Les archives
Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Retrouvez nos communiqués de presse et nos experts sur la page Presse

Contactez-nous : Service Communication Recherche

Lundi l 16-10-2017
Un appui aux politiques de coopération

Initié en mai 2017 et financé par l'ARES-CCD et le VLIR-UOS, le projet de recherche ACROPOLIS Governance for Development (G4D) d'appui à la politique de coopération belge se focalise sur la mise en place d'une politique intégrée et d'une approche 3D-LO (Diplomacy, Development, Defense, Law and Order) visant à mobiliser différents canaux et acteurs de la politique extérieure de la Belgique autour d'objectifs communs de développement. Ce 17 octobre, les chercheurs discuteront des résultats de leur travail préliminaire et des prochaines étapes du processus, notamment de deux études de cas, au Burkina-Faso et en Ouganda.

"Ces deux pays sont confrontés à des problèmes complexes, de par la multitude d'acteurs impliqués, la diversité des intérêts en jeu et des solutions possibles qu'ils sous-tendent. L'Ouganda fait notamment face à une crise des réfugiés, tandis que le Burkina-Faso doit répondre à des questions de sécurité. Dans ce contexte, nous essayons de voir comment les réseaux de gouvernance de ces problèmes peuvent éclairer et alimenter la mise en œuvre d'une approche globale de la coopération belge au développement", explique Sidney Leclercq, chercheur au REPI (Faculté de Philosophie et Sciences sociales) et participant au projet pour l'ULB avec Jessica Martini, chercheuse à l'unité Politiques et systèmes de Santé - Santé internationale (Ecole de Santé Publique).

Les résultats de ces études serviront notamment à appuyer de la Direction Générale Coopération au Développement et Aide Humanitaire au sein du SPF Affaires étrangères dans l'élaboration d'un plan d'implémentation. "Il s'agit d'obtenir plus de cohérence entre les différentes actions mises en place à l'étranger, mais aussi en Belgique", précise le chercheur.

Mardi l 10-10-2017
Journées d'étude sur l'Open Science

Dans le cadre de l'Open Access Week 2017, deux journées d'étude sur l'Open Science sont organisées conjointement par les universités belges.

> Le 23 octobre : "Discover Day".
Cette première journée d'étude a pour objectif de vous faire découvrir les concepts de l'Open Access et de l'Open Science. Au travers de cette journée, vous serez notamment invité à découvrir les bénéfices du partage d'informations scientifiques, l'implémentation de l'Open Access, ses liens avec le droit d'auteur, ....

> Le 24 octobre : "Advanced Day".
Au cours de cette seconde journée, ces sujets seront aborder de manière plus poussée et approfondie, avec notamment les compétences requises pour le personnel de support, le règlement général de protection des données, l'évolution de la loi sur le droit d'auteur en Belgique, les modèles économiques émergents dans l'édition scientifique, le support à la gestion des données de recherche...

Infos pratiques :
Public concerné : tous les chercheurs
Date : 23 et 24 octobre 2017
Lieu : Bibliothèque Royale, Mont des Arts, 1000 Bruxelles Langue : Anglais
Programme et inscription (obligatoire) sur le site d'Open Access Belgium.

Mardi l 10-10-2017
Nuit des étoiles au Centre de Culture Scientifique

Le 14 octobre à partir de 17h, Le Centre de Culture Scientifique de l'ULB à Charleroi organise une soirée de découvertes et d'explorations des beautés du ciel et des plaisirs de l'infini. Cette activité, en collaboration avec les clubs d'astronomes amateurs locaux, le Cercle Royal Photographique de Charleroi et l'Institut d'Astronomie et d'Astrophysique de l'ULB, s'inscrit dans le cadre de la 10e Nuit de l'Obscurité.

Au programme:

- Séances de planétarium* (Planétarium gracieusement prêté par l'UMONS et animé par Dimitri Pourbaix de l'Institut d'Astronomie et d'Astrophysique de l'ULB);

- À 18h30, spectacle pour enfants "Madame Cornebidouille a la tête dans les étoiles". La sorcière un peu gauche et naïve revient pour de nouvelles aventures avec madame la scientifique.

- À 20h30, conférence sur la cosmologie moderne par Sébastien Clesse (chargé de Recherches FNRS à l'Université de Namur et à l'Université Catholique de Louvain) - tout public;

- Observations astronomiques proposées par les clubs d'astronomes amateurs de Charleroi (le CAAPCet Charleroi Astronomie);

- Ateliers pratiques "Fabrique ton projecteur d'hologrammes" et "Il était une fois la vie ici et ailleurs";

- Animation nature* "Éblouissants papillons", à la découverte des papillons de nuit;

- Exposition de photographies et de matériels d'observation nocturnes;

- Contrôle à distance d'un télescope;

- Sensibilisation aux méfaits de la pollution lumineuse.

Cette soirée sera également l'occasion de découvrir la nouvelle exposition du CCS : "Georges Lemaître, le maître du Big Bang" et d'immortaliser votre passage au CCS grâce au nouvel espace selfie inauguré le soir même et de repartir avec votre photo souvenir.

L'entrée et les animations seront gratuites, et il y aura un bar ainsi que de la petite restauration sur place.

