GERME

Groupe d'études sur l'Ethnicité, le Racisme, les Migrations et l'Exclusion

Institut de Sociologie

Université Libre de Bruxelles

 

 

home page - GERME

présentation du centre

projets de recherche

chercheurs

publications

documents en ligne

contact

liens utiles

 

 

 Résumées des communications - Abstracts

 

 

Introduction. Les nouvelles migrations de l’Europe de l’Est : les délocalisations de l’intérieur,

Andrea Rea, Université Libre de Bruxelles, GERME

 

Les mouvements migratoires de personnes en provenance des pays de l’Europe centrale et orientale qui ont repris depuis le début des années quatre-vingt dix se différencient des migrations antérieures à plus d’un titre. Bien que leur intensité n’a pas été aussi forte que celle annoncée par des déclarations alarmistes, les émigrations en particulier de la Pologne, de la Roumanie ou de la Bulgarie dans les pays de l’Europe occidentale sont conséquentes. Elles se caractérisent notamment par le fait qu’il s’agit d’une émigration plus urbaine, plus féminine et plus qualifiée. Par ailleurs, ces nouvelles migrations semblent se différencier davantage par le maintien dans une mobilité ou une circulation migratoire que dans la recherche d’une installation dans le pays d’immigration. Enfin, ces migrations expriment la diversification statutaires des nouveaux migrants (salariés, indépendants, petits entrepreneurs, commerçants, etc.). Toutefois, ces nouvelles migrations s’inscrivent aussi dans un cadre de politique publique spécifique caractérisée par la gestion et le contrôle des frontières. Ces migrations que se rencontrent autant dans les pays de l’Europe du nord que dans ceux de l’Europe du sud, semblent parcourir le chemin inverse de certaines activités économiques. Ainsi, si des délocalisations économiques sont à l’œuvre de l’ouest à l’est, on assiste aussi à des délocalisations intérieures dans les pays d’Europe occidentale. Ces délocalisations intérieures, qui ne concernent qu’une partie de ces nouvelles migrations, caractérisent les situations de migrants travaillant dans les activités les moins prisées, les moins bien rémunérées, ayant besoin d’une main-d’œuvre abondante et maintenus à la marge des institutions sociales.

 

Un des objectifs de ce colloque consiste à évaluer la validité actuelle d’un des nouveaux paradigmes visant à expliquer les migrations nouvelles : celle de la fixation dans la mobilité. Les circulations migratoires qui sont une des formes nouvelles des flux migratoires se caractérisent, notamment, par une faible fixation dans le pays d'immigration et par un recours primordial aux réseaux sociaux pour répondre à la plupart des besoins. Etant donné cette désétatisation du processus d'installation, les Etats d'immigration ont à renouveler les politiques dites d'intégration. Le désencastrement des relations sociales qu'impliquent les circulations migratoires suppose de repenser les modes de faire société, en cherchant aussi ailleurs que dans les institutions publiques, les moyens d'éviter l'accroissement de la fragmentation sociale. Les associations et les organisations nationales et transnationales, notamment, jouent un rôle novateur en la matière.

 


 

Migrations transnationales et gernre,

Mirjana Morokvasic-Müller, Université Paris X

 

The end of the bi-polar world and the collapse of communist regimes triggered an unprecedented mobility of persons including a large number of women and heralded a new phase in European migrations.  People in the Eastern part of the continent were not only ‘free to leave’ to the West but more exactly ‘free to leave and to come back’. In this text I will focus on gendered transnational, cross-border  practices and capabilities of Central and Eastern Europeans on the move who use their spatial mobility to adapt to the new context of post-communist transition.  We are dealing here with practices very different from those “immigrant transnationalism” is mostly about : rather than relying on transnational networking for improving their condition in the country of their settlement, they tend to “settle within mobility,” staying mobile “as long as they can” in order to improve or maintain the quality of life at home. Their experience of migration thus becomes their lifestyle, their leaving home and going away, paradoxically, a strategy of staying at home, and, thus, an alternative to what migration is usually considered to be – emigration/immigration.

