Belgian Research Action through Interdisciplinary Networks (BRAIN-be)

Financé par le gouvernement fédéral à hauteur de 18 millions d'euros par an, BRAIN-be est un programme-cadre pour la recherche visant notamment à mettre en adéquation le potentiel de recherche et les besoins sociétaux et à soutenir le potentiel scientifique des Etablissements scientifiques fédéraux. Ce programme pluriannuel est organisé en 6 axes de recherche: écosystèmes et biodiversité; géosystèmes et climat; patrimoine culturel, historique et scientifique; stratégies publiques fédérales; grands défis sociétaux et gestion des collections. BRAIN-be soutient des projets en réseau de quatre ou deux ans et des projets pionniers de maximum deux ans.


Voici les projets de recherche soutenus par le programme BRAIN-be et menés à l'ULB:

Lauréats Appel 2017

BAMM!

L’amélioration continue des techniques d’analyses permettent des examens de plus précis d’échantillon, sur de plus petites quantités. Le projet BAMM (Belgian Antarctic Meteorites and Micrometeorites to document solar system) propose d’étudier deux populations d’échantillons antarctiques: tout d’abord, des micrométéorités récoltées dans les montagnes Sor Rondane et, ensuite, des météorites collectées sur le champ de glace bleue de Nansen (Antarctique de l’Est).

L’étude détaillée des micrométéorites ainsi que de leur texture ignée permettra de mieux définir leur provenance : certaines d’entre elles proviennent en effet d’astéroïdes qui n’ont encore jamais été échantillonnés via les météorites. Egalement, les différences entre les micrométéorites non-fondues et complètement fondues seront investiguées, afin de mieux comprendre les premières étapes de la ségrégation métal-silicate. Concernant les météorites, le projet BAMM s’attardera sur les anomalies nucléosynthétiques retrouvées dans certains types de météorites : les chercheurs tenteront d’identifier, par mesure in-situ, les phases minérales qui les contiennent et comment elles peuvent être détruites par métamorphisme dans les astéroïdes.

Ce projet est mené par l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, en partenariat avec la VUB et l’ULB (Vinciane Debaille, Service G-Time).

CHASE

L'Antarctique est considérée comme la région la mieux préservée sur Terre des émissions anthropiques. Cependant, l'impact des particules et des polluants d'origine anthropique pourrait se révéler plus important que prévu et jouer un rôle majeur dans les changements climatiques actuels et futurs. Il est donc indispensable de documenter minutieusement les compositions chimiques et les voies de transport atmosphérique actuelles des particules et des composés organiques volatils (COV), de la source jusqu’aux dépôts en Antarctique.

Grâce à plusieurs campagnes d’échantillonnage qui se dérouleront en Antarctique (à proximité de la station Princesse Élisabeth), ce projet fournira une unique base de données physico-chimiques détaillées des particules atmosphériques en suspension et déposées dans la neige de surface ainsi que des COV, et étudiera en détail leurs voies de transport aériennes dans la région de Dronning Maud, en Antarctique oriental. Cette recherche permettra ainsi d'interpréter les données climatiques extraites des carottes de glace et le dépôt de nutriments minéraux, mais aussi de mieux identifier les micropolluants organiques dans les régions polaires et leurs interactions potentielles avec les activités humaines.

Coordonné par l'Institut Royal Météorologique de Belgique, le projet associe l'ULB - N. Mattielli (Laboratoire G-Time) -, la VUB et l'Université de Gand.

DIABASE

Lors de deux campagnes de collecte de météorites sur le champ de glace bleue de Nansen (à l’Est de l’Antarctique), des moraines terrestres ont été identifiées. Les moraines sont des amas de roches transportées par la glace et qui s’entassent à la fin de glacier. Elles sont représentatives de formations géologiques normalement recouvertes de plusieurs kilomètres de glace.

Le projet DIABASE (Disclosing the Antarctic basement by sampling ice field moraines) propose d’étudier en détail les échantillons terrestres retrouvés dans ces moraines, notamment via l’étude de zircons détritiques. Ces minéraux enregistrent l’âge de leur cristallisation ainsi que les conditions géochimiques dans lesquelles ils se sont formés, permettant ainsi d’étudier indirectement la base rocheuse du continent antarctique qui est inaccessible.

