Les archives
Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette

Jeudi l 30-11-2017
Droits LGBTQ: conférence et projets de recherche

Le 29 novembre prochain, Line Chamberland présentera une conférence intitulée "Des injustices structurelles à la reconnaissance de la diversité. Regard critique sur l'évolution des politiques publiques contre l'homophobie et la transphobie au Québec".

Titulaire de la Chaire de recherche sur l'homophobie de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), Line Chamberland est invitée par la Maison des Sciences Humaines (MSH) de l'ULB. Sa présence à Bruxelles sera l'occasion de renforcer les liens avec l'équipe STRIGES, avec qui elle partage plusieurs projets de recherche.

Line Chamberland dirige notamment le projet de recherche "SAVIE-LGBTQ", financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. Ce projet vise à documenter les expériences vécues par les personnes LGBTQ dans leur intégration sociale au travail, dans la famille et dans leurs réseaux sociaux. Caroline Closon, professeure à STRIGES, participe à un volet de ce projet, consacré au milieu du travail. David Paternotte, codirecteur de STRIGES, participe quant à lui à un volet visant à comparer les politiques publiques concernant l'intégration des personnes LGBTQ, en particulier entre le Québec, le Canada et la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Dans ce cadre, Line Chamberland et David Paternotte ont décroché un financement bilatéral de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de Québec pour amorcer cette comparaison. Le projet concernera le domaine de l'éducation et de l'intersectionnalité et associe également quatre partenaires de terrain, impliqués dans la reconnaissance des droits LGBTQ : le GRIS-Montréal et le GRIS-Wallonie, Arc-en-ciel d'Afrique, ainsi que Massimadi Montréal et Massimadi Bruxelles.

Dimanche l 26-11-2017
Projection/Débat - Femme de la rue

Le projet Balance Ton Féminisme, le Bureau Etudiant de Philosophie et Sciences Sociales, le projet ça m'saoule et l'asbl STEP vous invitent à leur projection/débat à propos du harcèlement de rue.

"Femme de la rue" est un film documentaire belge réalisé par une étudiante bruxelloise,Sofie Peeters. Cette dernière s'est filmée marchant dans les rues de la capitale et a enregistré les agressions verbales dont elle était l'objet.

La projection de ce film de 17 min. sera suivie d'un débat, où seront abordées de nombreuses questions sur le harcèlement de rue.

Pour vous accompagner dans votre réflexion, vous serez en compagnie de trois intervenantes :

  • Anne Lagerwall, professeure en droit et titulaire du cours "approche critique du droit de l'homme et de la femme".
  • Patrica Mélotte, docteur en psychologie et coordinatrice du projet #UNIFSUNIES contre le sexisme et le harcèlement.
  • Valérie Piette, historienne du genre et des femmes et une des trois initiatrices du projet de plate-forme "Normes, Genre et Sexualités".

> En pratique
Où ? Campus du Solbosch à l'ULB au H2.215.
Quand ? le 30 novembre à 18h.
Infos? Sur la page Facebook de l'évenement, Harèlement de rue - Projection/débat.

Vendredi l 24-11-2017
Workshop « Transnational solidarities and global queer politics»

The international workshop « Transnational solidarities and global queer politics», organised by Atelier Genre(s) et Sexualité(s) (Institut de Sociologie, ULB), invites you to question the notion of solidarity.

Solidarity is often invoked in political and social discussions. It is particularly cherished, and would constitute a fundamental civic virtue. It plays a key role in maintaining nation states together and would be a cornerstone of public welfare system. In brief, it operates as a cement of modern citizenship. However, this value is also invoked transnationally, and would apply across borders. It is foundational to the process of European construction, and would also underpin the establishment of the UN system. It justifies why Western states engage in international aid, and would also explain transnational activism. Solidarity is a polysemic and contested notion. While it is often taken for granted in public debate, any attempt to study it academically raises numerous questions. What is its precise content of solidarity and how does it work? Who has to show his/her solidarity and with whom? What are the borders and the limits of solidarity? This workshop will address several of these questions through a discussion of transnational solidarity in global queer politics. When is this notion invoked and how? How can it be used at the same time to justify state support to LGBTQI refugees and to sustain the development of a global movement?
The purpose of this workshop is to study academically those questions, with multiple speakers from the ULB and international experts.