Access to and management of mobility are gendered and dependent on institutional context. Mobility as a strategy can be empowering, a resource, a tool for social innovation and agency and important dimension of social capital  - if under migrants’ own control.  But mobility may reflect increased dependencies, proliferation of precarious jobs and, as in the case of trafficking in women, lack of mobility and freedom for women on the move. 

 


 

 


 

 

Overview of East-West migration within 20th century Europe

Frank Caestecker, Centre d'Etudes et de Documentation Guerre et Sociétés contemporaines (SOMA)

Introduction

The concept “Migration from Eastern Europe to Western Europe” is an analytical instrument losing its relevance (1989, 2004…), but also having little meaning for the first half of the 20th century.

The relevance of the concept Central Europe has been wiped out between 1920 and 1990. Several decades of nazism and communism has homogenized this region.

 

1. Three types of East-West Migration

 

1. 1. A politically induced collective migration from East to West: those ethnic groups no longer wanted in the East

 

Those forced to flee because of the ethnic cleansing of Central Europe.

-After the First World War: nearly 2 million people had to resettle in Austria and Weimar-Germany

-Nazism gave the final assault to the ethnically mixed nature of the population in Central Europe. During Nazism, Jews had to leave or were murdered and a westward movement was promoted by the Nazi’s for the people of German descent. After 1944, along with long-established Germans in Eastern Europe they were to move on further west.

 

In total, the Second World War forced nearly 20 million people to resettle after borders were shifted or policies to homogenize the population implied mass expulsions.

 

Ethnic cleansing stopped by 1946 when the communist regimes closed their borders. An exception was provided during one year for “survivors”. This sealing off of Eastern Europe in 1946-1947 lasted for 10 years. After 1956 organized emigration of the few remaining minority ethnics continued, but at a slow pace.

 

1.2. The East European individual refugees: those who needed the west

 

Individuals who because of their political beliefs, their social background were discriminated against and left their country of origin.

 

After the First World War: one million Russian refugees resettled in Western Europe, mainly in France.

From 1956 onwards: The East European emigration to the West was only a small trickle of refugees arriving each year, but in 1956 (nearly 200.000 Hungarians) and 1968 (170.000 Czechs and Slovaks) large numbers were involved. Also a few million fled from East to West Germany until 1961.

 

1.3. The East European labor migrant: migrants the west needed

 

The heavily industrialized countries in Western Europe - France, Germany, Belgium and Switzerland- tapped the labor reserves in the periphery of Europe. Eastern Europe provided additional hands to the German economy at the start of the 20th century. Labor in Eastern Europe was an easy target for the brutal labor recruitment for the German war economy.

 

During the First World War about 1 million foreign workers were enlisted in the German war economy. Among them 500,000— 600,000 Polish laborers, citizens of Germany’s wartime enemy, Russia.

 

During the Second World War many more East Europeans were forced to work for the Nazi war economy. In 1944 about 5 million Russians and Poles were working in Nazi Germany.

 

In peacetime Germany had enough local labor until the 1960s, due to the ethnic cleansing of Europe and its economic difficulties after the wars. In the interwar period, Eastern Europe became the demographic hinterland of the French and Belgian economy. East Europeans were hired for heavy industry in France and Belgium and for French agriculture. Recruitment in Eastern Europe was facilitated by bilateral agreements concluded with the countries of origin. After a last intake of about 150.000 East Europeans -Displaced Person- immediately after the war an end was put to this tradition of Eastern Europe as a labor reserve for jobs considered unattractive in Western Europe. The only exception is the westward migration of Yugoslavian labor from the 1960s onwards.

 

The Cold War served to cut off east—west migration for decades and the industrialized economies looked for additional labor in the Mediterranean zone.

 

2. How permanent, how temporary was the migration from the East?

 

Social dynamic

-between work stays and settlement

-return is a lasting option: Most emigrants intended their stay to be temporary, and hoped through a few years of hard work to accumulate sufficient capital to return and better their station at home. Even among those leaving for the USA at the end of the 19th century the proportions of those who refurned ranged between 35% and 45%.

