ARC "Studies of transcriptional mechanisms regulating HIV-1 post-integration latency: implications for innovative therapeutic strategies"

Les patients infectés par le virus de l’immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1) doivent suivre leur multi-thérapie antirétrovirale en continu pour garder le virus sous contrôle. En effet, une faible proportion des cellules infectées par le VIH-1 n’expriment pas de virus et échappent à la multi-thérapie et au système immunitaire de l’hôte. Ces cellules réservoirs sont responsables du rebond de la virémie dès l’interruption du traitement. La réactivation délibérée de ces réservoirs chez un patient sous traitement est donc une stratégie thérapeutique prometteuse, qui permettrait d’éliminer le virus et/ou de contrôler à long terme la virémie en absence de traitement.

Cette approche a mené à la recherche d’agents capables de réactiver les cellules infectées de manière latente (latency reversing agents, LRAs). Les premières expériences ex vivo de réactivation ont cependant mis en évidence des variations inter-patients qualitatives et quantitatives dans la réactivation par différents LRAs des cellules infectées. Des observations qui soulignent encore une fois la complexité de la régulation du virus VIH.

L’équipe de Carine Van Lint et le Service des Maladies Infectieuses du Prof. Stéphane De Wit (Hôpital Saint-Pierre) étudieront en collaboration le phénomène de latence du VIH. Un processus compliqué qui est contrôlé aux niveaux protéique et transcriptionnel, mais aussi par des modifications épigénétiques et par l’organisation de la chromatine des virus intégrés dans le génome cellulaire. Une meilleure compréhension des mécanismes moléculaires de la latence du VIH-1 est critique pour identifier de nouvelles cibles thérapeutiques.


Carine VAN LINT

UR en Virologie moléculaire

fax 02 650 98 00,

Campus de Charleroi - Gosselies (Biopark)

ULB CP300, rue des Professeurs Jeener et Brachet 12, 6041 Charleroi (Gosselies)