Partenariats Public-Privé, PPP

Les Partenariats Public-Privé ou PPP consistent en une collaboration privilégiée de deux ans entre des équipes de recherche universitaires et des partenaires industriels et avec le soutien par la Wallonie, dans le but de favoriser le développement et l'exploitation d'innovations scientifiques. Quatre PPP sont menés actuellement à l'ULB:

EMULVAC et SAPOVAC

Les projets EMULVAC et SAPOVAC sont focalisés sur l'étude et la compréhension du mécanisme d'action des adjuvants vaccinaux. EMULVAC se concentre sur les "émulsions vaccinales" telles qu'utilisées dans les vaccins saisonniers de la grippe, tandis que SAPOVAC concerne les saponines, utilisées notamment dans le candidat-vaccin contre la malaria. Ces deux types d'adjuvants sont déjà utilisés par GSK-Biologicals, parrain des deux programmes, mais leur mécanisme d'action reste encore flou. Les chercheurs tentent donc de comprendre quelles sont les voies moléculaires activées par ces adjuvants et responsables de l'effet stimulant sur les cellules de l'immunité innée. Une compréhension qui pourrait par exemple permettre d'améliorer les stratégies vaccinales actuelles en termes d'efficacité et de réactogénicité.

Responsable: Stanislas Goriely, IMI, Faculté de Médecine

TREGCD70

Le projet TREGCD70 est la continuation du programme d'excellence CIBLES, achevé en décembre 2012. Au cours de ce programme, les chercheurs ont découvert que certains lymphocytes T régulateurs parvenaient à contrôler la réponse immunitaire inflammatoire en diminuant l'expression de la molécule CD70 à la surface des cellules dendritiques, les sentinelles de notre immunité. Cette diminution corrèle avec un transfert du récepteur CD27 correspondant à la surface des mêmes cellules. Le but du PPP, sponsorisé par GSK-Biologicals, déjà parrain du programme CIBLES, est de comprendre ce processus et de l'utiliser pour pouvoir contrôler les réactions immunitaires, en particulier dans le cas du diabète auto-immun.

Responsable: Muriel Moser, IBMM, Faculté des Sciences

OSCIRC

Le projet OSCIRC se penche sur les ostéoblastes circulants, des précurseurs des os se trouvant dans le sang. En cas de fracture, ils ont la propriété de reconnaitre et de se diriger vers l'os lésé avant de s'y fixer. Le but de ce PPP est donc de comprendre ce qui pousse les ostéoblastes à passer dans le sang et ce qui les guide vers ces sites de fracture. Avec, en ligne de fond, la possibilité de développer des thérapies cellulaires par voie intraveineuse pour corriger des maladies osseuses comme l'ostéoporose, l'ostéonécrose ou la pseudarthrose. Un potentiel intéressant pour Bone Therapeutics, parrain de ce PPP, déjà impliqué dans le développement de produits de thérapie cellulaire contre ces maladies.

Responsable: Valérie Gangji, Service de Rhumatologie et Médecine physique, Faculté de Médecine