-influence of economic downturns

 

Political dynamic: the role of the state

-the 20th century corporate welfare state wanted to prevent any competition between local and imported labor

Possible adverse effect: The flexibility of migrant labor diminishes and settlement as a protection against the state

 


 

 

Le difficile exercice de la libre circulation : une introduction dans l’histoire de la migration récente des Roumains.

Dana Diminescu, Maison des sciences de l’homme, Paris

 

L’élargissement de l’Europe, le 1 mai cette année, ne semble pas changer la donne migratoire malgré les craintes d’une invasion de l’Est. Entre liberté de circulation et irrégularité par rapport au régime du travail, entre migration ordonnée par des accords bilatéraux de travail et par les accords de Schengen et des « solutions » à la limite de la légalité, entre une migration transnationale et une circulation intra-européenne, les citoyens de la « nouvelle Europe », ont du mal à se fixer et à se repérer. Ni voyageur ni immigrant, cette figure de l’entre-deux s’est avérée pourtant le meilleurs révélateurs de la coexistence des différents âges de migrations sur le territoires européens, en s’adaptant dans chaque pays traversé au moment historique que ceux-ci vivent. Migrations de main d’œuvre dans les pays du basin méditerranéen, circulation migratoire de faux touristes – commerçants à la valise sur les routes balkaniques, migration diffuse et bricolée dans les pays traditionnels d’immigration, telles que la France ou l’Allemagne, les populations de l’Est s’inventent une dynamique de mobilité propre, structurée par une logique d’opportunité et d’adaptabilité spécifique à chaque pays exploré. Les Polonais plutôt en Allemagne, les Roumains surtout en Italie, les Ukrainiens les plus nombreux en Espagne, ces migrants sont devenu au fur à mesure de plus en plus visibles dans les statistiques de flux migratoires et des bénéficiaires de différentes aides sociaux à l’étranger, notamment le prise en charge des frais de santé et de scolarisation des enfants. Si la grande majorité des est européens sont des circulants (qui mélangent, hors de toute norme, mobilités temporaires, intégration sociale, travail d’occasion et regroupement familial saisonnier), - les statistiques des pays méditerranéens nous montrent - q’une partie d’entre eux, ont réussi se régulariser et à ce titre sont susceptibles d’un projet d’installation de longue durée dans les pays d’accueil.

Aux marges du spectre de ces nouvelles mobilités, on va d’une circulation des élites qui, en raison même de ses atouts, en tire un surcroît d’avantages, à une circulation migratoire ordonnée, pour attendre plus bas une circulation souterraine qui explore des opportunités européennes non visibles, avec la même volonté d’en tirer les meilleurs profits. L’Union européenne encourage la première, est satisfaite du caractère temporaire de la deuxième et tente de contenir la dernière.

Dans leur ensemble, ces nouvelles mobilités s’inscrivent dans les tendances générales de l’espace migratoire mondial. Mais, dès que l’on se réfère au contexte particulier de la construction européenne et à la question de l’adhésion des pays de l’Europe centrale et orientale à la Communauté elles font sens de manière spécifique. C’est à travers l’étude des rapports complexes qui se dessinent dans les relations des différents pays de l’UE avec la Roumanie (et particulièrement pour ce qui concerne la politique de gestion des flux de circulation et de migration) et leurs implicites contributions dans la genèse des différentes mobilités que nous avons pu distinguer et présenter ci-après les tendances migratoires des Roumains.

 


 

 

 

La mixité sexuelle: une spécificité des réseaux migrants européens?

Swanie Potot, Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES), Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence.

 

 

En se basant sur différentes enquêtes de terrain menées en France, en Espagne, en Angleterre et en Roumanie auprès de migrants économiques roumains, la communication propose d’analyser la place et le rôle des femmes dans les réseaux migrants européens.