* Horaires sur le site web du CCS

Mercredi l 04-10-2017
La MSH s'aventure aux frontières de l'humain

Les sciences humaines, comme leur nom semble l'indiquer, s'intéressent à l'être humain comme objet de recherche. Mais où commence et termine l'humain? Quelles sont les frontières externes et internes qui définissent l'humain et comment évoluent-elles? C'est sur cette interrogation que la Maison des Sciences Humaines lance un cycle de conférences et d'évènements intitulé "Aux frontières de l'humain".

La MSH a constitué un comité scientifique en son sein pour réfléchir aux limites de cet "humain"; une thématique large, puisqu'elle englobe notamment les questions de droits de l'homme, la démocratie, les questions liées au genre, aux religions, aux nouvelles technologies, etc.

La séance inaugurale de ce cycle aura lieu le 5 octobre prochain, avec une conférence de Rosi Braidotti (U. Utrecht), et une performance musicale basée sur l'intelligence artificielle. Plusieurs chercheurs, de l'ULB ou d'autres Universités de par le monde, viendront présenter leurs recherches et expertises tout au long de l'année.

Plus d'informations sur le site web de la MSH.

Mercredi l 04-10-2017
Inquisition et sorcellerie

Ce mardi 10 octobre, le Palais des Académies accueille Benoît Beyer de Ryke, collaborateur scientifique au sein du Groupe de recherche en histoire médiévale - GRHM (Faculté de Philosophie et Sciences sociales), pour une conférence sur l'Inquisition et la sorcellerie à la fin du Moyen Age. "Contrairement à ce qu'on croit souvent, la grande chasse aux sorcières ne date pas de la période médiévale, mais des XVIe et XVIIe siècles, c'est-à-dire l'époque d'Erasme et de Descartes", annonce d'emblée le chercheur.

Une temporalité étonnante qui n'est pas due au hasard. "A la fin du Moyen Age, l'Inquisition, à court d'hérésies à éradiquer, établit la sorcellerie comme la pire d'entre elles : pour l'Eglise, les sorciers et sorcières forment une secte diabolique destinée à renverser la société chrétienne", explique le médiéviste. En 1486, un ouvrage intitulé Le Marteau des sorcières renforce cette aversion auprès de la population qui va faire de ces femmes les boucs émissaires de tous ses malheurs. Les autorités laïques vont également profiter du phénomène pour réaffirmer leur pouvoir.

Plus largement, la chasse aux sorcières constitue un moyen d'achever la christianisation de l'Europe moderne, dans un contexte de guerres de religion. "Dans chaque localité d'Europe du Nord ou presque, on recense au moins un cas de procès pour sorcellerie, soit environ 100.000. Quant au nombre d'exécutions, on l'estime autour des 50.000."

Informations et inscription sur le site de l'Académie royale de Belgique.

Lundi l 02-10-2017
Aurélie Degroote, lauréate "Oréal-UNESCO For Women in Science"

Décernées tous les deux ans, les bourses L'Oréal-UNESCO For Women in Science finance des recherches effectuées par des femmes dans le monde. Parmi les lauréates de cette année figure Aurélie Degroote, qui va débuter son doctorat en neurosciences à l'ULB au sein du Laboratoire de Neurophysiologie sous la direction d'Alban de Kerchove d'Exaerde.

La jeune chercheure étudie le système des "noyaux de la base", un ensemble de structures dans le cerveau jouant un rôle dans la locomotion, l'apprentissage procédural et le système de la récompense. Ce système joue également un rôle dans la maladie de Parkinson, les addictions ou encore la schizophrénie.

Aurélie Degroote va se pencher sur les communications qui vont du thalamus vers le striatum, encore peu connues. Le but est de déterminer comment les connexions entre ces différentes parties du cerveau sont affectées par la prise de drogues. La chercheure était présente sur le plateau de l'émission radio "Tendances 1ère" pour parler de son parcours et de la présence des femmes en sciences : podcast.

Lundi l 02-10-2017
Histoire de la représentation de la violence

C'est le résultat de plusieurs années de recherche sur le théâtre de la première modernité. Le livre "The Hurt(ful) Body: Performing and Beholding Pain, 1600-1800", coordonné par Tomas Macsotay, Cornelis van der Haven et Karel Vanhaesebrouck, chercheur au Centre de recherche en cinéma et arts du spectacle (Faculté de Lettres, Traduction et Communication), se penche sur la représentation théâtrale de la violence à l'époque baroque à travers les contributions d'une quinzaine d'auteurs.

"Il s'agissait d'un théâtre d'action avec beaucoup d'effusions de sang et des histoires de martyrs", souligne Karel Vanhaesebrouck. Dans l'ouvrage, les chercheurs s'intéressent, entre autres, aux moyens utilisés pour provoquer des émotions puissantes chez le spectateur, mais aussi aux rapports qu'entretiennent alors le théâtre et les arts visuels avec le contexte historique. "Le frontières sont parfois poreuses entre la réalité et la fiction, et ce jeu permet au spectateur de commémorer et d'aborder certains éléments de la vie réelle dont il ne peut pas parler. "

A travers un état des lieux interdisciplinaire du théâtre et de la théâtralité, les chercheurs offrent un nouveau regard sur cette période marquée par la violence religieuse. Une période qui nous renvoie douloureusement au présent. "Daesh utilise aujourd'hui les mêmes procédés dramaturgiques", note le chercheur.