ARC "Le juge: un acteur en mutation"

L'ordre juridique continental accorde peu de place à l'action du juge, officiellement limitée au rappel de la norme. Le pouvoir propre du juge n'y a donc pas de statut politique. Mais ce mythe d'un juge passif, "bouche de la loi", est ébranlé par le phénomène de "montée en puissance du juge" qui, s'il est contesté dans sa radicalité ou sa nouveauté, impose de considérer le juge dans différents domaines du droit comme un véritable acteur, tant au niveau national qu'international.

C'est dans ce sens que l'ARC intitulée "Le juge, un acteur en mutation" a été mise en place. Celle-ci poursuit deux objectifs principaux. Tout d'abord elle vise à faire un bilan sans concession de l'action du juge dans notre société complexe et de combler ainsi le vide partiel de la doctrine francophone de tradition continentale. Le projet vise ensuite à proposer pour la première fois à l'ULB une recherche concertée et intégrée en Faculté de droit, mobilisant les ressources disponibles autour d'un sujet novateur et rassembleur, dont le traitement rigoureux requiert une étroite collaboration entres les différentes disciplines juridiques traditionnellement réparties entre unités de recherche.

Les chercheurs de la Faculté de Droit impliqués dans ce projet sont : Julie Allard, Bernard Bléro, Hakim Boularbah, Olivier Corten, Pierre Klein et Johanne Poirier.