On montre qu’au sein de ces structures informelles, la différenciation hommes/femmes ne peut se comprendre simplement en terme de domination. Au contraire, la catégorie des « femmes migrantes » constitue en quelque sorte un sous-réseau, à l’intérieur des organisations migrantes, qui permet aux femmes de saisir des opportunités qui leur sont propres, notamment en matière d’emploi. Il apparaît en effet qu’à côté du secteur d’emploi majoritaire, commun aux hommes et aux femmes, comme la vente des journaux de rue ou le travail dans les serres agricoles, chacun des deux sexes occupent occasionnellement des secteurs qui, eux, ne concernent qu’une seule catégorie. Les échanges d’informations relatives à ces « jobs » propres à un seul genre, sont plus fréquents entre les femmes qui, étant donné leur petit nombre, ont plus de facilité à rester en contact entre elles. En ce sens, être une migrante dans ces réseaux permet d’accéder non seulement au stock de connaissances partagé par l’ensemble des membres mais autorise également à disposer de ressources particulières auxquelles seules les femmes peuvent prétendre.

On s’intéresse ensuite aux conséquences symboliques de la migration lors des retours en Roumanie. Si pour les hommes, la migration sert le prestige de ses acteurs et leur permet de profiter d’un capital social utile dans le milieu des affaires informelles, la situation sociale des femmes s’écarte sensiblement de ce modèle dans leur région d’origine. En effet, les migrantes sont d’emblée confrontées à l’image dépréciative de la prostitution. Le commerce du sexe étant un vecteur de migration très médiatisé dans ce pays, toute femme qui se rend à l’étranger peut être soupçonnée de s’y adonner. Les femmes migrantes de retour en Roumanie se trouvent donc face à une double contrainte : d’une part, la migration doit servir leur ascension sociale et les femmes, tout comme les hommes, veulent donner à voir cette réussite. Mais dans le même temps, elles doivent contrairement aux hommes, se défendre contre la menace que cette même réussite fait peser sur leur image publique.

 


 

Polish immigrants in Spain: between temporary and permanent

Malgorzata Nalewajko, Polish Academy of Sciences, Warsaw University

 

 

The presence of Polish economic immigrants in Spain began in 1988/1989, and in 1989 Spanish statistics registered the number of 325 Poles with labour permit. The „discovery” of Spain as a country of destination was due to the possibility of asking for political asylum by Poles, while other countries did not consider them refugees any more. This possibility was cut in 1991, but immigration chains were set (the existence of such chains is confirmed by the fact that still the great part of immigrants come to Spain from towns of the same region, south-east Poland), and in 1999 there were already 6517 Poles living and working in Spain legally.

 In fact there are much more Polish immigrants in Spain, and the number of those who stay illegally is estimated for 60.000-100.000. It should be stressed that Poles are not interested in legalizing their status (a slight modification of this general tendency was visible in 2000, when more Poles decided to benefit from the regularization process, and in 2001 there were 11.342 Poles with residence and labour permit in Spain). The cause of Polish désintéressement in regulating legal situation in part results from their migrant project: they have come to Spain „for some time”. Actually, majority of them spend in Spain months or – more frequently – years and later they are „substituted” by newcomers. One of the consequences of this instability is a lack of organization of Polish immigrants who still do not form – unlike other immigrant groups in Spain – Polish community.

 However, a new tendency appears. Every year more Polish immigrants decide to stay definitively: they legalize their status, they find permanent job or establish a small business. Some of them are even active in the Polish collectivity (in 2001 the third association of Polish immigrants in Spain was founded) – though at the same time they become well integrated to the Spanish society. Polish immigrants who finally settle in Spain are still a minority, but this new tendency is worthy of notice. On the other hand, a new sort of Polish temporary workers become visible – these are contract workers, employed foremost in agriculture.