> Practical information :
When? Monday 4 December from 9 am until 6 pm;
Where? Room Henri Janne (15th floor), Institut de Sociologie, Avenue Jeanne 44 – 1050 Bruxelles.
Complete program

Vendredi l 24-11-2017
Aux frontières de l'Humain - Atelier Genre(s) et Sexualité(s) « Des injustices structurelles à la reconnaissance de la diversité. Regard critique sur l'évolution des politiques publiques contre l'homophobie et la transphobie au Québec »

Dans le cadre de son cycle d'évènements "Aux frontières de l'Humain", la MSH-ULB, la maison des Sciences Humaines de l'ULB, vous invite à son atelier Genre(s) et Sexualité(s) "Des injustices structurelles à la reconnaissance de la diversité. Regard critique sur l'évolution des politiques publiques contre l'homophobie et la transphobie au Québec".

En effet, les alliances au sein du mouvement LGBTQ au Québec se sont construites en deux temps historiques : autour des revendications concernant la reconnaissance des couples et des familles avec des parents de même sexe, puis celles touchant l'accès à la citoyenneté des personnes trans et l'ajout de l'identité de genre comme motif prohibé de discrimination. Mais entre le premier et le second plan d'action concrétisant cette politique, la trame idéologique qui légitime les changements préconisés délaisse l'assurance de l'égalité de fait au profit de la notion de diversité.

Ce regard critique sera tenu par Line Chamberland, professeure à l'Université du Québec à Montréal.

>En pratique:
Quand? Mercredi 29 novembre de 17 à 19h
Où? Salle Henri Janne (15e étage), Institut de Sociologie, Avenue Jeanne 44 – 1050 Bruxelles
Infos et programme.

Vendredi l 24-11-2017
MANIFESTATION - Stop aux violences envers les femmes

Ce 25 novembre, Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, nous vous invitons à manifester votre solidarité avec les victimes et à exiger un engagement massif et global des pouvoirs publics pour qu'ils respectent leurs engagements et remplissent réellement leur rôle dans l'éradication des violences faites aux femmes. Les violences contre les femmes sont une responsabilité collective de toute la société.

La plateforme Mirabal (qui rassemble une soixantaine d'organisations sensibles à la problématique, dont le Centre d'Action Laïque) organise une grande manifestation nationale contre les violences faites aux femmes. Partout dans le monde, des femmes et des hommes feront de cette journée un moment fort.

Puisqu'une société sans violences envers les femmes est possible, vous aussi, prenez part à cet élan mondial!

>> En pratique: le samedi 25 novembre, rendez-vous à 14h à la gare du Nord. Un gigantesque "Fil rouge des violences" parcourra la manifestation de bout en bout. Donnez-lui encore plus d'ampleur en apportant un tissu rouge de récup'. Toutes les informations utiles relatives à cette manifestation se trouvent sur l'événement Facebook de Mirabal.

De près ou de loin, au cours de sa vie, chaque femme est confrontée à différentes formes de violences, parce qu'elle est une femme. Il ne s'agit ni de cas isolés, ni de « faits divers ». Ces violences sont le reflet d'un système qui va à l'encontre des droits des femmes et met à mal leur intégrité et autonomie. Passées sous silence, banalisées, excusées, niées..., ces violences sont rendues invisibles aux yeux du grand public. Largement sous-estimées, elles restent également relayées au second plan des priorités politiques.

Jeudi l 23-11-2017
L'ULB contre le sexisme et le harcèlement à l'université

Il y a plusieurs mois, l'ULB entamait un processus de réflexion sur la question du sexisme et du harcèlement sexuel à l'université. Celui-ci débouche aujourd'hui sur un projet de lutte et de campagne ainsi qu'un site web, diversites.ulb.be/stop-harcelement qui sont lancés officiellement le 23 novembre en présence de la ministre Isabelle Simonis et de la directrice du service égalité de l'Université de Genève partenaire de la campagne #UNIFSUNIES contre le harcèlement et le sexisme.

