Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Michele D'ADDERIO (Chargé de cours - 2012)

Parcours

L'accent chantant et le nom de Michele D'Adderio trahissent d'emblée les origines italiennes du jeune homme. Durant son enfance et adolescence, Michele D'Adderio se montre déjà très intéressé par les sciences en général et par la physique en particulier. " Mais pour comprendre les formules utilisées en physique, il fallait que je puisse comprendre les mathématiques, ce qui était très difficile pour moi ", explique-t-il. Le jeune homme se penche alors sur " le langage mathématique " afin de pouvoir rassasier sa soif de connaissances scientifiques. " C'est ainsi que j'ai découvert un nouveau monde, le monde des mathématiques qui m'a finalement fasciné, bien plus encore que la physique ", révèle Michele D'Adderio.

Il entreprend des études dans ce domaine, d'abord à l'Université de Bologne pour ses années de bachelier et ensuite à l'Université de Rome " la Sapienza ", où il termine son master en 2006. C'est à cette époque que Michele D'Adderio, guidé par son attrait pour les mathématiques pures, quitte son Italie natale et démarre sa carrière de chercheur à l'Université de Californie de San Diego aux Etats-Unis. " J'y ai travaillé durant quatre années dans le cadre de ma thèse de doctorat qui portait sur l'algèbre non commutative ", précise le jeune homme. Une fois sa thèse achevée, Michele D'Adderio poursuit son parcours en Allemagne. " J'y ai effectué un séjour post-doctoral de deux ans durant lequel j'ai partagé mon temps entre le Max Planck Institute de Bonn et l'Université de Göttingen ", indique-t-il.

Depuis octobre 2012, Michele D'Adderio a rejoint l'Université Libre de Bruxelles où il a été nommé chargé de cours. Il enseigne aux bacheliers en mathématique et physique l'algèbre linéaire et la géométrie et donne également cours de combinatoire algébrique aux étudiants en master de mathématiques pures. " J'aime beaucoup enseigner et partager mes connaissances avec des jeunes. C'est une manière de rendre à la société ce qu'elle m'a permis d'acquérir. La recherche fondamentale est parfois un peu aliénante, elle constitue un monde à part et enseigner permet de se sentir réellement utile ", explique Michele D'Adderio.

Côté recherche, ce passionné de mathématiques se concentre sur la combinatoire algébrique, c'est-à-dire l'étude des structures algébriques par des techniques algorithmiques et combinatoires. " Ce qui me plaît dans ce métier c'est que ce n'est pas répétitif, on découvre sans cesse de nouvelles choses. On travaille vraiment aux frontières de la connaissance ", souligne Michele D'Adderio. " Cela peut être très frustrant lorsqu'on ne comprend pas les choses, mais une fois que je découvre quelque chose, je ressens le même émerveillement que lorsque j'étais enfant " poursuit-il.

Toujours content d'être là où il est et se considérant comme chanceux, Michele D'Adderio ne souffre pas du mal du pays. Il passe une grande partie de son temps libre à jouer du piano et à apprendre la langue de Molière.

Contacts

Michele D'ADDERIO

Faculté des Sciences

tel 02 650 5873,

Campus de la Plaine

ULB CP216, boulevard du Triomphe, 1050 Bruxelles