 After all, the main professional activity of Polish immigrants is developed in the sector of constructions (men) and domestic service (women). Growing participation of women (from 22,4% in 1992 to approximately half of the Polish population in Spain in 1996) is another factor that draws attention. According to the same accessible data for 1996 (concerning Madrid) the most numerous age group (65,6%) was that of 20-39 years. In spite of Spanish opinions about high level of education of Polish immigrants, it gradually decreases – the newcomers represent lower degree of education in comparison with the „pioneers”. Another characteristic of Polish group in Spain is its spatial concentration – more than half of them live in Madrid and its surroundings.

 It was in Madrid and Alcalá de Henares where I interviewed Polish immigrants in 1998-1999, maintaining contacts with some of my respondents afterwards and bringing up to date the received information. Besides, my research is based on Spanish statistics, press articles and studies.

 


 

Nouvelle réalité d'un vieux problème social? L'immigration dans les marchés de travail locaux. Le cas de Huelva (Espagne)"

DOLORES REDONDO TORONJO, Université de Huelva (Espagne)

 

 

Le travail que nous présentons fait partie d’une recherche que nous avons réalisé à l’Université de Huelva sur l’impact de la main d’oeuvre étrangère dans les marchés de travail locaux spécialement dans les principales zones productrices de fraises et oranges de la province de Huelva (sud-ouest d’Espagne).

Notre objectif s’est basé sur l’analyse des arguments des entreprises (280 entreprises enquêtées) qui défendent le contrat d’origine comme la forme d’engagement la moins coûteuse socialement et de grand bénéfice pour le secteur. Nous voulions connaître si reéllement ces collectifs sont en train de déplacer la main d’oeuvre locale en premier lieu et si un collectif d’immigré (celui de femmes de pays de l’Est) est en train de déplacer à un autre collectif d’immigré (celui des hommes magrébins).

L’agriculture de la province de Huelva (sud-ouest de l’Espagne) a changé radicalement dans les vingt dernières années. La production de fraises et oranges représentent actuellement une des grandes richesses de la province. Le sud de la province a vu se développer ainsi une agriculture que beaucoup ont défini comme d’avant garde. “L’or rouge” a transformé des zones traditionnellemet d’émigration en zones de réception de grands contingents d’immigration ponctuels qui dans un premier temps etaient de travailleurs magrébins, et actuellement de travailleuses des pays de l’Est (Pologne, Roumanie et Bulgarie essentiellement). L’importance de cette agriculture est en train de provoquer un grand impact sur les marchés de travail locaux, car la spécificité et le volume de cette production agricole rend nécessaire l’existence d’une main d’oeuvre importante pendant les mois de février à juin. Ces changements sont non seulement économiques mais provoquent aussi de transformations sociales locales de grande envergure.

La coincidence dans le temps du receuil des fruits a donné lieu a des plaintes constantes des entreprises du secteur de manque de main d’oeuvre et le besoin de changer la forme d’engagement de cette main d’oeuvre, réclamant de manière constante la nécessité des contrats en origine et établissant ainsi une hiérarchie de préférences de travailleurs immigrés. Cette situation a permis donc l’apparition de discours qui paraissent justifier une situation d’exploitation et dans plusieurs cas d’exclusion sociale des travailleurs immigrés car cette hiérarchie s’établit sur deux axes: d’une part la priorité de travailleurs nationaux qui justifie de meilleurs salaires et conditions de travail comme un droit obtenu à travers la citoyenneté et une perception des savoirs et actitudes face au travail supérieurs; et d’autre part une préférence pour la main d’oeuvre féminine en remplacement de la masculine, l’argument principal étant une conflictivité moindre de femmes et plus grande conformité de conditions de travail précaires. Les groupes définis comme les plus conflictifs sont les groupes magrébins qui comptent avec une plus grande tradition dans le secteur agricole et donc avec une plus grande connaissance des accords et conditions de travail du marché de travail de notre pays.

Notre travail s’est donc basé sur l’étude des logiques et arguments qui sont exposés par les entreprises du secteur déclarant ouvertement le besoin d’engager par un contrat d’origine, des femmes provenant des pays de l’Est, ce qui implique un déplacement de la main d’oeuvre locale et un rejet de travailleurs masculins d’origine magrébins, transformant de manière importante les marchés de travail locaux.

