MAGAZINE MENSUEL DU PERSONNEL DE L'UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES - NOVEMBRE 1999


 
LES NOUVELLES DU CA

 De nombreux « DHC » à l'honneur l'an prochain
En prévision de la séance solennelle de remise des insignes de docteur honoris causa qui se tiendra en février 2000, le Conseil d'administration a récemment procédé à la désignation des personna-lités qui seront distinguées à cette occasion :

en qualité de docteur honoris causa des facultés
  • Julia Kristeva (Philosophie et lettres)
  • Jacques Ghestin (Droit)
  • Nonna Mayer (Sciences sociales, politiques et économiques)
  • René Kaes (Sciences psychologiques et de l'éducation)
  • Ingrid Daubechies (Sciences)
  • Nicole Le Douarin (Médecine)
  • Pierre Ladeveze (Sciences appliquées)
  • Margaret Maruani (Travail)
  • Richard Portes (Études européennes)

en qualité de docteur honoris causa de l'Université
  • Mary Robinson, haut commissaire des Nations-Unies aux droits de l'Homme
  • Wassyla Tamzali, directeur du Programme pour la promotion de la condition des femmes de la Méditerranée
  • Nora Irma Morales de Cortinas, une des fondatrices du mouvement des Mères de la Place de mai
  • Simone Susskind, pour ses actions pacifiques dans les conflits (Palestine, Israël, Algérie, Chypre, Bosnie)
  • Louise Arbour, procureur général sortant du Tribunal pénal international des crimes de guerre de la Haye.

 Gestion des carrières scientifiques et académiques
Le Conseil d'administration a mis en place, depuis septembre dernier, un groupe de réflexion chargé d'étudier la problématique de la gestion des carrières du corps scientifique et du corps enseignant. Ce groupe de réflexion, présidé par le recteur, s'attachera notamment à proposer des lignes directrices et des procédures d'accompagnement en vue de la gestion harmonieuse de plans de carrière dans le respect des impératifs scientifiques et pédagogiques à l'Université. Il faut dire qu'à la faveur de différents dossiers, divers problèmes revenaient régulièrement à l'avant de la scène, notamment au sujet de :
  • l'organisation pratique de la dissociation des charges d'enseignement et du statut des personnes
  • la non-automaticité des promotions ou des stabilisations
  • l'évaluation itérative des activités scientifiques et pédagogiques
  • l'évolution naturelle d'une carrière qui, du moment où elle se poursuit à l'université, devrait limiter dans le temps la période qui sépare le passage du corps scientifique dans le corps enseignant.

 Bientôt une « Bibliothèque interuniversitaire de la Communauté française » ?
Dans la foulée d'une réflexion conduite récemment par le Cref au sujet du développement des bibliothèques universitaires en Communauté française, le Conseil d'administration a été saisi d'un projet de création d'une « Bibliothèque interuniversitaire de la Communauté française de Belgique (asbl) ».

Devant l'accroissement des coûts - notamment en termes d'abonnements et d'utilisation des nouveaux supports - l'idée est en effet apparue de mettre en place un « consortium » de bibliothèques qui aurait plus de poids dans les négociations avec les éditeurs et qui pourrait mettre des moyens en commun pour le développement d'outils informatiques favorisant les communications inter-bibliothèques.

Pour l'heure, sans entrer davantage dans le détail de cette problématique, le Conseil d'administration vient de marquer son accord de principe sur ce projet. D'ici peu, le CA aura par conséquent à se prononcer sur une proposition de statuts officiels puis, une fois l'asbl mise en place, à examiner les suggestions concrètes émanant du consortium. Au sein de l'asbl, chaque université serait représentée par son recteur et le directeur des bibliothèques.

 Réforme des enseignements de 3e cycle (DES et DEA)
Après avoir été soumise à l'approbation de la Commission de l'enseignement, une importante réforme des formations de 3e cycle vient d'être entérinée par le Conseil d'administration.

De nouvelles structures et procédures générales ont en effet été approuvées pour les DES et les DEA afin de permettre à ces enseignements spécialisés et approfondis de bénéficier de toute la souplesse nécessaire à leur organisation (possibilité d'adaptation rapide du contenu en fonction du progrès des connaissances, modification aisée de la composition de leur corps enseignant en vue de permettre la participation temporaire de personnalités internes ou externes, etc.) tout en réaffirmant la priorité de réserver la part principale de l'encadrement académique et scientifique aux 1ers et 2es cycles.

Voici un bref aperçu de ces nouvelles procédures générales :

  • les DES et DEA seront dorénavant assurés par des « collèges d'enseigne-ment » au sein desquels est chaque fois désignée une « commission scientifique » de 5 membres (comprenant nécessairement le « bureau » du collège formé de 3 personnes : président, vice-président, secrétaire)
  • les programmes généraux - qui figurent au programme officiel des cours de l'Université - définissent les matières enseignées sous des intitulés généraux. Ces enseignements n'ont pas de titulaire définitif et sont placés sous la responsabilité du collège
  • avant le début de l'année académique, le bureau du collège d'enseignement a la responsabilité d'établir le programme détaillé de l'année académique considérée (intitulés précis, noms des personnes qui seront chargées des cours, horaire, lieux, etc.). En fin d'année, le bureau du collège fait rapport au doyen de la faculté et à la Cellule enseignement sur les activités organisées dans le cadre de ce programme détaillé
  • afin de donner quelques moyens à ces enseignements de 3e cycle, les facultés peuvent renoncer à occuper une partie de leur cadre budgété. L'équivalent financier de ce cadre bloqué peut alors, moyennant certaines dispositions, être utilisé au bénéfice d'un DES ou d'un DEA.

Pour le surplus, ces mesures ont bien évidemment été assorties de procédures académiques ou administratives complémentaires, notamment en ce qui concerne la modification du « programme général » des DES et DEA, la désignation des membres du collège d'enseignement ou encore les modalités de rémunération ou d'indemnisation des enseignants concernés. Des dispositions transitoires et quelques dérogations ont également été prévues pour assurer le meilleur passage possible du système ancien vers la nouvelle structure détitularisée.

Renseignements sur la philosophie générale du projet : Claude Henschel (ext. 3643); pour l'application indivi-duelle : Françoise Prévot (ext. 2360).