Le 14 mai 2012, l'ULB et ses Facultés honorent sept personnalités exceptionnelles

> Ela Bhatt

Ela Bhatt est juriste.
Dès son diplôme en poche, son combat militant sera celui de la lutte contre l'extrême pauvreté de certaines populations en Inde.

En 1972, convaincue que les femmes sont la clé du progrès et de la lutte contre la pauvreté, Ela Bhatt fonde la Self-Employed Women's Association (SEWA), tout à la fois, syndicat, banque coopérative et centre d'alphabétisation et de formation.
Une association qui rend aux femmes leur dignité et leur fierté en les aidant à lutter contre les abus dont elles sont les victimes.

Avant même que le mot n'existe, Ela Bhatt développe avec la SEWA une forme de micro-financement permettant aux femmes de devenir financièrement indépendantes, d'acquérir outils et formation et de permettre à leurs enfants, filles et garçons, d'aller à l'école.

Ela Bhatt est l'une des fondatrices et fut la présidente de la Women's World Banking, organisme international de micro-financement dont elle est désormais membre à vie du Conseil d'administration.

Ela Bhatt a reçu de nombreuses et prestigieuses distinctions, en Inde comme ailleurs: le prix Four Freedoms de la Fondation Roosevelt, ou le tout premier Global Fairness Initiative Award ou encore, les prix Ramon Magsaysay, Right Livelihood et George Meany-Lane Kirkland, ainsi que la médaille Radcliffe et, en 2011, le prix Indira Gandhi pour la Paix.

Depuis sa création en 2007, Ela Bhatt est membre de l'ONG “The Elders”, lancée par Nelson Mandela, qui a pour objectif de contribuer à trouver une solution aux grands problèmes de la planète. Ela Bhatt y poursuit son inlassable combat, notamment pour empêcher les mariages d'enfants.

> Costa-Gavras

Costa-Gavras est cinéaste. À 21 ans, il quitte Athènes pour entamer une licence en littérature à la Sorbonne. Poussé par la découverte de la Cinémathèque et d'un cours de filmologie, sa cinéphilie l'entraîne à étudier à l'Institut des hautes études cinématographiques (IDEHC) et à travailler ensuite comme assistant d'Henri Verneuil, Jacques Demy ou encore René Clément.

Le cinéma devient de façon instantanée le porte-parole de ses combats.
En 1969,le film Z, avec un inoubliable Yves Montand, dénonce les agissements de la junte militaire au pouvoir en Grèce et installe la notoriété internationale de Costa-Gavras .
Yves Montand porte également les deux films suivants : L'aveu (1970), sur les purges du régime communiste en Tchécoslovaquie, ainsi qu'État de siège (1973) où Montand incarne un agent de la CIA opérateur en Uruguay.
Section spéciale en 1975 traitera de la collaboration en France sous le régime de Vichy.

Après Clair de femme, Missing renoue, en 1982, avec un engagement politique fort et décroche la Palme d'Or à Cannes et l'Oscar du Meilleur scénario.

Après les combats et les récits de l'Histoire, dans Hanna K., Betrayed ou Music Box (Ours d'Or à Berlin en 1990), le regard du cinéaste s'est dernièrement posé sur les problématiques sociales de notre monde contemporain : la chute sociale celles qui pousse l'individu dans ses derniers retranchements, comme dans Mad City (1997), ou Le couperet (2005).

Dans son dernier film, Eden à l'Ouest (2009), Costa-Gavras dépasse le drame social en parlant d'exil, celui qu'il a lui-même connu, et retourne en Grèce, un pays auquel il reste porfondément attaché.

Si les films de Costa Gavras démontrent son engagement politique et social, sa position vis-à-vis de la Cinémathèque française démontre ses convictions culturelles où il réinvestit dans les valeurs et les missions de cette institution, pour selon ses propres mots: "Acquérir, restaurer, conserver tout ce qui concerne le cinéma pour montrer, enseigner, réfléchir, faire réfléchir sur le cinéma, sur son passé et son avenir".

> Angela Davis

Angela Davis est aux côtés de Malcolm X et de Martin Luther King, l'icône du mouvement noir américain. Légende vivante, pour sa lutte incessante pour la liberté et l'égalité, elle est aussi philosophe et professeure émérite à l'Université de Californie.

Toute jeune, en Alabama, Angela Davis est confrontée au racisme, à la ségrégation et à la violence. Elle milite déjà au sein de son école secondaire à New York au sein d'un mouvement de jeunesse marxiste léniniste.

Angela Davis poursuit ses études supérieures à l'Université de Brandeis. Elle étudie en France, puis à Francfort où elle côtoie Theodore Adorno, Jurgen Habermas et Max Horkheimer et revient à San Diego pour défendre sa thèse de doctorat.

Angela Davis rejoint le parti communiste américain et les Black Panthers dont la position révolutionnaire se caractérisait par un égal refus de l'intégrationisme et du séparatisme.