Ce projet est coordonné par Vinciane Debaille (Service G-Time, ULB) en collaboration avec l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique et la VUB.

FAR

L’objectif central du projet ‘FAR’ est de proposer une analyse systématique et diversifiée des processus menant au terrorisme et à la radicalisation violente en Belgique.

Le premier axe de recherche vise à décrire les différentes initiatives prises par les autorités publiques pour prévenir et sanctionner les actes qualifiés de radicalisation violente. Le deuxième axe de recherche – dont l’ULB a la charge – consiste en une enquête auprès d’un échantillon représentatif de la population belge afin de cartographier les attitudes des citoyens quant à l’usage de la violence par des groupes radicaux, mais aussi par les autorités publiques pour faire face à ces groupes. Enfin, le troisième axe de recherche examinera, au niveau microsociologique, les caractéristiques individuelles, les parcours de vie et/ou les épisodes pénaux des individus identifiés comme ‘radicalisés’ par les autorités publiques belges.

Ces recherches permettront de formuler des recommandations sur des initiatives de politiques publiques qui permettraient d’améliorer le climat social en Belgique autour des questions de radicalisation violente, et qui pourraient contribuer à prévenir ce phénomène.

Le projet repose sera mené en collaboration par l’ULB (Jean-Benoit Pilet, Corinne Torrekens et Marco Ognibene), coordinateur du projet, la KU Leuven et l’INCC.

IM²MEDIATE

Les gouvernements et les médias sont de plus en plus préoccupés par les arrivées de réfugiés venus chercher l’asile en l’Europe occidentale. L’opinion publique est divisée (si pas négative) et généralement peu ou mal informée. Par ailleurs, Les politiques d’intégration ne semblent pas répondre de manière efficace aux besoins.

Ce projet a donc pour objectif d’examiner les interactions dynamiques entre, d’une part, les représentations médiatiques des migrations (avec un focus sur la situation des réfugiés) et, d’autre part, les (ré)actions gouvernementales et sociales, à travers quatre perspectives complémentaires: l’analyse de contenus médiatiques et de la culture journalistique, l’étude des réactions du grand public, l’étude des facteurs incitatifs et dissuasifs à la migration, depuis la perspective des réfugiés, et enfin l’analyse des politiques et (ré)actions au sein des gouvernements nationaux. In fine, cette recherche permettra de formuler des recommandations pour encourager une meilleure politique d’accompagnement et de soutien, tout en diminuant le sentiment anti-immigration et anti-réfugié.

Coordonné par l’Institute for Media Studies de la KU Leuven, le projet rassemble l’ULB - ReSIC - F. Heinderyckx-, plusieurs centres de recherche de la KU Leuven, l’UCL, l’Université de Halmstad et la VUB.

IMMIGBEL

La Belgique est devenue une société d’immigrants: les primo-arrivants contribuent pour plus de 15% de la force de travail belge et pour plus de 50% de la croissance de la population active. Cependant, la situation de ces migrants laisse à désirer en Belgique: l’écart entre le taux d’emploi des migrants et des natifs ainsi que le taux de pauvreté des primo-arrivants sont les plus élevés parmi l’Europe des 15.

Le projet de recherché IMMIGBEL (Improving the Labour Market Position of People with a Migration background in Belgium) a pour but de comprendre les causes cachées derrière le taux d’emploi des personnes issues de l’immigration. Les chercheurs utiliseront de grandes bases de données longitudinales (provenant de sources administratives ou d’enquêtes) pour déterminer les trajectoires de ces personnes. Ils analyseront l’impact de différents facteurs comme l’origine, l’historique migratoire, le genre, l’âge et les caractéristiques du ménage. Le projet comprend également un focus sur l’écart de rémunération entre hommes et femmes, et les opportunités pour les femmes issues de l’immigration sur le marché du travail. Enfin, le projet se penchera sur l’intégration dans le marché du travail des primo-arrivants, et particulièrement sur le rôle de la demande (firmes et employeurs).

Le projet est mené par l’Université d’Anvers, en collaboration avec l’ULB (François Rycx, Centre Emile Bernheim & DULBEA, Solvay Brussels School of Economics and Management)

IMPRESS

Le projet "IMPRESS: Au-delà du conflit idéologique: religion et libre-pensée dans la presse médicale belge" poursuit deux objectifs principaux: d’une part, mettre en évidence le potentiel scientifique de l’héritage médical du 19e siècle et, d’autre part, stimuler de futures recherches (numériques).