Cet événement s'inscrit dans le cadre de la matinée de réflexion Au-delà du décolleté: l'ULB contre le sexisme et le harcèlement à l'Université qui se tiendra à l'ULB ce même jour.

Ce projet de lutte et de campagne entend combattre toute forme de sexisme ou de harcèlement au sein de l'université, que les victimes soient des femmes, des hommes, des personnes hétérosexuelles ou LGBTI+, des étudiant·e·s ou des membres des corps administratif, académique ou scientifique de l'ULB. Il s'articule autour de 5 axes majeurs :

> Sensibiliser aux phénomènes de harcèlement sexuel à travers une campagne d'affichage sur les campus : une série de 15 affiches évoquant les différentes formes de sexisme et de harcèlement - en fonction de l'orientation sexuelle, du statut social des personnes, etc. – ont déjà été apposées en différents lieux ;

> Éliminer les obstacles au signalement et à la recherche d'aide pour les victimes ;

> Améliorer l'encadrement et l'accompagnement des victimes et des témoins grâce à la présence de personnes de contact dans les facultés ;

> Renforcer le cadre normatif et disciplinaire. Le Conseil d'administration de l'ULB a approuvé en ce sens le 13 novembre dernier la proposition d'amendement des règlements de discipline relatif aux comportements discriminatoires ; cette protection s'applique non seulement aux membres de la communauté universitaires mais également à toute personne participant à une activité organisée par l'Université ainsi qu'à tout.e visiteur.euse ou partenaire externe à l'ULB ;

> Réaliser un état des lieux de la perception et de la prévalence du sexisme et de la violence sexuelle à l'ULB.

Jeudi l 23-11-2017
Conférence "Au-delà du décolleté : L'ULB contre le sexisme et le harcèlement à l'Université"

Dans le cadre de l'année des diversités, l'ULB vous invite à une matinée de réflexion sur le sexisme et le harcèlement sexuel à l'université intitulée Au-delà du décolleté : L'ULB contre le sexisme et le harcèlement à l'Université.

Ce sera également l'occasion pour l'Université de lancer sa campagne de lutte contre le sexisme et le harcèlement, issue d'un grand processus de réflexion qui a eu lieu cette année. Ce projet entend lutter contre toute forme de sexisme ou de harcèlement au sein de l'université, que les victimes soient des femmes, des hommes, des personnes hétérosexuelles ou LGBTI+, des étudiant·e·s ou des membres des corps administratif, académique ou scientifique de l'ULB.

Pour sa réalisation, celui-ci se déploie sur 5 objectifs majeurs:

  • Sensibiliser aux phénomènes de harcèlement sexuel à travers une campagne d'affichage sur les campus
  • Éliminer les obstacles au signalement et à la recherche d'aide pour les victimes
  • Améliorer l'encadrement et l'accompagnement des victimes et des témoins
  • Renforcer le cadre normatif et disciplinaire
  • Réaliser un état des lieux de la perception du sexisme et de la violence sexuelle à l'ULB.

> En pratique:
Le 23 novembre à partir de 9h - ULB - Campus du Solbosch, bâtiment S, 44 avenue Jeanne, 2e niveau, Salle Somville
Découvrez le programme complet.
Entrée gratuite, inscription obligatoire.

Mardi l 14-11-2017
Suzanne Tassier, une "première" à l'ULB

A l'occasion de l'intervention des USA dans la Première Guerre mondiale, le blog 14-18 des biblothèques de l'ULB revient sur l'histoire de Suzanne Tassier, une pionnière (la première femme agrégée d'histoire, professeure ordinaire à l'ULB) et personnalité injustement méconnue.