 

 

Les Polonais à Bruxelles. L’émergence d’un nouveau type de communauté migrante

Elżbieta Kuźma, GERME - Université Libre de Bruxelles

 

 

La communication porte sur la question de la présence des citoyens polonais en Belgique et notamment à Bruxelles – lieu de concentration du plus grand nombre de personnes venues de Pologne.

Dans cette analyse il s’agit de Polonais qui sont arrivés ici dans les années 90 et qui continuent à arriver dans la capitale de l’Europe jusqu’à présent. Les premiers polonais sont arrivés en Belgique au moment même de la constitution de l’Etat belge en 1830. Depuis ce moment là, ils étaient toujours présents sur le sol belge, mais c'est durant ces dernières treize années que nous pouvons observer de grands changements quant à l’afflux migratoire originaire de Pologne. Ces changements concernent aussi bien le type de migration et sa durée dans le temps que le type socio - démographique et professionnel des immigrés.

Dans ma communication, je vais présenter brièvement l’histoire de la migration polonaise en Belgique. Un précis d’histoire est indispensable dans ma présentation afin de pouvoir montrer les traits qui différencient le milieu de l’ancienne migration polonaise de celui d’aujourd’hui. La partie centrale de mon exposé constituera la caractéristique de l’afflux récent des polonais en Belgique. Je vais donc décrire le type de l’actuelle migration polonaise, le rôle de la famille dans ce mouvement migratoire, les motifs migratoires, les occupations professionnelles des citoyens polonais et l’avenir de cette communauté migrante.

L’aspect théorique de ma recherche est basé sur la notion des réseaux sociaux et celle du transnationalisme. Toutes les deux théories jouent un rôle important dans les études sur les migrations contemporaines internationales. Toute ma présentation est basée sur l’analyse du matériel empirique rassemblé au cours de ma présence dans le milieu polonais à Bruxelles depuis 2002 jusqu’au maintenant. C'est l'une des premières études analysant la communauté polonaise s’implantant dans la capitale belge depuis treize dernières années donc il semble très intéressant de décrire ce milieu peu connu jusqu’à présent.

 


 

De l’ethnicité à l’immigration

Anna Krasteva, Nouvelle Université Bulgare, Centre for European Refugees, Migration and Ethnic studies - CERMES

 

Dans le célèbre calendrier de R. Dahredorf pour la transition démocratique il n’y a pas d’entrée pour l’ethnicité. Pour plusieurs autres auteurs elle est la clé explicative pour les sociétés balkaniques. La perspective critique et modérée de la communication s’intéresse aux conditions de l’émergence massive de cette problématique

Le papier se propose d’analyser la transition de l’ethnicité à l’immigration à trois niveaux différents :

·                     de la problématisation théorique ;

·                     des discours publics ;

·                     des représentations sociales.

Le papier est structuré en trois parties. La première analyse la « découverte » de l’ethnicité dans quatre perspectives - épistémologique, théorique, pragmatique et civique - en situant les études ethniques dans le cadre plus général des sciences sociales post-communistes.

La seconde introduit le passage de l’ethnicité à l’immigration et examine les cinq mythes du discours public.

La comparaison entre minorités et immigrés est l’objectif de la dernière et centrale partie du papier. Elle examine trois figures minoritaires et trois figures d’immigrés en se concentrant sur les représentations et les attitudes de la majorité à leur égard.


 

Bulgarian migration in Spain and the UK – skill compositions and character – how permanent, how temporary

Evgenia Markova, Université of Sussex, Sussex Centre for Migration Research

 

The paper will analyse Bulgarian migrant economic performance in the Spanish and the UK labour markets emphasizing on migrant skill characteristics and human capital accumulation prior to migration, and migrant employment patterns/legal status in the host country.

Survey data on 202 Bulgarian immigrants in Spain and a very small sample data on Bulgarian immigrants in the UK will be utilised for the analysis.