Premièrement, les chercheurs s’attèleront à numériser un corpus de trois revues médicales belges importantes, parues entre 1840 et 1914 (Bulletin de l’Académie Royale de Médecine de Belgique; Journal de Médecine, de Chirurgie et de Pharmacologie; Journal des Sciences Médicales de Louvain). Cette opération vise à offrir une étude de cas, qui peut fonctionner comme modèle méthodologique dans la numérisation et l’analyse numérique de textes scientifiques historiques.

Deuxièmement, une étude doctorale interdisciplinaire sur ces revues se concentrera sur le conflit idéologique à l’œuvre dans la médecine du 19e siècle et examinera en particulier le rôle qu’y jouent la religion et la libre-pensée. En combinant les concepts et les approches de l’histoire de la médecine, de l’histoire religieuse et des idées politiques, ainsi que de la linguistique, les chercheurs analyseront les textes grâce aux méthodes du traitement automatique lexicographique.

MASS2ANT

Le climat des hautes latitudes de l'hémisphère Sud a considérablement changé au cours des dernières décennies, mais l'origine et la pertinence à long terme de ces changements ne sont pas bien comprises, notamment à cause d'un manque de données. Afin de progresser dans notre compréhension de ces dynamiques, ce projet propose d'étudier la variabilité du bilan de masse en surface (accumulation nette de neige en surface) dans la région de la côte de Princess Ragnhild (Antarctique), à différentes échelles spatiales et temporelles.

Grâce à une approche combinée d'observations et de modélisation, la recherche déterminera, entre autres, si les changements sont le résultat de l’Homme et/ou s’ils sont liés à la variabilité naturelle de la circulation océanique et atmosphérique. Le projet permettra également de mieux comprendre la dynamique climatique mondiale et d'améliorer les projections futures pour l'Antarctique et son impact sur le niveau des mers, ce qui permettra d'affiner les évaluations disponibles pour les décideurs politiques.

Coordonné par l'UCL, ce projet associe l'ULB – J-L. Tison (Laboratoire de Glaciologie) –, l'Institut Royal Météorologique de Belgique, l'Université du Colorado et l'Université de Technologie de Delft. Le projet sera mené à proximité de la base polaire Antarctique belge Princesse Elisabeth.

MIGRADAPT

Face aux changements environnementaux, quitter son pays et migrer vers un autre est une réponse de plus en plus importante. Pourtant, peu d’études se penchent sur cette forme d’adaptation et aucune n’étudie le cas des migrations en Belgique.

Le projet MIGRADAPT (“Making Migration Work for Adaptation to Environmental Changes. A Belgian Appraisal”) se focalise sur le rôle de l’environnement comme motif sous-jacent de migration. Les chercheurs se concentrent sur les migrations récentes en provenance du Maroc, du Sénégal et de la République Démocratique du Congo, RDC. Ils vont tenter de comprendre comment les migrants issus de zones vulnérables aux changements climatiques perçoivent les perturbations environnementales de leur pays d’origine et comment celles-ci ont influencé leur trajet de migration. Le projet étudie également la manière dont les migrations internationales, notamment vers la Belgique, peuvent soutenir l’adaptation et la résilience des communautés d’origine au Maroc, au Sénégal et en RDC, notamment par des transferts d’argent et de savoirs, ainsi que via des initiatives de solidarité et différents types d’investissements.

MIGRADAPT associe des équipes de l’ULB – Edwin Zaccai et Samuel Lietaer (Centre d'Etudes du Développement durable, IGEAT, Faculté des Sciences) –, de l’ULg, de l’Université d’Anvers et du Musée Royal d’Afrique Centrale.

NEANDERTHAL-3D

Le projet "NEANDERTHAL-3D" a pour but de mettre en évidence l’héritage scientifique et culturel belge, ainsi que les dernières avancées de recherché, dans le domaine de la Paléoanthropologie. Ce projet va évaluer la manière de rendre accessible la collection digitale existante de plus de 300 spécimens humains et de Neandertal, actuellement hébergée à l’Institut royal des Sciences Naturelles de Belgique. Le projet concernera aussi la présentation du Spy II Neandertal, un des squelettes reconstitués découverts dans la grotte de Spy et l’un des squelettes de l’homme de Neandertal les plus complets.

