Université libre de Bruxelles

Les livres à l'ULB


Dictionnaire d'Histoire de Bruxelles

Jaumain Serge, Editions Prosopon, 2013, 896 pages

En se promenant dans les rues de Bruxelles, le passant s'interroge: Qui est le personnage auquel cette rue est dédiée ? Quelle est l'oeuvre présentée dans cette station de métro ? D'où vient la célébrité de ce restaurant ? Quelle est l'histoire de cette statue ? Quelles sont les origines de ma commune ? Qui est l'auteur de cette fameuse pièce de théâtre bruxelloise ? Pourquoi ce parc fut-il ouvert ?

Ces questions et des milliers d'autres, les Bruxellois sont nombreux à se les poser quotidiennement sans savoir où trouver une réponse rapide, claire, sûre et succincte.

Il n'y avait à ce jour aucun ouvrage en mesure de répondre à toutes ces interrogations à la fois. Ce premier dictionnaire des noms propres bruxellois vient donc à son heure. Il est le fruit de la collaboration entre plus de 80 chercheurs, dont beaucoup enseignent dans nos universités, qui ont choisi de proposer au grand public un résumé des connaissances sur plus de 4.200 items, de la Famille de Aa à... Zwanze !

Le Dictionnaire d'Histoire de Bruxelles offre une rapide présentation des institutions, organisations, personnages, 156uvres d'art, événements... liés à l'histoire de Bruxelles. Des spécialistes issus de nombreuses disciplines (historiens, géographes, sociologues, historiens de l'art, spécialistes de la littérature, de la bande dessinée...) y proposent un résumé de l'état des connaissances s'adressant tant au Bruxellois curieux du passé de sa ville qu'au visiteur ou au chercheur souhaitant trouver rapidement une première piste d'information sur l'un ou l'autre sujet.

Du fait de son territoire limité et de sa riche histoire, la Région de Bruxelles-Capitale se prêtait particulièrement bien à ce genre d'exercice qui n'avait jamais été mené à ce jour.

Il fallait toutefois effectuer une sélection des notices à présenter. Celle-ci a été confiée à quelques dizaines de spécialistes et les consignes de rédaction furent particulièrement strictes: les notices ne pouvaient en principe dépasser 2.500 caractères.

Au final, cet ouvrage se distingue aussi des dictionnaires traditionnels sur deux points essentiels: d'une part chaque auteur a signé sa notice, assumant ainsi la responsabilité scientifique de son contenu, d'autre part, le travail ne s'achève pas avec sa publication. Afin de poursuivre avec l'ensemble des Bruxellois un dialogue interactif tant sur le choix des notices que leur contenu, un site web www.dictionnairebruxelles.be a été ouvert afin de permettre à chacun de commenter voire de proposer à l'éditeur des compléments aux notices.

De ce point de vue, le dictionnaire s'inscrit donc dans la stratégie du BSI (Brussels Studies Institute) dont il constitue la première grande publication, qui consiste à mettre en place un dialogue entre la population, les acteurs de la société civile et les universitaires en facilitant le développement de nouveaux types de communication entre la recherche universitaire sur Bruxelles et le grand public.