Migrant labour market performance and the degree of social integration will be examined as main predictors for migrant intended period of stay in the host country

 


 

Le gourbet ou la mobilité réinventée. Les migrations pendulaires de la population Bulgare.

Ralitza Soultanova, GERME - Université Libre de Bruxelles

 

 

Après un demi-siècle de quasi-sédentarité, la population bulgare recommence à circuler à partir de la fin de années quatre-vingt. Les mouvements migratoires de la fin du 20e siècle changent par rapport à la période communiste, non seulement par leur intensité nouvellement accrue mais aussi par une diversification considérable des formes migratoires. Aux migrations permanentes et en sens unique, de ceux qui étaient appelés pendant la période communiste les non-retournants, s’ajoutent des mouvements temporaires, de commerce de valises, de demandes d’asile, de migrations de personnel hautement qualifié, de mariages mixtes, de travail saisonnier ou temporaire, de trafic de femmes, etc. Les destinations, la durée des migrations et le statut légal des migrants prennent des formes inédites.

 

Ces nouveaux mouvements provoquent une attention accrue aussi bien dans les communautés d’origine et dans les pays de destination que dans le chef de la communauté scientifique. Ces migrations sont fréquemment présentées et étudiées en tant que phénomènes entièrement nouveaux et inédits, créant des liens inexistants dans le passé et transcendant les frontières des Etats nations.

 

En première approche de la question dans l’analyse du cas bulgare, ces multiples mouvements apparaissent comme nouvelles formes de migrations. Cependant, dans cette intervention, je tenterai de démontrer l’existence de parallèles et de liens forts entre un type particulier de ces mouvements contemporains et des formes migratoires existantes dans le passé. Il s’agira d’examiner les migrations pendulaires actuelles de Bulgares dans l’espace européen et de les comparer au gourbet – forme de migrations pendulaires saisonnières connues parmi la population bulgare au 19e et dans la première partie du 20e siècles, qui impliquent des mouvements au sein de l’Empire ottoman et, par la suite, en Europe centrale.

 

Ces deux périodes de migrations seront comparées sous les angles de l’organisation du travail, de la cyclicité et de l’existence dans la durée des mouvements, et des rôles des réseaux migratoires, etc.

 

L’hypothèse avancée dans cette présentation est que les migrations contemporaines constituent une prolongation et une redécouverte de mouvements précédemment existants. Elles sont régies par les mêmes principes, rythmes et modalité des mouvements. Les différences entre les deux types de mouvements sont liées avant tout aux évolutions socio-économiques des sociétés, aux mutations des moyens de communication et à la globalisation. Néanmoins, il s’agit des mêmes mouvements auxquels des éléments nouveaux sont venus s’ajouter.

 


 

Migration histories and future migratory plans of highly qualified and the undocumented Eastern European Immigrants in Brussels

Mila Paspalanova, Katholieke Universiteit Brussel, Katholieke Universiteit Leuven

  

The current presentation aims at elucidating one side of the phenomenon of Eastern European migrations e.g. offering an account of the migration history and the future migration intentions of two groups of EEI in Brussels: the qualified immigrants and the undocumented immigrants.

The paper proceeds by firstly presenting a brief review of the history and the types of the East-West migrations and also of the major trends of the Eastern European migrations towards countries other then the EU member states. The overview of these movements will be exemplified in more detail by focusing on two country specific cases: the Polish and the Bulgarian migrations. The issue of the migrations originated from the East will be also related to the problem of lack of systematic and reliable record of those population movements and to the particular situation of research in Brussels and in Belgium.

The second part of the presentation will concentrate on data collection practices and techniques for identifying EEI in a way that will allow for a maximum generalizability of the results obtained from conducting research on both documented and undocumented immigrants in Brussels.

In the final section of the paper we will focus on the preliminary results on “future migratory plans” of the two immigrants groups and some differences in the motivation for further migration or permanent settlement will be discussed.

 

 

 

dernière mise à jour 27/01/06

webmaster