Son action politique, dont le soutien aux frères de Soledad, lui vaudra d'être emprisonnée pendant 16 mois, ce qui suscite un mouvement de soutien international de grande ampleur.
Sartre, Aragon marchent en tête de manifestations à Paris. Les Rolling Stones et John Lennon lui écrivent des chansons; Jacques Prévert lui dédie un poème. La campagne “Free Angela Davis” aboutit à son acquittement en 1972.

À sa sortie de prison, Angela Davis écrit et poursuit son action politique: elle lutte pour la paix au Vietnam, l'éradication du racisme et l'égalité entre femmes et hommes. Éssais et discours convaincants font d'elle une intellectuelle réputée.
Professeure d'études afro-américaines et féministes aux départements d'Histoire de la conscience et des Études féministes ainsi qu'à la division Humanités de l'Université de Californie, Angela Davis est l'auteure de nombreux ouvrages parmi lesquels les textes les plus révolutionnaires et les plus durables de la pensée féministe du dernier quart de siècle.

> Jacques Commaille

Jacques Commaille est sociologue de la famille et du droit, directeur de recherche au CNRS, professeur émérite des Universités à l'École normale supérieure de Cachan et chercheur à l'Institut des sciences sociales du politique (École normale supérieure, Cachan).

Par ses travaux, Jacques Commaille contribue à l'abaissement des frontières disciplinaires entre la sociologie, le droit et la science politique.

Ses recherches portent particulièrement sur les processus de production du droit dans le domaine des politiques familiales ou sociales, du rapport des citoyens au droit et à la justice, des rapports entre le droit et la politique.

En esquissant une théorie de la fonction politique de la justice, Jacques Commaille est devenu la principale référence de nombreux chercheurs dans différentes universités européennes et américaines.

Il est aussi un intellectuel engagé, ce qui dans une Université comme la nôtre,compte aussi beaucoup car cela rejoint nos valeurs, nos engagements et notre vision de l'Université.

> Anne Lacaton

Anne Lacaton est architecte; un diplôme qu'elle a complété par un cursus en urbanisme à l'Université de Bordeaux.

Depuis près de vingt ans, date de ses premières réalisations, Anne Lacaton marque le monde de l'architecture par son travail singulier. Là où beaucoup d'architectes sont dans l'œuvre formelle, Anne Lacaton tente de tirer parti au mieux d'un lieu pour offrir une grande capacité d'usage et d'appropriation.Elle propose une esthétique de l'essentiel fondée sur une approche sociale, économique et contextuelle.

Le logement individuel mais principalement collectif et social est au cœur de ses préoccupations tout comme une belle série de lieux d'enseignement
. Plus récemment, Anne Lacaton a fait parler d'elle et de son agence "Lacaton & Vassal" par la réalisation de la deuxième phase des travaux pour le Palais de Tokyo, inaugurée le 12 avril à Paris.

Anne Lacaton est régulièrement primée. Relevons, en France, le Grand prix national d'architecture jeune talent 1999,le Grand prix national d'architecture en 2008 et l'Equerre d'argent en 2011; en Allemagne le Erich Schelling Award en 2006 ; en Espagne, le Sustainability and Residential Innovation Award, également en 2006.

> George Whitesides

George Whitesides est chimiste et enseigne à Harvard depuis 1982.

Ce professeur est considéré par la communauté scientifique comme l'un des pères des monocouches autoassemblées (ou self-assembled monolayers - SAMs), ces couches qui se déposent et s'auto-organisent aux surfaces, conférant à ces dernières de nouvelles propriétés.

George Whitesides est par ailleurs l'un des plus grands experts mondiaux en nanotechnologie.

Nous honorons l'un des chimistes les plus cités au monde, également inventeur de nombreux brevets et fondateur de sociétés exploitant ses découvertes et inventions.

L'excellence scientifique de Geroge Whitesides est reconnue par plus de 40 prix prestigieux, de la Médaille Priestley (la plus haute récompense américaine pour un chimiste), en passant par le prix Prince des Asturies en recherche et technologie et le prix Roi Faiçal.

> Brian Kobilka

Brian Kobilka est médecin, diplômé de l'Université de Yale et professeur au département de physiologie cellulaire et moléculaire de l'Université de Stanford.

Il est membre de l'Académie des Sciences des Étas-Unis depuis 2011.

Son parcours scientifique est exemplaire. Il illustre comment la maîtrise d'un impressionnant éventail de concepts et de technologies, alliée à une persévérance de plus de vingt années, lui ont permis d'atteindre un objectif que beaucoup croyaient impossible: la détermination de la structure tridimensionnelle d'une famille de récepteurs membranaires.

Ces travaux permettront des retombées fondamentales dans virtuellement tous les domaines de la physiologie.

Ils ouvrent également de très larges perspectives d'application dans l'élaboration de nouveaux médicaments.