Le rôle du Laboratoire d’Anatomie, Biomécanique et Organogénèse (LABO, Faculté de Médecine) dans ce projet est d’améliorer les modèles et données digitaux. Les chercheurs vont développer de nouvelles méthodes pour mieux représenter le comportement musculaire dans le travail de modélisation. L’amélioration du logiciel du laboratoire, IhpFusionBox, permettra de prendre des mesures plus facilement et d’améliorer l’analyse biomécanique et la comparaison morphologique entre différents spécimens.

NEANDERTHAL-3D est coordonné par Serge Van Sint Jan (Laboratoire d’Anatomie, Biomécanique et Organogénèse, Faculté de Médecine, ULB) et inclut l’Institut royal des Sciences Naturelles de Belgique, la VUB et l’Association pour la Diffusion de l’Information Archéologique.

OCTAVE

Les composés organiques volatiles oxygénés (COVOs), comme le méthanol ou le formaldéhyde, ont un impact significatif sur la chimie de l’atmosphère et sur le climat. Cependant, le bilan de ces composés est difficile à établir, en particulier dans les régions tropicales et océaniques, en raison du manque d’observations et des connaissances lacunaires de leurs sources et puits.

Le projet, qui combine mesures in situ, données satellites et modélisation de la chimie atmosphérique, vise à mieux comprendre le rôle des COVOs dans ces régions et à quantifier leur impact sur la capacité oxydante de l’atmosphère et sur les gaz liés au climat. Dans ce cadre, l’ULB traite les données satellites et analyse les variations spatiales et temporelles dans les concentrations de différents COVOs, grâce aux données recueillies ces 10 dernières années par le sondeur IASI, à bord des satellites météorologiques européens MetOp.

Coordonné par l’Institut royal d’Aéronomie Spatial de Belgique (BIRA-IASB), ce projet associe des équipes de l'ULB - Service de Chimie quantique et de Photophysique, P-F. Coheur -, de l’Université de La Réunion (CNRS-LACy) et du Laboratoire de Météorologie Physique (LaMP).

PAStECA

La conversion des espaces naturels en paysages dominés par l'homme s’est considérablement accélérée au cours des dernières décennies. Cette transformation de l’environnement peut avoir des répercussions, par exemple, sur la biodiversité, les rétroactions Terre-climat, la dégradation des sols et des paysages, et les services écosystémiques. L'analyse des processus de changements d’occupation et d’utilisation du sol (LULC) est donc crucial en vue de la pérennisation des stratégies de développement, la gestion des écosystèmes et l’aménagement du territoire, en particulier dans les pays en développement où les changements du LULC sont très rapides. Cependant, certaines régions ne disposent pas d’études de base. Grâce aux photographies aériennes et aux autres archives du Musée royal de l'Afrique Centrale ainsi qu’aux cartes et analyses qui en seront dérivées, le projet pourra analyser les changements environnementaux et l’évolution du LULC d’une zone d’Afrique Centrale.

Coordonné par le Musée Royal de l'Afrique Centrale, le projet réunit l'ULB - IGEAT, E. Wolff - et la KU Leuven.

PUMOMIG

Le contexte migratoire actuel et les difficultés politiques pour y faire face ont entraîné une polarisation accrue de l’opinion publique concernant les questions de l’asile et des réfugiés. Le projet PUMOMIG a pour but d’analyser cette polarisation et le lien avec les mesures politiques, afin de mieux comprendre le débat actuel autour de la migration en Europe et en Belgique.

Le projet poursuivra deux objectifs, dans une perspective de comparaison européenne et avec un focus spécifique sur la Belgique. Premièrement, les chercheurs étudieront l’opinion publique concernant les demandeurs d’asiles et les réfugiés, mais aussi comment ceux-ci perçoivent la Belgique, son système d’asile et les politiques d’accueil. Le deuxième objectif est d’analyser la polarisation de l’opinion publique en se focalisant sur les actions ‘pro’ et ‘anti’ réfugiés au niveau local. L’attention sera portée sur les attitudes, les représentations, des discours et les pratiques concernant les réfugiés, ainsi que les interactions entre la population locale et les migrants accueillis.