Réfugiée en Angleterre puis en France pendant la Première Guerre Mondiale, Suzanne Tassier fait ses études à l'ULB après la guerre, où elle sera très impliquée dans la vie des cercles : elle sera, entre autres, Présidente de l'Association des Etudiantes de l'ULB.

A l'origine d'une loi permettant que les humanités anciennes soient aussi organisées pour les filles, elle sera en 1933 la première femme à obtenir le titre d'Agrégée de l'Enseignement Supérieur. Après avoir vu d'autres, du seul fait qu'ils étaient hommes, obtenir leur promotion avant elle, Suzanne Tassier est finalement nommée professeur ordinaire de la faculté en 1948. Ce qui lui fait dire avec une ironie amère : « Maintenant, je suis un homme ».

Consultez l'intégralité de ce billet passionnant sur le blog des bibliothèques de l'ULB en cliquant ici.

Lundi l 13-11-2017
Conférence "Au-delà du décolleté : L'ULB contre le sexisme et le harcèlement à l'Université"

Dans le cadre de l'année des diversités, l'ULB vous invite à une matinée de réflexion sur le sexisme et le harcèlement sexuel à l'université intitulée Au-delà du décolleté : L'ULB contre le sexisme et le harcèlement à l'Université.

Ce sera également l'occasion pour l'Université de lancer sa campagne de lutte contre le sexisme et le harcèlement, issue d'un grand processus de réflexion qui a eu lieu cette année.

Cette campagne a différents objectifs:
>Sensibiliser aux phénomènes de harcèlement sexuel à travers une campagne d'affichage sur les campus,
> Éliminer les obstacles au signalement et à la recherche d'aide pour les victimes,
> Améliorer l'encadrement et l'accompagnement des victimes et des témoins,
> Renforcer le cadre normatif et disciplinaire,
> Réaliser un état des lieux de la perception du sexisme et de la violence sexuelle à l'ULB.

En pratique: Le jeudi 23 novembre de 9h à 14h. - ULB Campus Solbosch - Salle UA2.118 - Infos et programme complet - Entrée gratuite, inscription obligatoire.

Lundi l 13-11-2017
Grape Project: A week to fight rape culture

Comment se fait-il que les violences sexuelles soient encore acceptées par notre société?
Le projet ULB/VUB Grape, composé de 4 étudiantes de nos deux universités, lance du 13 au 16 novembre une semaine thématique sur les violence sexuelles et plus spécifiquement sur la notion de culture du viol: A week to fight rape culture.

Au programme, une expo, des conférences-débats et ciné-clubs organisés simultanément à l'ULB et la VUB, dont notamment:

> Ce lundi 13 novembre à 16h : vernissage de l'expo "We're not broken" au Foyer culturel du Solbosch. Sur les photos, des victimes de violences sexuelles avec sur la peau des messages inscrits, qui expriment leurs vécus, leurs constats, leurs revendications.

A l'issu du vernissage de l'exposition "We're not broken", le projet Grape ouvrira la semaine thématique par une conférence avec Irène Kaufer, écrivaine féministe, et Patricia Mélotte, docteure en psychologie sociale, spécialisée en genre et coordinatrice du projet de lutte contre le sexisme et le harcèlement à l'ULB. Elles aborderont les questions et définitions suivantes: Qu'est-ce qu'un viol? Quels sont les mythes du viol? Qu'est-ce que la culture du viol? Pourquoi le terme de culture? En quoi en est-on tou∙te∙s responsables? Comment cette culture nous influence et reste présente dans notre quotidien? Comment l'endiguer?
Irène Kaufer abordera le traitement médiatique des violences sexuelles et de la culture du viol. Quelles places et quelles positions adoptent les institutions d'informations? Comment les nouveaux médias (#metoo #balancetonporc) peuvent-ils être l'arène d'une guerre idéologique? Quelle crédibilité ont-ils et comment les médias traditionnels les relayent?

