fermerclose

Née le 5 mars 1944, Élisabeth Badinter est la fille de Marcel Bleustein Blanchet, l'inventeur de la publicité en France et fondateur du groupe Publicis. Agrégée de philosophie, spécialiste du XVIIIe siècle, Élisabeth Badinter est maître de conférences à l'école Polytechnique.

Influencée par les philosophes des Lumières ainsi que par Simone de Beauvoir, elle a réfléchi sur la place de la femme dans la société et le concept de laïcité auquel elle est très attachée. Ses positions courageuses, sont parfois controversées. Plusieurs de ses livres sont aujourd'hui des classiques. Penseuse engagée à gauche, elle défend, comme son mari l'avocat Robert Badinter, une certaine idée de la démocratie sociale à travers ses écrits.

Elle est l'auteur, entre autres, de L'Amour en plus (Flammarion, 1980, réédition 2010), L'Un est l'autre (Odile Jacob, 1986), Fausse Route (Odile Jacob, 2003) et d'une histoire intellectuelle du siècle des Lumières chez Fayard (3 vol.). Son livre Madame du Châtelet, Madame d'Epinay : Ou l'Ambition féminine au XVIIIe siècle a fait l'objet d'une adaptation en scénario pour la télévision, par l'auteur elle-même. Son ouvrage, Le conflit, la femme et la mère, paraît en février 2010, très exactement 30 ans après L'Amour en plus.

fermer la fenêtre
fermerclose

Robert Badinter est né le 30 mars 1928 à Paris, d’un père juif originaire de Russie. Après avoir obtenu une licence en lettres en 1948 et une licence en droit en 1948, il part étudier aux Etats-Unis et obtient son "Master of Arts" de l’Université de Columbia en 1949. Revenu en France, il obtient un doctorat en droit en 1954 et débute sa carrière d’avocat. Avec une agrégation en droit obtenue en 1965, il obtient un poste de Maître de conférences puis est nommé Professeur titulaire dans plusieurs facultés de droit.

Parallèlement à sa carrière universitaire, il fonde un cabinet d’avocat, où il se fera remarquer dans quelques grandes affaires comme celle du baron Empain. En 1981, il est nommé Ministre de la Justice-Garde des Sceaux, fonction qu'il occupera jusqu'en 1986. Il est alors nommé Président du Conseil Constitutionnel pour 9 ans. A ce titre, il préside la commission d'arbitrage de la Conférence pour la Paix en Ex-Yougoslavie.
En 2003, il est nommé pour siéger dans le Comité de seize personnalités internationales chargées de proposer une réforme de l'ONU.

La peine de mort est le principal combat de Badinter, son abolition étant devenu son cheval de bataille après l‘affaire Claude Buffet- Roger Bontemps. Il se servira de l’affaire Patrick Henry qu’il sauvera de la peine capitale. Devenu Ministre de la Justice, il en profite pour proposer au gouvernement d’abolir la peine de mort. La plaidoirie de Badinter à l'Assemblée Nationale sera écoutée et l’année 1981 marque la fin de la peine de mort en France. Il a pris également position contre la dépénalisation de l'euthanasie (conformément au droit à la vie), contre la rétention de sûreté, il a condamné le génocide culturel du Tibet et s'est opposé à l'entrée de la Turquie dans l'Union Européenne. Grand spécialiste de la Constitution, il est souvent consulté pour des problèmes constitutionnels dans toute l'Europe.

fermer la fenêtre

Le 20 septembre 2013, l'ULB honore deux personnalités exceptionnelles

Par la remise des insignes de Docteur Honoris Causa, l'Université entend, selon une tradition déjà ancienne, honorer des personnalités (belges ou étrangères) qui ont, par leur pensée, leurs travaux, leurs actions, marqué leur époque dans les domaines des sciences, des arts ou de la politique.

> Élisabeth Badinter

Écrivaine et Professeure de Philosophie

> Elisabeth Badinter en quelques mots.

> Robert Badinter

Professeur de Droit, ancien Garde des Sceaux, Sénateur et Président du Conseil Constitutionnel de la République Française

> Robert Badinter en quelques mots.

> Lisez les éloges des parrains de nos nouveaux Docteurs Honoris Causapdf.

> Lisez le discours d'Elisabeth Badinterpdf.

> Lisez le discours de Robert Badinterpdf.

> Regardez la cérémonie de remise des insignes de Docteur Honoris Causa