Cette étude permettra de mieux comprendre les liens entre l’opinion publique et la mise en œuvre des politiques d’asile et d’accueil. Ce projet réunit des équipes de recherche de trois universités belges : ULB : A. Rea, M. Gagliolo ; KULeuven : B. Meuleman, J. Wets, P. De Cuyper, A. Hondeghem ; ULiège : M. Martiniello)

UGESCO

La plupart des collections numériques des Établissements scientifiques fédéraux (ESF) connaissent des problèmes de métadonnées qui affectent l’exploration, l’interprétation et l’exploitation de leur contenu. Le projet multidisciplinaire UGESCO (Upscaling the Geo-temporal Enrichment, exploration and exploitation of Scientific Collections) a pour objectif de travailler plus particulièrement sur la problématique des métadonnées spatio-temporelles - par exemple la date et le lieu exacts d’une photographie. À cette fin, les partenaires du projet s’emploient à développer des outils d’extraction et d’enrichissement de ces (méta)données géotemporelles. Ils examinent également l’apport éventuel du crowdsourcing comme outil de validation et d’amélioration de ces métadonnées. Une interface web permettra enfin aux utilisateurs de visualiser les résultats dans l’espace et le temps.

Partenaires: Seth van Hooland - ReSIC, Faculté de Lettres, Traduction et Communication ULB, UGent (départements ELIS et CARTOGIS), KULeuven (ITEC), Archives générales du royaume (CegeSoma).


Lauréats 3e appel - 2014

GRESP-HEALTH

Vivre à proximité d'espaces verts et bleus est souvent associé à une meilleure santé. La proximité d'espaces verts et bleus serait-elle uniquement positive pour la santé? Ce projet a pour objectif d'évaluer les associations entre la vie à proximité d'un espace vert - parcs, jardins - ou une zone bleue - lac, rivière - sur la morbidité et la santé en Belgique. La multiplicité des formes, la répartition des espaces verts et bleus y incluant des aspects tels l'accessibilité, seront prises en compte, et confrontées à la pollution de l'air et aux nuisances sonores.

A partir de recensements officiels, d'informations sur les maladies et la mortalité, les groupes d'âge et les facteurs socio-économiques et socio-culturels, les chercheurs vont analyser si des associations permettent d'améliorer les connaissances sur les relations entre espaces verts, qualité de l'air, bruit et santé et ainsi donner des recommandations vers l'aménagement et la forme de l'espace.

Coordonné par la KULeuven, ce projet associe des équipes de l'ULB - Catherine Bouland, Centre de Recherches en Santé, Environnementale et Santé au Travail, Ecole de Santé publique -, l'UCL, l'UH, la VUB et l'ISP.

IMMIBEL

Ce projet a comme point de départ la volonté de dresser une cartographie historique des phénomènes migratoires en s'appuyant sur une collection d'archives à la fois foisonnante et encore peu explorée, à savoir les 150.000 dossiers individuels d'étrangers constitués par la Sûreté Publique entre 1840-1890. Après avoir effectué une étude quantitative de type macro, la recherche changera d'échelle et ciblera les acteurs eux-mêmes.

Trois catégories de migrants ont été épinglées - les exclus, les marins et les « acteurs du savoir » (chercheurs, techniciens, étudiants) - afin d'identifier leurs parcours et leurs réseaux. L'objectif est d'évaluer l'attitude, répressive ou accommodante, de l'Etat belge et de son appareil administratif face à cette « Europe en mouvement » croissant, dans un contexte de rivalité industrielle exacerbée. Il s'agit aussi de comprendre les mécanismes de construction de la démarcation entre « national » et « étranger » par celles et ceux qui en subissent directement les effets - et non pas uniquement par ceux qui produisent cette distinction.

Coordonné par la VUB, il est mené avec une équipe de l'ULB - Kenneth Bertrams, Mondes modernes et contemporains, Faculté de Philosophie et Lettres.

JUSINBELLGIUM

Ce projet développera une base de données numérique permettant d'identifier, de décrire et de numériser des archives judiciaires belges liées à des crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide. Il se concentre sur les documents produits par les juridictions belges dans les contextes des processus post-conflit de 1914 à 2014. Ces archives constituent un héritage documentaire unique, parfois méconnu et difficile d'accès.

