Marie
Sansterre Jean-Marie
Schroeder Nicolas
de Waha Michel
Wilkin alexis
Peperstraete Sylvie
Weis Monique
Viviers Didier
Kuhar Roman
Paternotte David
Gubin Éliane
Jacques Catherine
Gonçalves Stéphanie

Clin d'oeil