> Ce mecredi 15 novembre à 19h25: conférence gesticulée de Julie Tessuto "Ma petite robe rose et mes nibards". En partageant quelques anecdotes issues de ses expériences personnelles, et en les agrémentant d'un savoir davantage scientifique (chiffres, études, analyses) Julie Tessuto aborde ici la culture du viol - ses mythes, croyances (pubs, films et clips musicaux, psychanalyse) et son invisibilisation consentie (médias, justice, police) - et l'ignorance qui entoure le sexe des femmes, allant de leur éducation à la sexualité à leur accouchement.

+ Consultez l'événement Facebook "A week to fight rape culture" pour le programme complet.

Lundi l 13-11-2017
WATS – Women Award in Technology and Science

Aujourd'hui, seulement 25% des diplômés à orientation scientifique et technique sont des femmes. C'est pourquoi Innoviris (l'Institut bruxellois pour la recherche et l'innovation) lance sa nouvelle action WATS, Women Award in Technology and Science. Son but? Promouvoir la place des femmes dans la recherche scientifique et l'innovation en Région de Bruxelles-Capitale mais aussi de susciter des vocations scientifiques et/ou techniques auprès des jeunes filles bruxelloises.

Via l'action WATS - Women Award in Technology and Science, Innoviris met à l'honneur 6 femmes bruxelloises aux talents extraordinaires !

Faire disparaître les montagnes de déchets, aider à vaincre le cancer, décoder les secrets derrière les peintures, manipuler les lois de la génétique, tisser sa toile virtuelle, influencer les lois de la lumière, elles font toutes avancer la science à leur manière.

Curieux de savoir comment elles comptent changer le monde ? Envie de les soutenir? Venez découvrir les candidates sur le site de la campagne WATS, votez pour la femme scientifique de l'année et faites d'elle une ambassadrice!

Pour suivre la campagne rendez-vous aussi sur Facebook et Instagram - @wats by innoviris.

Lundi l 06-11-2017
Journée d'étude : "Le traitement judiciaire des violences faites aux femmes"

La Convention d'Istanbul en Belgique (Convention du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique) du 11 mai 2011 est entrée en vigueur en Belgique le 1er juillet 2016.
Un an plus tard, cette Convention, qui contient des avancées significatives et des outils juridiques en matière de lutte contre les violences commises à l'égard des femmes et contre la violence domestique, semble encore largement ignorée des praticiens et des Tribunaux. Or, cet instrument est particulièrement novateur en ce qu'il qualifie les violences commises à l'égard des femmes comme étant des violences dites « structurelles » qui affectent les femmes parce qu'elles sont femmes et qui permettent de maintenir les femmes dans une position de subordination par rapport aux hommes.

Fem & Law et l'Université des Femmes organisent cette journée d'étude à l'intention des praticien.ne.s du droit, avocat.e.s, magistrat.e.s, et toute personne intéressée afin de présenter cet instrument et de faire un état de la situation actuelle du traitement judiciaire des violences faites à l'égard des femmes, en matière pénale, familiale et de séjour notamment. Ce colloque invite à une réflexion sur le fonctionnement même de nos institutions, afin de comprendre si la justice reconnaît les réalités sociologiques vécues par les femmes comme cela est préconisé par la Convention d'Istanbul, ou, si au contraire, le traitement judiciaire des violences est producteur de nouvelles inégalités pour ces dernières.

> Informations pratiques :
Jeudi 9 novembre 2017 de 8h30 à 17h30 au 10 rue du Méridien, 1210 Bruxelles
Inscription obligatoire: 02/229 38 25 – marcelle@universitedesfemmes.be
Le programme complet de cet événement est en pièce jointe.

Traitement_judiciaire_violences_aux_femmes_programme.pdf

Nos dernières publications:

Delwit Pascal
Zimmer Alexis
Zitouni Benedikte
Deligne Chloé
Cahn Livia
Prignot Nicolas
Pons-Rotbardt Noémie
Mayer Marc
Goldbeter Albert
Wintgens Sophie
Lika Liridon
Weerts Audrey
Contor Justine
Tomini Luca
Docclo Caroline
Garabedian Daniel
Henneaux François
Bourdeau Philippe
Moreau Roland
Zaccai Edwin

Clin d'oeil