L'objectif du projet est de produire un outil de recherche durable et multidisciplinaire. Il vise à intégrer ces dossiers dans un environnement d'archivage dynamique, interconnecté et international, et à contribuer au projet de base de données de la Cour pénale internationale, donc de valoriser ces collections au-delà des frontières belges par le biais d'une consultation en ligne.

Coordonné par l'ULB - Centre de recherche Mondes modernes et contemporains, P.Lagrou -, ce projet associe des équipes des Archives Générales du Royaume, de la KULeuven et de la Phillips-Universita_t Marburg.

MADDLAIN

Depuis le milieu des années '90, les institutions culturelles sont manifestement entrées dans l'ère du numérique. Ces organismes ont aujourd'hui besoin d'analyser l'impact de ces bouleversements sur les nouvelles pratiques et attentes de leurs publics. Le projet Maddlain s'inscrit dans ce cadre, et étudie les comportements des différents publics des AGR, SOMA et KBR, dans leurs démarches d'accès à l'information numérique.

Après une phase de collecte et de consolidation d'un large volume d'information, le projet procédera à une analyse en trois étapes: d'abord, le comportement de l'ensemble du public; ensuite, une étude ciblée sur les pratiques de e-learning auprès des étudiants universitaires; enfin, une étude liée aux environnements de recherche virtuels, qui s'intéressera aux pratiques des chercheurs. Lorsque s'achèvera le projet, les trois institutions fédérales se baseront sur les résultats afin d'adapter leur gestion de données et offre d'information, et ce, afin qu'ils épousent mieux les besoins réels de ces différents publics.

Partenaires: Seth Van Hooland - ReSIC, Faculté de Philosophie et Lettres ULB, KBR, AGR-ARA, iMinds.

RECTO

Grâce à sa situation géographique et son histoire, l’océan austral est un laboratoire pour les recherches sur l’évolution et la biodiversité. Les changements environnementaux, rapides et sans précédent, sont cependant susceptibles de modifier profondément les écosystèmes de cette région.

Le projet RECTO (Refugia and Ecosystem Tolerance in the Southern Ocean) vise à comprendre comment les évènements climatiques passés, comme les glaciations, ont influencé ces écosystèmes et forcé les animaux de la région à se diversifier ou s’adapter. Les conclusions permettront de mieux envisager les changements environnementaux d’aujourd’hui et de prédire des scénarios d’évolution future.

Coordonné par le Museum des Sciences naturelles, le projet associe l’équipe du Laboratoire de Biologie marine de la Faculté des Sciences de l’ULB, mais aussi l’ULg, UGent, KUL, VUB, le Musée national d'histoire naturelle (France), l’Université de Bourgogne, le British Antarctic Survey (UK) et Iodine sprl.

STARLAB

La plupart des étoiles ont des masses relativement modestes mais jouent pourtant un rôle fondamental dans la production d'éléments chimiques plus lourds que le fer. Par des processus de mélanges convectifs, les étoiles amènent à la surface de leur atmosphère les éléments lourds produits dans leurs couches internes, et les expulsent vers le milieu interstellaire.

Ces étoiles MFI (de masse faible et intermédiaire) participent donc activement à l'enrichissement chimique progressif de la Galaxie, enrichissement qui, à son tour, influence des processus comme la nucléosynthèse et la formation des étoiles - et de leurs cortèges de planètes. L'objectif du projet STARLAB est de mieux comprendre les processus physiques et chimiques clés qui jouent un rôle important dans l'évolution de ces étoiles MFI.

Ce projet est né d'une volonté de collaboration entre l'Institut d'Astronomie et d'Astrophysique - Dir. Alain Jorissen - de la Faculté des Sciences de l'ULB, celui de la KULeuven et l'Observatoire d'Uccle.

SUSPENS

Dans ce projet, les chercheurs proposent de contribuer au débat sur la façon dont la transition vers une société bas/zéro carbone peut être réalisée, tout en conciliant les objectifs environnementaux et sociaux. Ils explorent les interdépendances et les inégalités opérant au niveau micro et observent comment la politique peut concilier les objectifs sociaux et environnementaux dans la transition vers une société bas/zéro carbone.

