WELBIO

Créé à l'initiative de la Wallonie, le WELBIO a pour mission de soutenir la recherche fondamentale d'excellence, dans les domaines des sciences du vivant et de promouvoir la valorisation des résultats scientifiques en applications biotechnologiques médicales, pharmaceutiques et vétérinaires.

Le WELBIO soutient huit projets de recherche à l'ULB:

Lauréats appel 2013

Stratégies vaccinales

Un certain type de globules blancs, les lymphocytes T cytotoxiques, joue un rôle essentiel dans la défense immunitaire. En effet, lors d'une infection, ces lymphocytes se multiplient rapidement et détruisent les cellules infectées. Après cette phase, une petite fraction de ces cellules subsiste dans l'organisme, jouant un rôle de "mémoire" et lui permettant de réagir plus rapidement et efficacement lors d'une nouvelle infection. Ces cellules "mémoires" sont également à la base de la vaccination préventive.

Ce projet consiste à étudier les mécanismes moléculaires responsables de l'établissement et la persistance de ces cellules "mémoires". Ces recherches ont un impact direct sur le développement de nouvelles stratégies vaccinales, par exemple contre la tuberculose ou le virus du SIDA.

Responsable: Stanislas Goriely, IMI, Faculté de Médecine

Mucovisidose

La mucovisidose est la maladie génétique mortelle la plus fréquente dans nos pays. Il n'existe aujourd'hui pas de traitement autre que le soulagement des symptômes pulmonaires dont souffrent les patients.

La cause génétique de la maladie est pourtant connue depuis près de 25 ans et consiste en mutations dans le gène codant pour la protéine CFTR. Une meilleure connaissance du fonctionnement de cette protéine, impliquée dans le transport des ions chlorure au niveau des bronches, nous ouvrirait de nouvelles voies thérapeutiques. Le but de ce projet est de déterminer l'architecture atomique de CFTR afin de comprendre son fonctionnement à l'échelle moléculaire. Le projet se base notamment sur une technologie belge, les nanobodies, qui a déjà permis de résoudre des structures d'autres protéines.

Responsable: Cédric Govaerts, Structure et Fonction des membranes biologiques, Faculté des Sciences

Développement tumoral

Dans la progression du cancer, le système immunitaire et les cellules non tumorales de l'hôte jouent un rôle important. En particulier, différentes populations de globules blancs (leucocytes), médiateurs du système immunitaire, peuvent contribuer à l'élimination mais aussi à la survie et à la propagation des cellules tumorales.

Dans ce projet, les chercheurs étudient des molécules qui contrôlent le trafic des populations de leucocytes, et leur influence sur le développement tumoral dans des modèles de cancer chez la souris. L'objectif est d'évaluer dans quelle mesure les récepteurs de ces molécules pourront être utilisés comme cibles thérapeutiques dans le cadre de tumeurs humaines.

Responsable: Marc Parmentier, IRIBHM, Faculté de Médecine

Lauréats appel 2011

Cortex cérébral

Le cortex cérébral est la structure la plus complexe de notre cerveau. Siège de la plupart des fonctions cérébrales supérieures, il est aussi la cible de nombreuses maladies neurologiques. Dans ce projet, les chercheurs étudient les mécanismes du développement du cortex cérébral et de ses maladies, grâce aux nouvelles technologies de cellules souches pluripotentes développées au sein du laboratoire.

Les chercheurs ont fixé trois objectifs: l'identification de nouveaux gènes impliqués dans le développement cortical; l'utilisation de cellules nerveuses corticales générées au laboratoire dans un modèle expérimental de thérapie cellulaire de maladie du cortex cérébral; la génération et l'étude de modèles cellulaires de maladies neurologiques humaines.

Responsable: Pierre Vanderhaeghen, IRIBHM, Faculté de Médecine.

Cellules souches et cancer de la peau

Ce laboratoire a identifié les cellules à l'origine des carcimones basocellulaires et spinocellulaires, les deux cancers de la peau les plus fréquents chez l'homme. Ces cellules souches tumorales ont été identifiées grâce à des modèles génétiques chez la souris.

Leur projet consiste à étudier le rôle de ces cellules souches dans l'initiation, la croissance et la récidive tumorale après traitement. Grâce à l'étude des gènes exprimés par ces cellules souches cancéreuses, les chercheurs ont identifié de nouveaux marqueurs exprimés par celles-ci. Ils vont ensuite définir le rôle de ces marqueurs dans la régulation des cellules souches cancéreuses et la progression maligne. Ils détermineront également dans quelle mesure ces nouveaux marqueurs peuvent être utilisés comme facteurs pronostics et/ou comme cibles pour le développement de nouvelles thérapies des cancers épithéliaux chez l'homme.

Responsable: Cédric Blanpain, IRIBHM, Faculté de médecine.

Divisions cellulaires normales et cancéreuses

Les cancers résultent en partie d'anomalies du contrôle de la prolifération des cellules. Les différentes étapes du cycle de division des cellules sont orchestrées par une famille de kinases dépendantes de cyclines (CDK). Ce projet vise à comprendre de nouveaux mécanismes de régulation de CDK4 et CDK6 qui sont décisives dans l'enclenchement du cycle de division des cellules normales et cancéreuses.

Les résultats de cette recherche devraient permettre d'identifier des cibles pharmacologiques, de comprendre les mécanismes de résistance aux thérapies anti-CDKs en cours d'études cliniques, et d'améliorer la spécificité des traitements et donc réduire leurs effets secondaires.

Responsable: Pierre Roger, IRIBHM, Faculté de Médecine.

Cancers thyroïdiens

Les cancers thyroïdiens comportent plusieurs types bien définis, présentant différentes histologies et caractérisés par des taux de prolifération et d'agressivité biologique variables.

Ce projet vise à caractériser sur le plan moléculaire, la physiopathologie et la progression de ces différents types de cancers. A cet effet, les chercheurs vont intégrer les données de deux méthodologies à haut débit et complémentaires: les profils d'expression génique obtenus avec des puces à ADN et le séquençage du transcriptome. Cette caractérisation moléculaire permettra de définir de nouveaux marqueurs moléculaires pour le diagnostic, le pronostic d'évolution de la maladie, la réponse au traitement et d'identifier des approches thérapeutiques individualisées.

Responsable: Carine Maenhaut, IRIBHM, Faculté de Médecine.

Insuffisance rénale et maladie du sommeil

Le projet vise à étudier les fonctions cellulaires ainsi que le potentiel médical, d'une famille de protéines appelées apolipoprotéines L. Deux types de perspectives sont envisagés. D'une part, les chercheurs comptent analyser les processus biologiques contrôlés par les apolipoprotéines L en focalisant particulièrement leur attention sur le rôle de l'apolipoprotéine L1 dans la fonction rénale. Cette étude pourrait s'avérer utile dans le cadre du traitement de l'insuffisance rénale terminale.

D'autre part, l'équipe a généré des mutants de l'apolipoprotéine L1 qui sont capables de tuer efficacement les pathogènes Trypanosoma gambiense et T. rhodesiense, responsables de la maladie du sommeil chez l'homme et du nagana chez le bétail. Les chercheurs proposent d'étudier le potentiel d'application de cette percée tant pour comprendre comment T. gambiense résiste au sérum humain que pour lutter contre les maladies humaines et animales causées par ces parasites.

Responsable: Etienne Pays, Laboratoire de Parasitologie moléculaire, IBMM, Faculté des Sciences.