ULB Solidaire et Engagée
page suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Parce que l'engagement et la solidarité sont des valeurs essentielles de l'ULB, l'Université se mobilise encore et toujours en menant une politique active, notamment au service des réfugié.e.s.

Nos actions récentes

> L'Université libre de Bruxelles se déclare profondément préoccupée par les amendements à la loi nationale sur l'enseignement supérieur votée par le Parlement hongrois en avril 2017.

Ces amendements portent un coup à la liberté académique qui permet à toutes les universités de contribuer au nécessaire et essentiel débat intellectuel dans une société démocratique. Ils mettent en danger l’aptitude d’universités telles que l'Université d'Europe centrale (CEU) à accomplir leurs activités en Hongrie. L’ULB se joint donc au président et recteur Michael Ignatieff dans sa résistance contre toute tentative de mettre en danger la liberté académique des institutions en Hongrie tout comme dans n'importe quel pays dans le monde.

> En savoir +

> L’ULB réaffirme son soutien à la liberté académique et à tous les enseignants et chercheurs de Turquie soumis aux vagues de répressions et aux purges

Depuis de nombreux mois, l'Université libre de Bruxelles n’a eu de cesse d’apporter son soutien aux enseignants et chercheurs de Turquie confrontés à des pressions et sanctions pour avoir signé la pétition du 10 janvier 2016 en faveur d'une solution pacifique dans le Sud-Est de la Turquie. Quatre d'entre eux - Muzaffer Kaya, Esra Mungan Gürsoy, Kıvanç Ersoy, Meral Camcı - furent emprisonnés et inculpés pour « propagande terroriste » dans le cadre d'un procès dont la première audience a eu lieu à Istanbul le 22 avril 2016. Ce 30 mars s’ouvre la quatrième audience d’un procès intenté à l’encontre de ces chercheurs. La Professeure Véronique Fontaine, administratrice de l'ULB, y représentera l’Université.

> En savoir +

> Création d’un Fonds de solidarité à destination de chercheurs en danger

Ce Fonds permet à l’ULB de disposer d’un outil fonctionnel, structuré et pérenne afin d'apporter le soutien nécessaire à des chercheurs qui sont menacés dans leur pays d’origine. Ce soutien prendra la forme classique d’une chaire leur permettant d’être accueillis à l’ULB et de poursuivre leur travail hors de toute pression et dans un climat de liberté académique, mais d’autres formes d’action peuvent être utilisées. Ce fonds servira notamment à stabiliser la présence pendant encore un an des neuf chercheuses et chercheurs syrien·n·e·s et irakien titulaires de la chaire Khaled al'As-ad.

> En savoir +

> Chaire de solidarité d’urgence à destination d’un chercheur menacé en Turquie

Suite à la tentative de coup d’état en Turquie en juillet 2016 et à la répression qui touche le milieu universitaire, l’Université libre de Bruxelles met en place une Chaire de solidarité d’urgence qui vise à accueillir un chercheur turc engagé dans la défense des droits humains et de la démocratie et qui se retrouve sans emploi suite à la suspension de ses fonctions ou à la fermeture de son université.

> En savoir +

> Un welcome desk pour les étudiant·e·s réfugié·e·s

"Les préoccupations principales des jeunes étudiants désireux de poursuivre des études universitaires en Belgique", explique le vice-recteur aux affaires étudiantes Jean-Michel De Waele, "portent principalement sur le soutien administratif (équivalences et tests d'admissions), l'aide à l'apprentissage du français et, pour certains, de l'anglais, l'aide à l'inscription, le fonctionnement du système académique belge, les frais d'inscription et la recherche d'un logement. Il est donc apparu indispensable de mettre en place à l'ULB une structure de première ligne destinée à accompagner ces étudiants réfugiés."

Depuis le début du mois de septembre, une quarantaine de réfugiés ont fait appel aux services offerts par ce desk. À ce jour, 12 étudiants ont pu être inscrits à l'ULB. Ils viennent essentiellement de Syrie. D'autres étudiants sont en attente de la finalisation de leur dossier leur permettant d'être inscrits définitivement à l'ULB.

> En savoir +

> Dix chaires post-doctorales pour des chercheurs et chercheuses réfugié·e·s

"L'ULB ne pouvait assister en simple spectatrice au drame qui se joue actuellement sur les routes qui conduisent des centaines de milliers de Syriens, d'Irakiens et d'autres populations persécutées depuis leur Proche-Orient natal jusqu'en Europe, où ils espèrent pouvoir trouver refuge et respect. Dans ce contexte d'émigration forcée, les chercheurs doivent pouvoir trouver une main tendue, un accueil chaleureux. Les 10 chaires que l'ULB a ouvertes à cette fin manifestent concrètement notre soutien à une politique d'accueil." Didier Viviers, Pro-recteur de l'ULB

Depuis la rentrée 2016-2017, l'ULB accueille neuf chercheurs. Ceux-ci mettront leur savoir et leur expertise au service de l'Université, dans le cadre de ces chaires-postdoctorales.

> En savoir +pdf


> D'autres projets verront le jour durant l'année académique 2016-17

Parmi ceux-ci, épinglons:

  • Chaque étudiant réfugié sera parrainé par un étudiant plus expérimenté. "Ce nouveau projet initié par les étudiants du BEA (Bureau des étudiants administrateurs), explique Chems Mabrouk, a pour objectif d'aider les étudiants réfugiés inscrits à l'ULB en leur proposant un étudiant "référent" qui les accompagnera dans leur vie à l'université et dans la compréhension des procédures administratives. Dans un contexte où le racisme et l'islamophobie augmentent dans la société, il nous a semblé essentiel, poursuit-elle, de pouvoir montrer que la solidarité et l'entraide existent toujours."

  • Des enseignants mettent leur expertise et recherches au service d'un projet qui s'inscrit dans le cadre de la troisième mission de l'Université, celle du service à la communauté. Il vise en effet, au moyen de différents supports, à sensibiliser un large public, et tout particulièrement les jeunes, à des problématiques liées à la migration et à la "crise des réfugiés" actuelle.