fermerclose

Pierre-Théodore Verhaegen et l'ULB

Pierre-Théodore Verhaegen est né à Bruxelles le 5 septembre 1796. Avocat près de la cour d'appel de Bruxelles, il est bourgmestre de Watermael-Boitsfort, et enseignera le droit au sein de l'Université libre de Bruxelles, dont il sera le premier président du conseil d'administration.

L'État belge naît en 1831. Trois universités d'état existent alors dans le pays: Gand, Liège et Louvain. Bruxelles, bien que capitale, est dépourvue d'enseignement universitaire. Lorsque l'épiscopat décide en 1834 de fonder une université catholique à Malines, siège de l'archevêché, la réaction du monde libéral belge est immédiate.

C'est Pierre-Théodore Verhaegen, avocat et franc-maçon, qui donne l'impulsion nécessaire à la création de l'Université libre de Belgique - qui deviendra en 1842 "de Bruxelles"- pour faire contrepoids à l'université dite catholique et ainsi "combattre l'intolérance et les préjugés".
Soutenue par les loges maçonniques, subsidiée par la Ville de Bruxelles et par la Province de Brabant, l'ULB a pour objectif de former des élites indépendantes du pouvoir de l'Église. Profondément anticléricale, l'institution n'est pourtant ni anticatholique, ni areligieuse. C'est le cas de Pierre-Théodore Verhaegen, qui affirme: "L'homme ne peut être digne des fonctions que Dieu lui a confiées dans la nature que par le libre développement de la pensée. La pensée, c'est son domaine, élément, sa vie."

fermer la fenêtre

Le 20 novembre, c'est la fête à Théodore!

L'ULB fête sa naissance et célèbre son fondateur Pierre-Théodore Verhaegen.

Au programme de la journée:

  • 8h: Café et croissants - Usquare, Rue Fritz Toussaint 8, 1050 Ixelles

  • 8h30: Départ des autocars

  • 9h: Dépôt de fleurs au Tir National (Poteau des fusillés), rue Colonel Bourg – 1030 Bruxelles
    Dépôt de fleurs au cimetière de Bruxelles sur la tombe de Théodore Verhaegen et sur la tombe de Frans Kufferath – 1140 Bruxelles

  • 11h: Dépôt de fleurs au monument Groupe G et au monument en hommage aux victimes de la barbarie, Campus Solbosch – Square Groupe G – 1050 Bxl
    Dépôt de fleurs aux monuments Théodore Verhaegen et Francisco Ferrer

  • 11h45: Départ des autocars vers l’Hôtel de Ville

  • 12h30: Séance commune ULB - VUB dans la Salle gothique de l’Hôtel de Ville, à l'invitation de Monsieur Philippe Close, Bourgmestre de la Ville de Bruxelles

  • 13h30: Verre de l’amitié dans la Salle des Milices de l’Hôtel de Ville

  • Dès midi, les étudiants de l’Association des Cercles étudiants de l’ULB et de la Brussels Studenten Genootschap de la VUB se rassembleront également sur la Place du Grand Sablon

  • À 17h, le cortège piéton parcourra la distance séparant le Sablon de la Place de la Bourse aux sons des fanfares estudiantines.

  • Cette journée permet à la Communauté universitaire de témoigner de sa fidélité à l’esprit des fondateurs de notre Université et de sa reconnaissance à ceux qui l’ont servie au travers des difficultés de son histoire

Librex bafoué, universités engagées? Recht staan in plaats van ondergaan.

Le thème retenu par les cercles de l'Association des Cercles étudiants de l’ULB (ACE) et de la Brussels Studenten Genootschap (BSG) s’exprime par la phrase « Librex bafoué, universités engagées ? Recht staan in plaats van ondergaan ». Il souligne l’importance de l’idée de désobéissance civile. Cette année nous fêtons deux anniversaires, le premier, les 130 ans de l'appellation Saint Verhaegen et le second, le cinquantenaire de Mai 68. Tous deux ont pour point commun la contestation estudiantine.
Le terme St-V apparaît en 1888. La première St-V a lieu car les étudiants n’étaient pas d’accord avec l’autorité mise en place, qu’ils jugeaient anti-démocratiques. 200 personnes furent présentes. En 1890, « Nous sommes la jeunesse, espoir de la cité », chant officiel de l’ULB écrit par Wittmeur, devenu professeur, est alors remplacé par le chant du « Semeur », de George Garnir à la demande des étudiants, en raison des conflits qui les opposaient à Wittmeur et aux autorités académiques.
En Mai 68, les étudiants se soulèvent une fois de plus contre l’autorité de l’ULB. S’ensuivent des mouvements de protestations et d’occupations dans différents bâtiments, notamment le Janson et la Salle des Marbres. Mais plus important encore, la scission linguistique de l’ULB. Suivie par la création de la VUB car les étudiants néerlandophones n’étaient pas représentés à juste titre au sein de l’université. L’autorité étant représentée à l'époque par des mastodontes, des patriarches qui prenaient leurs décisions sans consulter les étudiants, ni les assistants.
50 ans plus tard, où en sommes-nous ? Qu’est-ce qui a changé ? Les étudiants sont-ils toujours prêts à se lever comme auparavant ? Les universités sont-elles vraiment engagées pour leurs étudiants comme elles le laissent entendre ? En scindant l’université de l’ULB en deux, les autorités étaient supposées se rapprocher de leurs étudiants, n’est-on pas au contraire en train de (re)creuser un fossé ? Des enjeux marquants pour nos universités sont en train de se jouer en ce moment, ne sommes-nous pas que trop peu impliqués ?

Ce lundi 12 novembre, l’Association des Cercles Etudiants (ACE) de l’Université Libre de Bruxelles organisera une quête sociale dans les rues de Bruxelles au profit de l’asbl L’ÎLÔT.

Chaque année, les délégués au poste « Social » des 30 cercles folkloriques - qu’ils soient baptismaux, de section facultaire ou encore régionaux - s’accordent sur une association pour laquelle ils récolteront des fonds. Cela passe par l’organisation d’événements à but caritatif, mais aussi par une quête sociale qui a lieu chaque année lors de la semaine précédant la Saint-Verhaegen. L’année dernière, plus de 1850 euros avaient été récoltés pour BXLREFUGEES.

L’asbl choisie cette année est L’ÎLOT, avec comme objectif premier de « sortir du sans-abrisme ». L’ÎLOT a pour mission de répondre aux besoins rencontrés par les personnes sans abri en organisant une offre de services de première nécessité (accueil de jour), d’accueil et d’hébergement temporaire, de création et de captation de solutions de logement, ainsi que de guidance à domicile pour les personnes récemment relogées. L’ÎLOT veut promouvoir la justice sociale et vise le développement d’une société solidaire mue par l’engagement de l’ensemble de ses citoyens.

Les étudiants des cercles de l’ACE seront présents dans les rues de Bruxelles ce lundi 12 novembre afin d’aider l’ÎLOT dans sa lutte contre le sans-abrisme et à la mise en place de solutions dignes et durables. Nous avons pour objectif de dépasser les 2000 euros de dons."

St-V, Saint Verhaegen, Théo pour les intimes... Besoin d'infos sur Pierre-Théodore Verhaegen?... Ou envie d'être incollable sur l'historique de la fête de la Saint-V?pdf