Les chercheurs étudieront diverses questions: Comment le compromis apparent entre les objectifs environnementaux et les objectifs de justice distributive peuvent-ils être compris en accord avec les politiques bas/zéro carbone? Quels sont les mécanismes qui expliquent comment les acteurs des ménages sont touchés différemment par ces politiques, générant des inégalités socio-environnementales? Quels sont les mécanismes de gouvernance en jeu et que pourrait apprendre la Belgique d'autres pays?

Partenaires: UA (coordinateur), Bureau fédéral du Plan et ULB - Tom Bauler et Grégoire Wallenborn, Centre d'Etudes du Développement Durable -.

Lauréats 2e appel - 2013

AFRIFORD

Le projet AFRIFORD vise à comprendre comment les changements climatiques passés et les activités des sociétés indigènes ancestrales ont affecté la distribution et la composition actuelles des forêts pluviales africaines ainsi que la diversité génétique de leurs arbres. Il met en œuvre une recherche multidisciplinaire intégrant analyses paléo-écologiques (palynologie, anthracologie) sur des sédiments lacustres et de sol (UGent, MRAC, UPMC), dendrochronologie (MRAC, UBern), modélisation de la végétation (ULg), et génétique des populations (ULB). Cette conjonction d'expertises permettra pour la première fois de valider un scénario de la réponse des espèces d'arbres (distribution, adaptation) aux changements environnementaux dans les forêts d'Afrique centrale.

Partenaires: Olivier Hardy - Evolution Biologique et Ecologie, Faculté des Sciences ULB, ULg, UGent, MRAC, Université Pierre et Marie Curie, Université de Bern.

AquaRES

Les noms d'organismes sont utilisés de manière ubiquiste pour une multitude d'applications scientifiques, de gestion ou de politique environnementale. Les bases de données dédiées à la gestion de cette information sont gérés par des experts et sont essentielles pour assurer la pertinence et qualité des données biologiques contenues dans ces répertoires. Un certain nombre de ces systèmes d'information, en assurant une bonne interoperabilité des données, servent directement au monitorage de la biodiversité. L'objectif principal du projet AquaRES (Aquatic species Register Exchange and Services) est d'assurer la qualité et l'interopérabilité des bases de données sur les espèces aquatiques, à travers le développement de webservices. Ces services doivent assurer un échange rapide et automatique de données entre World Register of Marine Species (WoRMS), le Register of Antarctic Marine Species (RAMS) et le Freshwater Animal Diversity Assessment (FADA), tout en exposant les données assemblées à des initiatives telles que l'Encyclopedia of Life (EoL), le Catalogue of Life (CoL), le Global Biodiversity Information Facility (GBIF) et les initiatives d'e-Science telles que le Biodiversity Virtual e-Laboratory (BioVeL) ou LifeWatch.

Partenaires: Bruno Danis - Laboratoire de Biologie marine, Faculté des Sciences ULB, IRSNB-KBIN, VLIZ

Plus d'infos.

HECTOR

Le projet de recherche pluridisciplinaire HECTOR (Hybrid Electronic Curation, Transformation and Organization of Records) a pour ambition de modéliser la transformation, l'organisation et la préservation des documents et dossiers hybrides (papier, numérisés et d'origine électronique) au sein des administrations fédérales belges. Le projet entend fournir un cadre cohérent pour les procédures de numérisation, les politiques d'évaluation et de sélection après numérisation, les schémas de métadonnées et les plans de classement, les politiques de gestion efficace des accès et enfin les politiques pour la gestion en parallèle des documents et dossiers hybrides. L'objectif poursuivi est de faciliter la transition vers un e-government fiable, sécurisé et efficace.

Partenaires: Seth Van Hooland - ReSIC, Faculté de Philosophie et Lettres ULB, UNamur, AGR-ARA.

VERSO

L'Océan Austral abrite une grande partie de la biodiversité marine mondiale mais connaît des changements environnementaux sans précédent à de vastes échelles spatiales et temporelles, changements susceptibles de modifier profondément la biologie de l'Océan Austral. L'objectif du projet vERSO (Ecosystem Responses to global change: a multiscale approach in the Southern Ocean) est d'évaluer l'impact des principaux facteurs de stress liés au changement global sur les écosystèmes antarctiques benthiques, par une approche multidimensionnelle, intégrant différents taxons représentatifs du benthos et appartenant à différentes classes de taille. Pour atteindre cet objectif, des recherches sur la connectivité et l'adaptation, sur l'écologie trophique et la sensibilité et sur la résilience seront menées ; les données seront intégrées et analysées en utilisant des modèles prédictifs ayant fait leurs preuves.

Partenaires: Bruno Danis - Laboratoire de Biologie marine, Faculté des Sciences ULB, UGent, KUL, VUB, ULg, Museum des Sciences naturelles, Musée d'histoire naturelle, Université de Bourgogne

Plus d'infos.



Découvrez ce projet en vidéo

Lauréats 1er appel - 2012

AfRe-Slide

Le projet "Landslides in Equatorial Africa: Identifying culturally, technically and economically feasible resilience strategies" (AfRe-Slide) porte sur la résilience en situation de glissement de terrain en Ouganda et au Cameroun. Le projet implique une coopération pluridisciplinaire (volcanologie, géographie, économie, anthropologie). Pour l'ULB, le Dr. Astrid de Hontheim (Centre d'Anthropologie Culturelle, ULB) est en charge du volet anthropologique. Dans la région des Monts Cameroun et Rwenzori (Ouganda), ses recherches porteront sur les représentations culturelles liées à la terre, la réorganisation des droits fonciers, les rapports de pouvoir et la mobilisation des réseaux sociaux lors de glissements de terrain.


Partenaires: Véronique Joiris - Centre d'Anthropologie culturelle, Faculté des Sciences sociales et politiques ULB, VUB, KUL, MRAC.

Food4Sustainability

Le but du projet "Food4Sustainability" est d'identifier les conditions d'une réforme des systèmes alimentaires pour une transition vers une société "bas carbone". Un changement qui devrait prendre en compte les motivations tant extrinsèques (récompenses de natures économique et financière) qu'intrinsèques (normes sociales et valeurs auxquelles les acteurs sont attachés). Le CERMi travaillera sur les innovations financières efficientes pour réduire l'impact des systèmes alimentaires sur le changement climatique.


Partenaires: Marek Hudon - CERMi, Faculté Solvay Brussels School of Economics and Management ULB, UCL, KUL.

MEMEX WWI

Le projet "Reconnaissance et ressentiment: expériences et mémoires de la grande guerre en Belgique", abrégé sous l'appellation MEMEX-WWI, regroupe historiens, politologues, philologues et psychologues. Il est consacré notamment à la mémoire collective de la Première Guerre Mondiale, de part et d'autre de la frontière linguistique, au travers d'analyses de presse et d'enquêtes auprès du public. Les chercheurs se pencheront aussi sur le vécu émotionnel des militaires belges au combat à travers, notamment, une analyse de leurs lettres et journaux.


Partenaires: Olivier Klein - Centre de recherche en psychologie sociale et interculturelle, Faculté des Sciences psychologiques et de l'éducation ULB, KUL, UCL, UGent, Ceges.



Découvrez ce projet en vidéo

MEQIN

Le projet "Measuring equivalent incomes: The implementation of individual well-being measures from Belgian data" rassemble des économistes théoriciens et spécialisés en santé, politiques sociales ou économie appliquée. Ils vont tenter de développer de nouveaux moyens de mesurer le bien-être individuel, en prenant en compte ses dimensions multiples. Les chercheurs vont tenter de répondre aux questions relatives à la pauvreté, les inégalités de genres ou les inégalités sociales de manière plus générale, sur base d'un panel de données unique sur le bien-être des ménages belges.


Partenaires: Bram De Rock - ECARES, Faculté Solvay Brussels School of Economics and Management ULB, UCL, KUL, UA.

TIC BELGIUM

Le projet "Transnational dynamics of social reform in the Low Countries" se focalise sur l'histoire des réformes sociales de la période 1815-1914, particulièrement dans la région des Pays-Bas ('Low countries': principalement Belgique et Pays-Bas actuels). Le projet montre comment les politiques de protection sociale ont pu émerger à cette époque à l'échelle locale, nationale et européenne. Le but global du projet est de démontrer l'interconnection entre l'activisme local, l'agenda des réformes nationales et la circulation transnationale des idées et pratiques concernant les aides sociales. L'ULB apportera son aide principalement grâce à l'apport de techniques semi-automatiques de récoltes d'informations.


Partenaires: Seth Van Hooland - ReSIC, Faculté de Philosophie et Lettres ULB, UGhent, UCL, UMaastricht, Archives de l'Etat.